Comptoir Boréal - Chez Boulay: plus que «sur le pouce»!

Quiche, salade, café et gourmandises du Comptoir Boréal... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Quiche, salade, café et gourmandises du Comptoir Boréal - Chez Boulay

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Trouble de santé mentale
Trouble de santé mentale

Un Québécois sur cinq sera affecté de près ou de loin par un trouble de santé mentale au cours de sa vie. Pour les personnes qui en souffrent ou pour leurs proches, la maladie mentale peut se révéler un véritable calvaire sans prise en charge adéquate. Témoignages et réflexions. »

Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) CRITIQUE / À quelques jours de Noël, Chez Boulay se dotait d'une nouvelle antenne, le Comptoir Boréal. Donnant sur la côte du Palais, ce «miniBoulay» sert depuis des sandwichs à emporter, quelques plats à s'enfiler sans chichi, de chic pâtisseries et du prêt-à-manger. Idéal pour une bouchée rapide sans complexe.

C'est par un vent glacial, un samedi midi, que je m'engouffre dans ce cocon d'une capacité d'une dizaine de places. Un tout petit espace, un lieu de passage éphémère où l'on ne traîne pas, qui va à l'essentiel. Vous comprenez que l'objectif n'est pas d'offrir «l'expérience» du bistro. En revanche, la simplicité préconisée n'exclut pas la possibilité de vraiment bien manger.

Ni resto avec le service en conséquence ni totalement sandwicherie en libre-service, le Comptoir boréal se situe donc dans un entre-deux qui plaira à une clientèle à la recherche d'un «casse-croûte» une coche au-dessus d'une baguette vite fait bien fait. À noter que les repas sont servis dans de la vaisselle blanche et non pas un couvert jetable.

Au menu, le volet des sandwichs diffère de Paillard, proche voisin et compétiteur direct. On aura eu la bonne idée de ne pas copier ou creuser la même niche pour développer des produits signatures, par exemple le bagnat boréal à la morue et le sandwich au saumon fumé sur pain pumpernickel et carvi. À ces mets plus basiques se greffent deux quiches (aux champignons et smoked meat) et des feuilletés (choix de jambon braisé à la bière Boréale noire ou saumon). Les plats tourneront au gré des saisons. Des salades sont aussi disponibles comme celle de pommes de terre au bacon de sanglier. Quant aux mets pour emporter, je n'espérais pas un comptoir de mets sous vide ultragarni après les Fêtes. Seules quelques tourtières attendaient de trouver preneurs. L'élan véritable (à ce niveau) se prendra, j'imagine, un peu tard en janvier. Peu importe, l'objectif étant de manger sur place, nous n'avons pas été déçus.

Entre le potage taillé du jour (porc et herbes) et la crème de céleri, l'homme et moi optons pour le choix le plus crémeux. Plus sur le céleri-rave que le côté «vert» d'un pied de céleri, le liquide crémeux est doux et velouté. À sa texture, je me doute bien que la crème joue un rôle important. Trop à mon sens. Je préfère un légume plus affirmé en bouche et, par conséquent, un potage un peu plus léger.

Perchés devant le comptoir-lunch avec vue sur l'Hôtel-Dieu et «le trou» laissé par la démolition d'un édifice, nous rêvons d'urbanisme vert réfléchi (et non pas de revenus de taxes) à l'arrivée des plats. J'ai pris la quiche forestière qui est vraiment un coup de coeur. L'homme a répondu à l'appel du feuilleté au saumon. En formule combo, nous avons droit à une salade fraîcheur verte agrémentée d'une julienne mixte de betterave, carotte et daïkon. 

Dans les deux cas, la pâte assure. Qu'y a-t-il de plus décevant qu'une quiche au fond gras et mouillé? Pas ici! Aucun doute sur le sceau maison de la pâte brisée bien sèche et cassante sur les bords. À l'intérieur, l'appareil est onctueux (pas une texture d'omelette) et la saveur des champignons rôtis explose grâce à l'apport d'un pesto [aux champignons] et myrique baumier. Un couvert de cheddar fondu fait en sorte que cette quiche gagne encore plus au goût. 

Variation libre sur le thème du koulibiac (sans oeufs), le feuilleté de saumon réunit de la chair de poisson assaisonnée par des algues de la Gaspésie, une fondue de poireaux et de la béchamel. D'où un produit fini et gourmand. En plein le genre de plat réconfortant qui soigne le blues de janvier. 

Avant de voter oui (ou non!) pour un dessert à partager, je m'attarde sur la déco, particulièrement le plafond stylé où poussent, cime à l'envers, des dizaines de sapins miniatures. Seul intrus dans la forêt immaculée, un orignal noir. Un clin d'oeil boréal songé! J'aime aussi le rouleau de papier brun déroulant qui sert d'ardoise temporaire pour les cafés. Le seul détail qui détonne est le mobilier trop massif et une partie du plancher surélevé (sans doute une contrainte du local) qui réduisent l'espace consacré aux tables. 

Finalement, je dis «oui, je le veux» aux choux à l'érable et poivre des dunes, un dessert qui se partage très bien. Des trois choux soudés en siamois, je mets la dent sur deux, trop heureuse de profiter deux fois plutôt qu'une de la crème au caramel salé qui les gonfle. La sélection de pâtisseries est d'ailleurs un objet de destination en soi.

Le restaurant Chez Boulay s'est doté d'une nouvelle... (Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Le restaurant Chez Boulay s'est doté d'une nouvelle antenne, le Comptoir Boréal

Patrice Laroche

Comptoir boréal - Chez Boulay, 42, côte du Palais, Québec

  • Tél. : 418 380-8237
  • Ouvert tous les jours 
  • Sandwicherie et prêt-à-manger
  • Soupes à 4 $ et 5 $
  • Sandwichs de 6 $ à 9 $
  • Feuilletés et quiches de 7 $ à 9 $
  • Ajoutez 4 $ et obtenez le repas en formule combo avec soupe.
  • Pâtisserie à partir de 3,75 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 27,75 $ (incluant deux soupes et deux plats en formule combo avec salade verte et un dessert partagé)
  • Stationnement : dans la rue 

On aime : l'idée d'offrir en formule à apporter (et à prix très raisonnable) une fraction du savoir-faire de Chez Boulay. Une mention particulière pour la quiche forestière absolument parfaite. Chouette idée de rendre visible le laboratoire des pâtissières.

On n'aime pas : la température inégale des plats (quiche et feuilleté au saumon). Je comprends l'impératif d'un service rapide, mais personne n'est à deux minutes près. Prenez le temps de réchauffer correctement les plats. Ils en valent le coup!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer