Laurie Raphaël: expansion et pourquoi pas... une ferme

Raphaël Vézina évoque une «expansion contrôlée».... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Raphaël Vézina évoque une «expansion contrôlée».

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La famille Vézina a de l'ambition pour ses marques regroupées sous la bannière Laurie Raphaël.

La phase 1 est en cours de réalisation, pratiquement terminée, explique au Soleil Raphaël Vézina, chef et copropriétaire de l'entreprise avec son père, Daniel Vézina, et sa mère, Suzanne Gagnon.

La troupe a travaillé la «philosophie» de l'entreprise. Puis elle a transformé le restaurant des débuts, le Laurie Raphaël du Vieux-Port de Québec, au printemps : moins de places assises, une image haut de gamme gastronomique rehaussée. 

Au même moment, le fils est entré dans l'actionnariat. Et une nouvelle marque est apparue dans le porte-folio : La Serre LR.

La suite? Raphaël Vézina évoque une «expansion contrôlée». «On ne veut pas perdre le contrôle sur notre produit.»

Pour l'heure, la croissance pourrait venir de La Serre LR, ce «comptoir santé» où on vend des muffins, salades, wraps, laits d'amandes, petits repas et plusieurs jus frais; des mets pour emporter.

Le tout est créé et cuisiné dans la cuisine centrale, celle du Laurie Raphaël de la rue Dalhousie. C'est d'ailleurs à la porte d'à côté qu'a ouvert le premier comptoir de La Serre.

Raphaël Vézina et sa conjointe, Élyse Bordeleau, impliquée dans l'aventure, sont déjà en développement. «On a ouvert un petit comptoir à Charlesbourg», indique le premier. Dans un centre de yoga, précise la seconde. 

C'est ce qu'ils projettent : ouvrir des petits comptoirs La Serre dans des clubs sportifs, des spas, des centres de yoga, par exemple. Tous dans la région, pour préserver la qualité des produits livrés, précise Raphaël.

Les mets et boissons ne contiennent pas d'agents de conservation et seront confectionnés dans le Vieux-Port. Ils ne veulent pas perdre en qualité en les livrant trop loin.

Posséder une terre

Une multiplication importante de La Serre LR permettrait de progresser vers une autre phase du développement de l'entreprise qui promeut la consommation d'aliments locaux : acheter une terre pour faire pousser les légumes utilisés dans les restaurants et «comptoirs santé». Quel est le lien? En augmentant le volume des ventes, donc en augmentant les besoins en matières premières, il deviendrait rentable de posséder et exploiter une ferme.

«J'adorerais ça! lance Raphaël. On s'en va vers là. Ce sont de gros projets, mais ça avance bien.»

Pourraient-ils également ouvrir d'autres restaurants Laurie Raphaël? Le jeune entrepreneur n'en voit pas dans sa boule de cristal. Du moins, pas d'établissement haut de gamme : «C'est certain, pas un autre restaurant gastronomique.» Pour ça, il faut un «chef», dit-il. Daniel Vézina est fort occupé à Montréal. Lui l'est tout autant à Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer