Le Galopin pour emporter: prévoir le coup!

Porc pour emporter du Galopin. Le menu à 25 $... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Porc pour emporter du Galopin. Le menu à 25 $ par personne, brownie inclus, voyez-y une «bonne affaire».

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

CRITIQUE / Autant le foodie moyen sort au resto, autant il ne sait pas résister à un repas «tranquille» à la maison. Le Galopin a compris qu'il y avait là un filon à creuser en complétant son offre en salle à manger d'un menu pour emporter. Et c'est populaire. Très!

Plusieurs restaurants de Québec se sont adaptés plus ou moins formellement à cette réalité parallèle. Même si l'expérience n'est pas aussi complète qu'au restaurant, plusieurs avantages valident la formule, dont l'économie substantielle sur la bouteille de vin sortie du cellier pour une fraction du prix. Du coup, Le Galopin répond lui aussi à une demande bien réelle. J'ai d'ailleurs dû m'y prendre par deux fois pour tester la formule. 

Seule contrainte, il faut mettre une croix sur la spontanéité de l'instant présent en commandant un minimum de 48 heures à l'avance. Les portions sont également limitées. Ce délai et la contrainte d'un nombre restreint de repas permettent de gérer les stocks et ne pas créer de pression supplémentaire en cuisine. Qui plus est à 25 $, de l'entrée au dessert, le rapport qualité-prix explique en soi l'engouement pour une table d'hôte qui change régulièrement. 

Lors de notre banc d'essai, je constate avec bonheur que deux des tartares vedettes (saumon et boeuf) de l'établissement sont disponibles en entrée et en plat. Au premier service, les crus (3 $ en extra) se joignent à une terrine ainsi qu'à un émincé de canard fumé. Clairement, la cuisine la joue sûre pour satisfaire une clientèle qui ne vise pas nécessairement un feu d'artifice créatif. Le commentaire s'applique aux résistances avec le blanc de volaille, le contre-filet de porc et le pavé de saumon. Ce classicisme a toutefois pour objectif de minimiser les opérations à la maison et faciliter le dressage. 

C'est le cas du tartare de boeuf. À la viande émaillée de dés très fins de cornichons et d'échalotes françaises, il n'y a plus qu'à incorporer la mayonnaise à la moutarde à l'ancienne et à poivrer. Délicieux! Sur chiffonnade de laitues bonifiée de lamelles de mangue et de poivron rouge, le magret de canard fumé, s'il est très bon, je le préfère fumé à froid à la manière du Canard Goulu. L'idée de le servir sur une rafraîchissante salade de fèves germées n'est pas mauvaise, quoiqu'un peu fourre-tout. Très réussie, la crème de tomate, en intermède, s'impose par sa texture soyeuse. Pour l'amener plus loin, sans vraiment augmenter les interventions, pourquoi ne pas la couronner d'une garniture de chorizo (une rondelle ou deux, ou bien des dés) ou d'une cuillère à thé de pesto basilic-tomates séchées? 

Au sortir du four, les viandes, un contre-filet de porc Nagano et un blanc de volaille, font forte impression en raison de leur cuisson, particulièrement le porc demeuré rosé. Ces pièces (leur épaisseur) éliminent les ratages possibles à l'étape de réchauffer. Quant à leurs sauces respectives, elles attestent un savoir-faire de saucier. Je pense à celle au cidre en symbiose avec le porc. Plus sur le poivre par son piquant que la poire - le fruit quasi absent -, la sauce du poulet conviendrait mieux à une viande rouge.  

En à côté, le choix de petits légumes est agréable à l'oeil et combine plusieurs formes et textures : petits pois, bouquets de chou-fleur, choux de Bruxelles, haricots verts. Ceux-ci sont croquants. Le rôle du féculent a été confié à un gâteau de pomme de terre dont la texture à l'intérieur d'une coque de friture légère (un peu molle) se compare à l'onctuosité d'un appareil de pomme duchesse. À la différence que celui-ci, plus gourmand, contient de petits lardons.

En définitive, je conclus que ce menu pour emporter n'avance peut-être rien de complexe ni d'original sauf que chaque service fait mouche. C'est droit, bien fait et copieux. À 25 $ par personne, brownie inclus, voyez-y une «bonne affaire».

Au menu

Le Galopin (hôtel Sépia), 3135, chemin Saint-Louis, Québec Tél. : 418 652-0991

  • Ouvert tous les jours
  • Menu pour emporter à 25 $ par personne (plus taxes et extra) ou 15 $ (plus taxes) pour le plat seul
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 53 $ (pour les entrées, le potage, les plats et les desserts)
On aime : la simplicité de l'assemblage des plats, des viandes très bien cuites - pas trop -, ce qui constitue un défi étant donné l'étape «réchaud» à la maison.

On n'aime pas : un menu un peu convenu. La volaille est un exemple probant. On s'attend à un peu plus même si les cuissons et saveurs sont au rendez-vous.

Pour consulter le menu de la formule pour emporter et le menu en salle à manger, rendez-vous à restaurantgalopin.com.

Dernière tendance: Buddha Station

Les Halles de Sainte-Foy viennent de se doter d'un nouveau comptoir de bols et de jus santé. Le concept s'appelle Buddha Station et s'adresse «aux foodies pressés». Pas tant que ça! Du moins si l'on passe au comptoir et qu'il y a une file devant le iPad où enregistrer sa commande. Après, c'est une question de rapidité sur le clavier et je dois dire que je me débrouille. Bref, je vous suggère pour un maximum de rapidité de commander en ligne et de cueillir votre butin à l'heure prévue.

Voilà pour le contenant (100 % compostable)! Pour ce qui nous intéresse de près, le contenu, il s'agit de bols à base de riz et garnis de bons ingrédients pour la santé comme de gros dés de thon mariné - appelés poh-kay en hawaïen -, de quinoa trois couleurs, de tartare de saumon, d'algues nori, etc. Ces repas complets s'inspirent des témakis en version déstructurée et portion «sumo»! 

Parmi les cinq bols préétablis (également possibilité de créer son bol sur mesure), l'un d'entre eux, plus terre que mer, au poulet et pois chiches, a été architecturé par la chef consultante Marjorie Maltais. Pour ma part, j'ai goûté au Miss Veggie qui rassemble du tofu bio, un oeuf cuit dur de la Ferme Maheu, de l'algue nori, du fromage Dorémi et du maïs grillé de Portneuf ainsi qu'une sauce miso-sésame et tout plein de pousses. C'était délicieux, rassasiant et sain avec, en prime, une certaine traçabilité des ingrédients. À 16,10 $ (taxes incluses), le deal est signé! Ce n'est pas donné. En revanche, les ingrédients sont très frais, de qualité et sans «glutamarde monosordide» comme l'indique sans gants blancs le menu. J'y retourne au prochain jour de paie!

On commande en ligne à https://www.buddha-station.com/ ou sur place sur iPad.

Buddha Station (Halles de Sainte-Foy), 2500, chemin des Quatre-Bourgeois, Québec

Bols de 14 $ à 16 $

Mes derniers coups de coeur

  • Kraken Cru
Des huîtres sur glace - variétés selon les arrivages - et un blanc minéral (ou des bulles), c'est le rêve pour l'apéro du vendredi! On arrive tôt, car impossible de réserver. 190, rue de Saint-Vallier Ouest, Québec Tél. : 581 741-9099

  • Soupe & Cie
Pour préparer notre corps au froid, rien de mieux qu'une soupe. Notre prescription : un «chaudron» de soupe suisse (avec orge, jambon et gruyère). Mieux qu'une «doudou» pour le bedon! 522, 3e Avenue, Québec, et au 809, route des Rivières, Lévis Tél. : 418 948-8996

  • Pub Le Sacrement
La buvette de quartier bénit sa clientèle de 18 lignes de fût de bières du Québec, dont l'étonnante rousse de la microbrasserie universitaire Brassta! Atmosphère très cool1380, chemin Sainte-Foy, Québec Tél. : 418 686-2067

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer