La double vie du Maelstrom

Les meubles sont dépareillés et parfaits dans leur... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les meubles sont dépareillés et parfaits dans leur imperfection.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Jusqu'à récemment, le mot Maelstrom réveillait en moi des souvenirs du deuxième long métrage de Denis Villeneuve. C'était en 2000 avant qu'il réalise la suite du film culte de Ridley Scott, Blade Runner. Depuis l'automne 2015, Maelstrom est aussi le nom d'un café de spécialité issu de la nouvelle génération de microtorréfacteurs de Québec.

Dans le cercle de baristas avertis et des «caféoliques» qui ne boivent que des cafés de cru, trois enseignes se distinguent: Nektar, la succursale de café Saint-Henri et Maelstrom. Les deux premiers s'en tiennent - c'est déjà beaucoup! - aux cafés et quelques à-côtés à grignoter, dont les beignes SUMO chez Saint-Henri. Quant à Maelstrom, l'enseigne s'est propulsée à l'avant-plan grâce à un produit distinctif, un café bio infusé à froid. Seule entreprise au Québec à embouteiller un cold brew, Maelstrom sort du lot grâce à la distribution de ce concentré de café à boire chaud ou froid, allongé d'eau ou de lait. Exactement, le genre d'élixir qui fait rêver - lire triper - les mixologues. D'où sa «double vie».

Le matin, le café-croissant et la crème Budwig du XXIe siècle, c'est-à-dire le pudding matinal aux graines de chia et lait de coco et amande, mettent fin au jeûne. Plus l'heure avance, plus l'ardoise s'étoffe (soupe, sandwichs, etc.) et le café se corse! Comme il est toujours 16h quelque part dans le monde, le macchiato se mute en Negroni Nero - les alcools versés sur un cube de glace «caféiné». Ce n'est là qu'un aperçu des possibles de la carte à boire du Maelstrom, logé, rappelons-le, dans l'ancien Café Babylone cureté.

Le midi, le Maelstrom propose des sandwichs (au... - image 2.0

Agrandir

Le midi, le Maelstrom propose des sandwichs (au choix), deux salades ainsi que des tartinades et une soupe.

Le nouvel emballage a de quoi plaire. Les meubles sont dépareillés et parfaits dans leur imperfection. Élevé en stéréotype, le style basique donne le ton: céramique métro blanche, bar éclairé par une série d'ampoules ballon, plancher usé par les pas de tous les jours... Le couvert, des tuiles d'ardoise, se plie au parti pris d'un décor brut par son fini naturel. Le matériau apporte une sorte d'élégance spontanée aux sandwichs. D'ailleurs, quel type de cuisine sert le Maelstrom? Des croûtes, le midi, qui s'appellent sandwichs (au choix) végé, BLT, gravlax et, qui l'eut cru, aux cretons. Une audace en soi. Deux salades s'ajoutent ainsi que des tartinades (façon humus) et une soupe. 

Lors de notre sortie, à l'ardoise, s'affiche une crème de chou-fleur. «Il n'y a plus de soupe ou peut-être l'équivalent d'une portion», indique le serveur, lapidaire. Mince! À noter qu'il n'est pas 14h30, mais 12h30, un vendredi. C'est peut-être le signe qu'il faut revoir les quantités. «Une autre est en préparation. Vous la prenez ou pas, la dernière soupe?», rajoute-t-il. «L'autre sera-t-elle bientôt prête?» je demande en mode solution. «Non.» OK, j'ai compris. Fini les questions. Ironiquement, l'amie a droit à une crème de lentilles, haricots et, présumons-nous, champignons. Inutile de dire qu'on ne pousse pas le bouchon à s'informer. Si le goût est agréable, sa texture, celle d'une purée de bébé, gagnerait à être fluidifiée par un peu de bouillon. 

Par défaut, la panne de potage motive mon choix de la salade verte en entrée. Loin d'être moche, la pimpante verdure composée de feuilles de bébé épinard s'orne de dés de petit concombre et de demi-tomates cerises. Dommage que la vinaigrette manque de sel, voire d'assaisonnement. À l'étape des sandwichs, je note que la portion est minimaliste - le sandwich point barre - sauf que le pain d'excellente qualité et la fourchette de prix très honnête dissipent tout motif de grief. En plus, les garnitures sont elles aussi très satisfaisantes. Je pense à l'épaisse tranche de bacon artisanal et à la tomate bien mûre de mon BLT ainsi qu'au gravlax de saumon légèrement citronné du sandwich de ma vis-à-vis. Ce gravlax est d'ailleurs l'objet d'une promotion le vendredi soir, dès 19h, en duo avec un gin tonic à 10$. Bonne idée!

Est-ce que j'y retourne? Oui, parce que j'ai aimé l'endroit malgré un service - l'affaire d'une personne, entendons-nous - un peu ordinaire et expéditif.

Au menu

Maelstrom, 181, rue Saint-Vallier Est, Québec

  • Tél.: 418 523-0700
  • Ouvert tous les jours
  • Sandwichs, soupes et salades
  • Pinte de bière et cocktail à compter de 6$
  • Brunch (de 11$ à 14$) les samedi et dimanche de 9h à 14h
  • Soupe à 5$
  • Salades à 6$ et 8$
  • Sandwichs et tartinades de 5,50$ à 7$
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service: 30,46$ (une soupe, une salade verte, deux sandwichs, un chocolat chaud et une tisane)
  • Stationnement dans la rue
On aime: le lieu, un mélange de styles bobo et industriel, et la qualité des ingrédients (pain, bacon, saumon, etc.) dans les sandwichs consommés. À signaler la bande-son très cool, de la musique planante au classique thème de Robin des bois de Disney.

On n'aime pas: un service carré, à la limite antipathique. Pourtant, les deux clientes, l'invitée et moi, sommes plutôt sympas, mais peut-être pas assez hipster au goût du serveur!

Critique express

Bu: Un café à la brûlerie artisanale Café Charlevoix de Baie-Saint-Paul (20, rue Sainte-Anne, en face du Mouton noir). L'expresso du jour, un Suzie-Q mi-corsé, s'illustrait par sa profondeur et ses notes de cacao. Pour l'anecdote, le groupe Alfa Rococo est passé par là et, dans un ultime geste de douce délinquance, a graffité au mur le verdict sans appel: «Le meilleur café au monde est ici.» 

Acheté: Chez Chacun son pain (toujours à Baie-Saint-Paul) une grosse fesse aux bleuets et chocolat. Une fois en tranche rôtie et beurrée, il est permis de parler de bonheur.

Acheté: Chez mon pusher (lire la Librairie Vaugeois) le tome 2 de Trois fois par jour. Les photographies d'inspiration pornfood d'Alexandre Champagne sont toujours aussi léchées comme le travail d'édition est impeccable. Surtout, les recettes de Marilou - plusieurs végétariennes et/ou sans gluten - sont appétissantes et souvent réalisables en 30 minutes la semaine.

Mes coups de coeur

  • La Planque
Parce que je flotte encore sur l'élan de grâce depuis ma critique. C'était bon, le vin comme la table et le service. Que demander de plus? Un dernier s'mores avant l'hiver! 1027, 3e Avenue, Québec  

Tél.: 418 914-8780

  • Bercail
Un, pour l'atmosphère de lounge cosy, DJ inclus le vendredi soir. Deux, pour le pain de viande à la chair de canard et courge butternut gratiné au Migneron du nouveau menu. Hôtel Le Germain Charlevoix, Baie-Saint-Paul 

Tél.: 1 844 240-4700

  • La Belle et la Boeuf (Place Ste-Foy)
Pour casser la croûte d'un grilled cheese - chouette carte de sandwichs pressés dont la version Sloppy Joe - dans un décor de fausse bibliothèque. Malgré le volume, service souriant! Pour vrai! 2450, boulevard Laurier, Québec

Tél.: 581 742-5444

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer