Le Commandant: oui, mon capitaine!

Lumineuse et divisée en plusieurs zones, la salle... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Lumineuse et divisée en plusieurs zones, la salle du Commandant frappe par son aspect confortable.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) CRITIQUE / Ouvert l'automne dernier, Le Commandant Resto-Bar s'est implanté dans l'un des derniers secteurs en quasi-jachère (en termes de restauration) de Québec, L'Ancienne-Lorette. Un coup de dé? Non, une décision d'affaires stratégique.

Localisé dans le Complexe Capitale Hélicoptère, Le Commandant bonifie une offre de services qui s'adresse à quiconque a rêvé de voler : tour d'hélico, initiation au pilotage, exposition. L'ajout d'un resto-bar augmente la rétention des visiteurs en plus de répondre à une autre clientèle «orpheline»- les citoyens et travailleurs du secteur - qui souhaitent manger à proximité sans avoir à dévaler la route de l'aéroport jusqu'à l'autoroute Duplessis. 

Une visite s'imposait et, comme le hasard n'existe pas, j'avais reçu, à mon retour de lunch, une invitation à son cocktail d'ouverture officielle. L'équipe se considérait prête et rodée. À l'aune de l'expérience, j'en arrive au même constat. Si la montée des marches jusqu'à l'étage laissait présager le pire - la cage d'escalier décorée d'une murale reproduisant des hélicoptères en vol dans un style rappelant les motifs de doublure de sac de couchage des années 70 -, la surprise ne sera que plus grande une fois dans la salle. 

Lumineuse et divisée en plusieurs zones, la salle frappe par son aspect confortable. Des tables rondes - une rareté aujourd'hui -, des banquettes, dont l'une monumentale recouverte d'un tissu jaune tonique, meublent l'espace avec vue sur des hélicos, ces oiseaux de métal. Ce jaune éclatant accentue la palette de gris déclinée un peu partout. Je n'irais pas jusqu'à écrire que j'y ai vu un aménagement original sinon qu'un restaurant au look urbain que j'imaginerais bien sur le boulevard Laurier. 

Un vol tranquille

En cuisine, le chef Mario Gagnon, qui a travaillé 25 ans pour le groupe Hilton, a élaboré une carte tablant sur les pâtes, pizzas, tartares classiques (boeuf et saumon) et quelques plats signatures, dont le filet mignon sur os et la côte de veau de lait. C'est un menu que j'estime à la fois sage et susceptible de rejoindre une clientèle conservatrice. Voyons-y, dans le contexte, l'équivalent d'un vol tranquille. Au menu du midi, plusieurs choix permettent de sortir de la carte officielle. Il y a, entre autres, du boudin, un tartare de canard au brandy. Mathieu, l'invité, et moi ne tergiversons pas longtemps. Ce sera le potage en entrée, suivi des pâtes aux crevettes et de l'escalope de poulet.

Bisque. C'est le mot du jour. Aujourd'hui, la définition des mots dévie souvent de leur sens initial. Dans ce cas-ci, ladite bisque (dans Le Larousse gastronomique : «coulis de crustacés condimenté, relevé de vin blanc et de cognac, et additionné de crème fraîche, qui sert de potage») nomme une crème de tomate. Ne soyons pas vachards. Je comprends bien qu'il s'agit d'un intitulé plus chic pour parler d'une crème de tomate soyeuse, bien chaude et généreusement additionnée de crème. Qui plus est, citons à nouveau la Bible : «la chair de l'élément principal est taillée en salpicon pour la garniture». Ainsi, des dés fins de tomates émaillent effectivement la bolée qui s'accompagne d'une corbeille de petits pains fort bons (leur croûte de surface craquante). 

La bisque revient à l'étape des résistances, celle-ci sensée enrober mes linguine aux crevettes. J'ai beau chercher l'arrière-goût marin, rien n'y fait. J'y vois une sauce rosée, plutôt fade, détendre les pâtes qui sont coiffées de jolies crevettes nordiques. Trois moules gratinées finalisent la présentation d'une assiette «de la mer», dont la sauce mériterait d'être plus assaisonnée. Mathieu décroche la timbale avec l'escalope de poulet gratinée au Migneron. Cependant, il ne faudrait pas la présenter alla parmigiana, puisque cela induit que la viande panée sera nappée de sauce tomate. Ici, du confit d'oignons supplée à la sauce, et ce, avec succès. Les garnitures, des légumes (carottes, brocoli), et des pommes de terre façon Duchesse, valident une ligne classique en cuisine. 

Un service de thé vert met fin à un vol tout en douceur, sans turbulences certes, ni palpitations.

Le Commandant propose un menu sage et susceptible de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Le Commandant propose un menu sage et susceptible de rejoindre une clientèle conservatrice.

Le Soleil, Erick Labbé

Le Commandant Resto-Bar, 1688, route de l'Aéroport Québec (Complexe Capitale Hélicoptère)

  • Tél.: 418 204-2145
  • Ouvert tous les jours
  • Cuisine bistro
  • Bouteille de vin à compter de 35 $ 
  • Brunch la fin de semaine
  • Menu midi de 14,95 $ à 18,95 $ 
  • Table d'hôte en soirée de 36 $ à 46 $
  • Entrées de 4,50 $ à 15 $
  • Plats signatures de 24 $ à 38 $ (pour le filet mignon, 8 onces)
  • Tartares de 23 $ à 24 $ 
  • Pâtes de 17 $ à 36 $
  • Pizzas de 16 $ à 19 $
  • Salade de 8 $ à 22 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service: 32,90$ (deux potages, les plats et les boissons chaudes)
Stationnement: réservé

On aime: un service très aimable et une salle très confortable. 

On n'aime pas: l'unique option du potage, le midi, en premier service. J'ajouterais une entrée

du jour, quitte à ajouter un montant en sus.

Critique express

Dégusté: le nouveau yogourt citron meringue de la gamme Oikos Créations, sorte de tarte au citron déstructurée. Époustouflant! Ces yaourts collations se déclinent également en trois autres saveurs gourmandes (choco-banane, flocons de coco et choco-framboises). 

Recherche: la meilleure tarte au sucre de Québec! Bien qu'au sommet de mon palmarès trônent les tartes de la boulangerie Bonneau de Cap-Rouge, j'étends le périmètre de recherche. J'ai donc goûté en fin de semaine dernière à la tarte au sucre de Borderon - croûte très présente, sucre onctueux - et à la tarte au sucre à la crème Ohlàlà! (vendue en épicerie) qui se défend dans la catégorie petit prix. Et vous, quelle est votre tarte préférée? Écrivez-moi à sbhoude@lesoleil.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer