Le Cendrillon: le tout pour le tout

En plus des tables «conventionnelles», deux bars à... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

En plus des tables «conventionnelles», deux bars à manger accueillent les clients, dont l'un, plus modeste, s'illumine d'un cochonnet en néon.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Les fées marraines se sont penchées sur le berceau du nouveau Cendrillon de Limoilou! Décidément, l'équipe de La Planque, derrière «ce conte gourmand», n'a pas manqué d'inspiration en créant ce resto-bar à tapas contemporains et plateaux à partager. Coup de coeur!

Si j'avais évalué Le Cendrillon dès son ouverture en décembre - ce que j'évite autant que possible pour laisser une zone tampon de rodage -, il aurait figuré à ma revue de l'année 2015. Pourquoi : parce qu'un tout est plus grand que la somme des parties. Qu'est-ce qu'Aristote vient faire dans l'équation? Simplement que Le Cendrillon a su développer une vraie identité où rien ne fait défaut. Atmosphère, décor, service et, l'essentiel, qualité de la nourriture, s'unissent et ne font qu'un. 

Quant à la référence à l'héroïne malmenée de Charles Perrault, elle s'explique par un hommage au restaurant Cendrillon de Lorenzo Doyon, un flash-back dans les années 60. Qui écrit le conte d'aujourd'hui? Laurence Tremblay-Vachon et Frédéric Samson-Girard (tous deux de La Planque), Joffrey Beaulieu et Carl Dumas, ainsi que le duo en cuisine, le chef Yannick Verreault (Toast!) et son bras droit Jérôme Gilpin (Initiale). En salle, l'équipe brille autant par sa gentillesse que par sa connaissance de ce qui sort de la cuisine ouverte. 

Quant à la coquille de l'ex-Triplex suspendu, je la qualifierais de très Pinterest, avec une profusion de matériaux nobles et bruts, comme le bois du mobilier créé par l'artisan Sylvain Gingras. Personnellement, j'ai cliqué sur les abat-jour en béton, le couvert blanc à la bordure liséré de raies noires et le linge de table en étoffe d'inspiration tissage artisanal. 

En plus des tables «conventionnelles», deux bars à manger accueillent les clients. Le principal, où nous avons pris place, équivaut à une table pour l'espace tout en étant dans le feu de l'action. L'autre, plus modeste en superficie, s'illumine d'un cochonnet en néon. À l'heure de la folie (lire hystérie) Star Wars, j'ai rigolé en apercevant un Chewbacca bien velu dissimulé entre les bouteilles de l'arsenal à cocktails.

Parlant cocktails, Le Cendrillon propose une carte qui donne soif. J'essaye de m'éloigner du Campari et je tente ma chance avec le Québec 49 (gin Ungava, sirop d'agrume, Angostura, citron et cidre Saint-Antoine) et la copine Nella y va d'un Girly Stuff (gin, Lillet rouge, cantaloup, concombre, bière d'épinette Émile, etc.). Elle tire le bon numéro. Son apéro surprend par son petit côté salade de fruits tonique tranché par la saveur de «sapinage» de la bière d'épinette. D'un caractère citronné, mon cocktail avance une saveur plus évanescente, le gin en arrière-fond.  

Comme je l'écrivais plus haut, Le Cendrillon se spécialise dans les tapas du type entrée travaillées avec plusieurs garnitures. Il y a aussi des plateaux de charcuteries - de La Réserve, en face - et de fromages provenant de chez Yannick, un autre voisin immédiat. Ce «serrage» de coudes entre commerçants fait en sorte que le succès de l'un rejaillit sur les autres. À ces planches se joignent des huîtres qui se la jouent coquillages chics dressés sur des tours argentées. 

Notre défilé d'entrées s'ouvre sur la morue dont la chair est scellée par une croûte caramélisée blonde. L'entoure du chou-fleur en trois façons : purée fumée; concassé; et lactofermenté. Une poudre d'olives noires ajoute une touche méditerranéenne au poisson sans altérer sa délicatesse religieusement respectée. Suit la ricotta maison d'une texture de velours lacté relevée par un filet de vieux balsamique. J'ai adoré ce service dégusté à la bonne franquette avec du pain. Des bébés légumes laqués (dont des carottes et des betteraves) s'épivardent dans le fromage frais et l'onctueuse purée d'aubergine qui l'accompagne. Du croquant s'invite aussi par l'entremise d'amandes revenues dans un beurre noisette. J'applaudis! 

Viande braisée, sauce foie gras et courge (purée et vapeur) façonnent la personnalité moelleuse de la joue de porc. Un scotch egg au jaune coulant accessoirise ce service plus classique, mais ô combien recherché tant par la combinaison de saveurs que sa présentation élégante. Additionné de moelle, le risotto brille lui aussi par sa consistance veloutée. Quelques crevettes de roche et des pignons de pin le peaufinent. De l'estragon - bien présent - l'aromatise d'un parfum anisé qui convient si bien aux fruits de mer. Nous terminons sur un fromage cuisiné, à savoir un Louis d'or déposé sur une porchetta grillée. Détendu par la chaleur du porc entrelardé et la sauce au vin blanc, ce lait cru de vache au goût de noisette s'élève en finale ultra-soyeuse et inoubliable.  

À tous les égards, Le Cendrillon incarne le visage d'une nouvelle restauration bien faite, sans chichis, à la fois sérieuse sans être prétentieuse. J'aime. Oui. Vraiment.

Le Cendrillon se spécialise dans les tapas du... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 2.0

Agrandir

Le Cendrillon se spécialise dans les tapas du type entrée travaillées avec plusieurs garnitures.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Le Cendrillon, 1039, 3e Avenue, Québec

  • Tél.: 418 914-9838
  • Ouvert du mardi au dimanche dès 16h
  • Bistro
  • Bouteille de vin à compter de 35 $ 
  • À la carte
  • Plat (format entrée) froid de 8 $ à 15 $
  • Plat chaud (format entrée) de 9 $ à 20 $
  • Plateaux à partager de 15 $ à 50 $ (pour les 24 huîtres)
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service: 71 $ (cinq plats à partager et un dessert)
  • Stationnement: dans la rue 
On aime: le fameux «tout» et la créativité notée dans chaque plat goûté.

On n'aime pas: un rythme de sortie des assiettes (de la cuisine) en dents de scie. On a faim! Heureusement, notre serveuse et bonne fée derrière le bar nous fait patienter, comme les enfants, avec une corbeille de pain.

Critique express

Remercie: Le Cendrillon d'avoir quelques paires de lunettes de lecture sous la main pour les «nonos» comme moi qui oublient les leurs...

Constaté: que, comme le pétrole, le cours du chou-fleur est à baisse! À 3,99 $, vive le gratin! 

Goûté: les petites souris au chocolat noir (54 % de cacao) des moines de l'Abbaye Val Notre-Dame. «La portée» compte 36 individus (7,99 $). Pour connaître les points de vente ou s'en procurer en ligne, rendez-vous à www.abbayevalnotredame.ca.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer