Ma Station Café: partout ou presque

Rouvert récemment avec un nouveau décor urbain chaleureux... (Photo Héloïse Leclerc et Christian Allard)

Agrandir

Rouvert récemment avec un nouveau décor urbain chaleureux rue Saint-Vallier Ouest, Ma Station Café a pris le parti de faire déborder l'or noir de la tasse.

Photo Héloïse Leclerc et Christian Allard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Si l'ONU décrétait 2015 comme l'Année internationale des sols, chez nous, c'est-à-dire, à Québec, la dernière année aura été l'année commune de la bière et du café. Décidément, la capitale a soif!

Dernière adresse pour l'étancher à petites gorgées : Ma Station Café. 

Quand j'écris «dernière», c'est une demi-vérité. Fermé pour rénos, puis rouvert récemment avec un nouveau décor urbain chaleureux, Ma Station Café a pris le parti de faire déborder l'or noir de la tasse. Quoi? Bien lu. La consultante Héloïse Leclerc (Foodista en mission) a développé pour l'établissement caféiné de Dominic Dion une carte où le café s'invite jusque dans le chili. L'idée, ma foi, est excellente et sur les plats goûtés l'accord est droit et l'effet ultime - c'est-à-dire si c'est bon dans la bouche, pardonnez-moi la simplicité de l'expression - est bel et bien là. 

Pour parvenir à développer des recettes un peu plus élaborées qu'un tiramisu, la matière première, le café, doit être de première qualité. Ma Station Café s'approvisionne en grains torréfiés - sept mélanges de cru - auprès de Café Barista, un microtorréfacteur québécois établi à Montréal depuis 2004. Mme Leclerc avait donc un beau terrain de jeu pour s'amuser à développer une palette de saveurs plus ou moins corsées. 

Cette touche caféinée ne s'applique pas à tout le menu. Le café, on l'aime aussi (surtout!) lorsqu'il coule dans nos veines, à l'état pur. Aussi, des bagels déjeuner et lunch - signés Bügel - ainsi des gaufres géantes salées et sucrées se joignent à la partie. Une carte de desserts façon «décadent-santé» dans l'esprit des desserts créés par Annik de Celles et Andréanne Martin dans Desserts santé pour dents sucrées (Trécarré) accompagne la pause-café. 

Lors de notre visite, un midi sur fond de pluie battante, c'est jour de congé pour plusieurs enfants qui prennent quartier dans l'espace vitrine. De chaque côté de la porte d'entrée, deux salons privés - de style tatami à la québécoise - ont été aménagés chacun avec une petite table, deux poufs et un écran qui diffuse le désormais célèbre feu de foyer. Très chouette. 

Comme la pluie appelle à la soupe, deux bolées différentes viennent à nous. La latte du jardin imite à merveille le bol de café au lait du samedi matin. Dès qu'on y trempe les lèvres, c'est une crème de carotte onctueuse et délicatement parfumée au cari qui se cache sous un nuage de crema. Un arôme léger, tout en rondeur, de café Autentico boucle la liste des ingrédients. Une «expérimentation» très réussie. 

L'autre service liquide, exempt de café, s'apparente à une garbure bien roborative. La cuillère s'y dresse presque au garde-à-vous tant les légumes (chou, bouquets de chou-fleur, carotte, céleri, etc.) se pressent dedans en plus de petits morceaux de charcuterie. Le bouillon devient quasiment accessoire. En plein, le genre de soupe à accompagner d'un quart de baguette pour un bonheur complet.  

Mon sandwich et le chili sin carne ne tardent pas débouler. Entre deux rondelles de bagel s'étage une énorme quantité de dinde émincée comme dans un deli traditionnel. De la laitue Boston et une rémoulade de navet (son liant manque d'acidité) finissent de gonfler ce casse-croûte géant serti d'une petite verte nappée d'une vinaigrette à l'espresso où le café s'accorde bien avec le vinaigre balsamique. 

J'émets toutefois un bémol à propos du prix. À 14 $, un prix peu compétitif le midi pour un sandwich en solo, la présentation devrait être un peu plus élaborée. Pour dégager un coût de revient (cost) acceptable, il suffirait de réduire la quantité de charcuterie. Personne ne s'en plaindrait, car c'est très généreux. Trop même.

«Vous versez le café dans le chili», explique le serveur à propos de la méthode optimale pour déguster le ragoût de légumineuses aromatisé au chipotle. Surprenant positivement, ce chili n'a rien en commun avec le chili usuel «tomaté». Quant à la saveur de café, son degré d'intensité dépend de vous et du trait du café versé. Nous ne modérons pas, d'où un chili d'une saveur presque molé

En conclusion sucrée, le gâteau au fromage (en pot) sur croûte Graham à l'orange et au gingembre rend le coup de cuillère frénétique. Sa sauce au dulce de leche «pimpée» de quelques gouttes d'espresso Grand Barista n'y est pas étrangère...

Le degré d'intensité de ce chili agréablement surprenant dépend... (Photo Héloïse Leclerc et Christian Allard) - image 2.0

Agrandir

Le degré d'intensité de ce chili agréablement surprenant dépend de vous et de la quantité de café que vous y versez. 

Photo Héloïse Leclerc et Christian Allard

Ma Station Café, 161, rue Saint-Vallier Ouest, Québec

  • Tél.: 418 648-1954
  • Sandwiches, soupes et desserts
  • Petit déjeuner
  • Bouteille de vin à compter de : 29 $
  • Ouvert tous les jours
  • Carte de cafés et de boissons chaudes
  • Entrée de 5 $ à 8 $ 
  • Bagel garni de 9 $ à 14 $
  • Gaufre de 8 $ à 12 $
  • Dessert de 3 $ à 6 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service: 39 $ (incluant deux soupes, un chili en portion entrée, un sandwich et un dessert partagé)
  • Stationnement: dans la rue 
On aime: la, la gentillesse de l'équipe, les desserts végé-sucrés, la carte de cocktails caféinés et la possibilité d'acheter du café sur place. Enfin, une trame sonore ambiante (du spleen de The National à Andrew Bird) sur le sens du monde!

On n'aime pas: l'absence d'une formule midi du type «ajoutez un montant X au prix d'un sandwich et obtenez une soupe et un café».

Critique express

Acheté: mon premier panettone de Noël. Chaque année, les emballages de ces gâteaux italiens aux fruits confits égayent les étalages des épiceries fines. J'ai testé le Lingotto Arancia (à l'orange) de l'étiquette Filippi (250 g, 11,65 $). Sa pâte d'un jaune crémeux, ce cake - par sa forme - est vraiment d'un moelleux exemplaire et plus dense qu'un panettone classique. Je l'ai servi avec une glace à la vanille. Le petit Jésus serait sans doute apparu si j'avais opté pour un yaourt grec égoutté parfumé avec de la vanille et du zeste d'orange.

Acheté (bis): de la moutarde aux pommes fumées de Joe Beef (5,40 $). J'en ferai quoi? Un badigeon pour un filet de porc que je cuirai à la plaque avec une garniture de pommes et d'oignons. Très sur la pomme, ce condiment fruité sautera aussi avec joie dans une vinaigrette dans laquelle il est inutile d'ajouter une pincée de sucre pour couper l'acidité.

Visité: pour une première de plusieurs fois le Marché de Noël du Marché du Vieux-Port (jusqu'au 3 janvier). Désolée, mais je n'arrive pas à l'imaginer à l'ombre de l'amphithéâtre...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer