Table Bar Gastronomique: le monde à bas prix!

Table Bar Gastronomique, le restaurant de l'Hôtel PUR... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Table Bar Gastronomique, le restaurant de l'Hôtel PUR

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Passé de Table à Table Bar Gastronomique, le restaurant de l'Hôtel PUR précise ses intentions et, ce faisant, assume à merveille son identité de bar à tapas vues d'ici.

L'incitatif d'un retour à Table en fut d'abord un de nature «économique». J'avais à organiser un 5 à 7 pour un petit groupe d'amis appelé Les Zouaves. Je ne m'étendrai pas sur la sémantique de l'intitulé, mais chose certaine, ma mission consistait à suggérer une adresse davantage orientée apéro avec la possibilité d'un repas à géométrie variable - sept appétits fort différents. Le point de chute devait être Saint-Roch.

Une semaine auparavant, la copine Stef m'avait parlé de son expérience du jeudi à Table. «TOUTE la carte à 50 %», m'avait-elle dit, fière de ses économies. D'où l'idée d'épater Les Zouaves : une addition coupée de moitié, c'est tentant. Je dois dire qu'ils sont plusieurs à partager mon avis, car la salle - très grande, voire immense lorsqu'elle est vide - était quasi pleine sur le coup de 18h30. 

Avec ma voisine de table, Amélie, nous planifions un «pique-nique» à deux avec (dans l'ordre) : soupe à l'oignon, pizza à l'aubergine sur pita et croquettes de joue de porc en entrées, puis aiglefin en tempura, paella «italianisée» et deux services de légumes (betteraves et des choux de Bruxelles effeuillés) pour finir. Un plan bien calibré avec un ordre de service conséquent.

Qu'en est-il des portions? Certaines constituent la demi-portion d'une résistance ou, si vous préférez, un plat miniaturisé. D'autres s'affichent clairement comme accompagnement. Pour le client, il est donc facile de choisir. Par exemple, les dattes farcies au bleu d'Elizabeth (sur chiffonnade de poire) précèdent intuitivement le médaillon de veau au Migneron ou les côtelettes d'agneau marinées au romarin. Quant aux haricots verts à l'huile d'olive, aucune ambiguïté sur leur rôle secondaire. Bref, le client attaché à la séquence entrée-plat-dessert ne sera pas déstabilisé. Quant au «picoreur», il se tournera vers des options comme le duo de fromage de chèvre et tomates en grappe en compagnie d'un tartare ou de miniburgers.

Pas que l'Espagne

Ces quelques plats cités démontrent bien que l'objectif n'est pas de servir des tapas de nationalité ibérique certifiée (hormis le jambon Ibérico, les charcuteries). Table prend plutôt ses libertés et s'aventure hors des frontières de l'Espagne. S'il s'inspire de la notion de tapas traditionnelle, le chef François Privé n'hésite pas à métisser les influences. Le Japon (avec le saké, la sauce ponzu) et l'Inde (burger à l'agneau sauce Vindaloo) sont représentés, tout comme l'Italie avec les frites de polenta. Même le bistro français «patrimonial» a droit à sa référence avec l'immortel steak-frites.

Comme entendu, les premiers arrivés sont la soupe et les croquettes. Couleur café au lait, le service liquide se veut une déstructuration (et une version moins calorique) de la traditionnelle soupe à l'oignon gratinée. Versé dans un verre à infusion, le potage à saveur d'oignons caramélisés est coiffé d'une mousse serrée, une crema digne d'un cappuccino. Une paille au fromage craquante fait office de croûton allégé. À l'intérieur des croquettes de joue de porc (2) loge une purée carnée plus qu'un appareil où l'on sent la fibre de la viande braisée. C'est assez lisse en bouche. D'où l'intérêt de la compotée de tomates moyennement relevée et assaisonnée de paprika fumé. Bravo pour ce ketchup plein de pep. Encore plus «punché» en matière de piquant, l'orzo safrané travaillé en paella (avec moules, crevettes, calmar) doit sa vigueur aux lanières de saucisson calabrais mélangé aux petites pâtes. Une relecture hispano-italienne de la paella très réussie.  

Plus que leur simplicité, nous retenons des pointes de pitas mutés en pizza à l'aubergine marinée et tomates séchées leur moelleux ainsi que leur caractère vraiment apéritif. Ces croûtons garnis sont vraiment à retenir pour l'apéro. En panier métallique comme s'ils sortaient tout droit de la friteuse, les morceaux d'aiglefin en tempura assurent à l'oeil. J'ai cependant trouvé la panure sèche, voire avec une fin de bouche presque farineuse. Grâce à l'intervention d'une «sauce cocktail» chili et ananas, la sensation se dissipe rapidement. Coup de coeur à signaler : les betteraves rôties aux pistaches caramélisées à l'érable. Attention toutefois - idem pour les choux de Bruxelles aux lardons - à la quantité de gras qui les enrobe et s'écoule au fond du ramequin.

On y retourne? Certainement! Qui dit non aux jeudis à petits prix?

La relecture hispano-italienne de la paella est très... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

La relecture hispano-italienne de la paella est très réussie.

Le Soleil, Patrice Laroche

Au menu

Table Bar Gastronomique - Hôtel PUR

395, rue de la Couronne, Québec

Tél. : 418 647-2458

  • Ouvert tous les jours 
  • Tapas
  • Bouteille de vin à compter de 35 $
  • Table d'hôte du midi: choisissez deux tapas (4,50 $ à 14 $) et obtenez la soupe ou la verdurette ou à la carte 
  • Table d'hôte en soirée à partir de 35 $ (25 $ en sus pour l'accord avec les vins) ou à la carte
  • Tapas à la carte de 4 $ à 20 $ (pour la burrata) 
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service: 27 $ (incluant sept tapas à la carte). À noter que l'addition a été réduite de 50 % (initialement 54 $)
  • Stationnement dans la rue

On aime: le minimalisme indémodable de la salle et une sélection - à prix variés - de petits plats portionnés pour satisfaire plusieurs faims. Présentations stylées.

On n'aime pas: une prise en charge par la brigade en salle de type «service essentiel» sans plus. Vous direz que j'ai une «fixette» sur la musique, je vous l'accorde. Non, je ne suis pas fan de Rihanna ni d'autres bimbos...

Critique express

Vu...

que Pat Rétro, le snack-bar mythique de Sillery, prend de l'expansion en s'appropriant l'étage du dessus auparavant occupé par le bistro XP.

SU par la bande...

que Bagel Maguire sert dorénavant de la confiture «maison», du moins plus de la Kraft en petits contenants. Les clients sont contents!

Goûté...

à l'huile de cameline Et voilà (11,99 $ le format de 250 ml). Avec un nez d'herbe fraîchement coupée et une saveur très délicate de sésame, l'huile de cameline est toute désignée pour les salades et la finition des poissons et légumes grillés. Pour trouver les points de vente, rendez-vous à www.etvoilahuile.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer