Miyagi Bistro thaï & Sushi: l'ADN de la 3e Avenue

Entre le loft industriel et le chalet en... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Entre le loft industriel et le chalet en bois rond, l'intérieur du Miyagi est à des kilomètres du décor typique des restos asiatiques.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) CRITIQUE / Limoilou, jusqu'à la frontière du secteur Charlesbourg, dénombre une forte concentration de restos familiaux asiatiques. En fallait-il un de plus? Pourquoi pas!

Les origines nippones du Miyagi s'expriment dans une... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Les origines nippones du Miyagi s'expriment dans une sélection de sushis, tandis que son ascendant thaï s'affirme dans près d'une dizaine de sautés.

Le Soleil, Patrice Laroche

Le nouveau s'appelle Miyagi Bistro thaï & Sushi. Qu'a-t-il de plus, le p'tit dernier de la bande? L'ADN! Oui, l'ADN de la 3e Avenue, c'est-à-dire une image décontractée, un service cool et sympa et une bouffe de qualité.

Je ne dirai pas que le repas dégusté chez Miyagi soit le plus authentique que j'aie mangé en matière de nourriture orientale, mais l'atmosphère et sa coquille lui donnent une longueur d'avance sur plusieurs établissements situés dans le même périmètre. Rétrospectivement, je comparerais la visite au Miyagi à l'expérience proposée au restaurant Sésame, à savoir une relecture québécisée de spécialités asiatiques et une offre globale qui tient compte de l'émotion du client.

D'ailleurs, une question s'entend à chacune des tables sous la responsabilité de notre serveur : «Est-ce que c'est votre première visite?» Comme le «oui» l'emporte à une forte majorité, notre hôte explique les différentes formules et parle de la double personnalité du menu. Ses origines nippones s'expriment dans le volet cru, c'est-à-dire, une sélection de sushis (sashimis makis, gunkans, etc.) tandis que son ascendant thaï s'affirme dans près d'une dizaine de sautés (pas tous 100 % thaï d'un point de vue sémantique...).

Bipolaire

Personnellement, je note plutôt la «bipolarité» du Miyagi dans son aménagement. Entre le loft industriel et le chalet en bois rond, nous sommes à des kilomètres de l'empire du soleil levant. Seuls le couvert et les fauteuils rembourrés là où il le faut de l'ex-Yuzu évoquent l'esprit du pays des samouraïs. Et savez-vous quoi? J'aime l'idée qu'un resto asiatique désobéisse aux conventions comme la nécessité d'arborer un aquarium de 50 gallons, poissons obèses inclus, et des bouddhas en toque tout aussi bien portants. Sauf qu'il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Je reviendrai plus bas à ce sujet. 

D'ici là, laissez-moi vous glisser un mot sur les entrées testées, soit la Miyagi pizza et les crevettes pop corn. De la «piz» d'appellation italienne, la Miyagi revendique la forme. Au centre de la sphère frite de riz glutineux, une feuille d'algue nous signifie que nous voilà devant un maki déstructuré. Garnie de tartare de saumon, de chair de crabe, de laitue iceberg émincée puis, cerise sur le gâteau, d'un trait continu d'une sauce un peu sucrée, la pizza n'est ni plus ni moins qu'all dressed!  Si la texture de galette de riz - en plus tendre - de la pâte est délicieuse, j'aurais souhaité un tartare plus nature que son assaisonnement vaguement «bonbon». Honnêtement, c'est là une question de goût, car les ingrédients sont frais et copieux.

En coupe, les crevettes pop corn - une portion quasi inépuisable - ont l'allure de pépites entourées d'une panure cassante, croustillante et peu huileuse. Ici aussi la sauce pour la trempette ne fait pas de zèle en matière de saveurs évanescentes et suggestives. ­Celle-ci est plus piquante et sucrée qu'aromatique.

Qualité et quantité

À leur arrivée, nos plats, un poulet thaï et des vermicelles pétoncles et crevettes, fument. En cubes réguliers rôtis en surface, la volaille (du blanc) est enrobée d'une sauce capiteuse au lait de coco et curry rouge. Des légumes taillés (carottes, poivrons, etc.) eux aussi uniformément se mêlent à la préparation sertie d'un nid de riz cuit impeccablement. Un peu plus haut, lorsque je mettais en garde contre l'idée de faire tabula rasa, je pensais aux sauces. La cuisine thaïe brille par sa délicatesse et un dosage averti des épices. Or, la sauce du poulet s'en tient à une saveur primaire, le salé. L'améliorer n'exigerait que peu sinon que de s'appuyer davantage sur le pouvoir des aromates. 

Je préfère les vermicelles de riz, ici détendus par un nappage sucré, moins confrontant toutefois que celui du poulet. Encore une fois, les produits de base répondent présent en quantité et qualité dans ce que je considère comme la signature généreuse de l'établissement. 

Oui, des ajustements sont à apporter. Malgré ceux-ci, Miyagi tire «ses baguettes» du jeu sur une 3e Avenue «hipsterisée».

=> AU MENU

Miyagi Bistro thaï & Sushi, 523, 3e Avenue, Québec. Tél. : 418 614-4040

  • Ouvert tous les jours
  • Cuisine thaï et sushis
  • Bouteille de vin à compter de 25 $ 
  • Table d'hôte du midi de 14,95 $ 
  • Entrée de 4 $ à 11 $ 
  • Sauté thaï de 11,95 $ à 15,95 $. Sushi de 3,75 $ à 8 $. Combinaisons de 14,95 $ à 62,95 $ (pour quatre personnes) 
  • Plats pour emporter
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 42,90 $ (incluant deux entrées et deux plats à la carte)
  • Stationnement dans la rue 

On aime : un concept moderne de troquet asiatique, des prix très corrects et une courte carte de vins, de bières et de cocktails, tarifés à prix raisonnable. 

On n'aime pas : des sauces qui gagneraient à être plus subtiles.

Critique express

Appris : entre les branches que le talentueux chef Sébastien Roelly, qui nous avait régalés d'une délicate cuisine française au Café Roelli, a pris le contrôle de la cuisine au Flagrant Délice. Ça promet! 

Goûté : aux épices boréales du chef Arnaud Marchant (Chez Boulay). En collaboration avec Morille Québec, le chef a créé trois mélanges - pour viandes rouges, viandes blanches et poissons - à base respectivement de poivre des dunes, nard de pinède et de sapin baumier. De quoi prolonger l'expérience de l'aromathérapie forestière de Chez Boulay à la maison. En vente dans les IGA.

À «boutte» : de la musique style «playa del pique pique»  diffusée à plein volume dans les haut-parleurs de chez Pizzédélic de l'avenue Cartier. J'étais, à côté, sur la terrasse de Petits Creux & grand cru, et c'était difficile de s'entendre penser... Baissez le volume, svp! 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer