CRITIQUE

Le Brigantin: entre copains!

Au Brigantin, l'ère du bistro 101 est loin... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Au Brigantin, l'ère du bistro 101 est loin d'être révolue.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Disparu du radar de la chanson, c'est pourtant à Renaud que je pense en entrant au Brigantin. À sa chanson Mon bistrot préféré. «Et du vin et des femmes et surtout des copains.» Voilà déjà 16 ans que Le Brigantin entretient la flamme de la cuisine bistro «trad» sans chercher à la «bistronomiser» plus que de raison.

Jeudi midi. Temps pluvieux. Une rue Saint-Paul bondée. Plusieurs grands événements animent Québec. Je comprends l'inquiétude des commerçants (et des citoyens) des secteurs Petit Champlain et Vieux-Port à quelques jours de la fermeture du stationnement Dalhousie. Les cases de stationnement déjà existantes à proximité répondront-elles à une pression supplémentaire sachant que le stationnement Dalhousie affiche souvent complet dès la fin de la matinée?

La question ne semble pas avoir prise sur l'atmosphère bon enfant qui règne au Brigantin. «Un risotto pour Jean-Pierre.» «Ta salade, tu l'aimes bien?» Le tutoiement est la langue couramment parlée par les serveurs aux habitués (nombreux). Les clients de passage sont eux aussi traités avec une égale gentillesse. Régis, mon invité, y vient à l'occasion.

Derrière nos lunettes, nous épluchons le menu du jour : risotto à l'orge, petits pois et agneau braisé, tartine chèvre-poire-noix, demi-pizza à la pancetta, linguines aux légumes et dorade royale. Ce programme est tout à fait conforme à la diversité attendue dans un bistro, et ce, avec une fourchette de prix conséquente, de 12 $ à 18 $. La variété se reflète aussi à la carte régulière avec des salades, des pizzas et des pâtes ainsi que les plats emblématiques de l'ADN bistro : cuisse de canard confit, boudin, bavette.

Si Régis chipote entre le plat d'orgeotto carné et les pâtes végés, devinez pour quoi je flanche? Vous l'avez en mille, la dorade servie sur lentilles aux lardons. J'adore cette garniture rattachée à la cuisine traditionnelle française qui sied aussi bien aux poissons qu'à une viande braisée. Le Brigantin a fait sienne cette cuisine à la portée de tous et qui me rappelle quelques plats des Frères de la Côte. Laissant les étiquettes «terroir» et «local» aux bistros spécialisés, le troquet s'acquitte de sa tâche avec une grande honnêteté. 

Notre lunch s'ouvre sur un potage (préféré à la salade) aux courgettes. D'un vert tendre, la préparation s'avère un peu liquide - le potage manque un peu de corps -, mais sa saveur crémeuse, dans laquelle on décode bien la présence de la courge, plaît.

«Goûteux.» Régis et moi arrivons au même constat à propos de nos plats. Ses pâtes - bien cuites - draguent d'abord l'oeil. De la ciboulette ciselée a été saupoudrée dessus en plus des copeaux de parmesan. Alléchant! La sauce tomate qui enrobe les linguines s'avère aussi riche et concentrée qu'un pesto de tomates séchées. Aubergines, poivrons et oignons en petits morceaux et préalablement tombés s'entremêlent à ses pâtes tout sauf ennuyantes.

Ma dorade sort de l'ordinaire. L'apprêt ne franchit pas la frontière du classique, sauf que la présentation (avec rabioles ciselées, carotte miniaturisée, poivron blanchi nain) et les saveurs en place l'élèvent à un niveau supérieur. La garniture de lentilles respecte deux règles d'or : les légumineuses n'ont pas éclaté à la cuisson et conservent une certaine fermeté. Autrement, les lardons qui l'émaillent sont nombreux, plus en chair que gras. Fuyante sous la chair maigre, une sauce vierge (huile d'olive, dés fins de tomate fraîche, câpres et, en boni, des dés de poivrons verts et rouges) l'assaisonne et lui rend une certaine moiteur perdue durant la cuisson. Même sa peau rôtie, mutée en «bacon marin», n'échappe pas à la fourchette. 

Si je n'avais aucune attente en entrant au Brigantin, j'en suis sortie avec la certitude que l'ère du bistro 101 est loin d'être révolue... 

=> AU MENU

Le Brigantin, 97, rue du Sault-au-Matelot, Québec. Tél. : 418 692-3737

  • Ouvert tous les jours
  • Cuisine bistro
  • Bouteille de vin à compter de : 30 $
  • Table d'hôte du midi de 12 $ à 18 $
  • Table d'hôte du soir de 27 $ à 30 $
  • Entrée de 5 $ à 17 $
  • Plat de 21 $ à 28 $
  • Pizza de 10 $ à 26 $
  • Pâtes de 18 $ à 26 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 33 $ (pour deux menus du jour incluant le potage, les plats, le dessert et les boissons chaudes)
  • Stationnement : dans la rue

On aime : la corbeille de pain : de la baguette à la croûte craquante et une mie ajourée. Un service vif et sympa. Jolie terrasse plantée au coeur de l'action.

On n'aime pas : le dessert liquide en verrine. Une soupe aux fraises? Un coulis? Chose certaine, il manquait une matière solide, lire un cube de gâteau blanc ou un doigt de dame pour donner de la cohérence à la finale sucrée.

Critique express

Cueilli : près de deux kilos de chanterelles dans les talles de mon ami Serge à Kamouraska. Une fois poêlée sur le Coleman, la manne de champignons a bouché un coin à huit campeurs. Avec un peu d'ail des bois, des queues d'oignon vert, du beurre, un trait de vin, tout était en place pour oublier le banc de brouillard qui venait de se lever sur les battures du camping SEBKA. Enfin presque! 

Petit déjeuné : au Racoin (100, Route 132 Est, Saint-Germain-de-Kamouraska). Rien de mieux qu'un café chaud pour se raplomber après une nuit glaciale (maudit brouillard humide!). Qu'on soit de type «gros déjeuner» - pain doré cochon avec bacon, assiette L'habitant incluant oeufs, saucisses sans boyau, rösti un peu pâteux - ou type grano à la recherche d'un muesli de luxe, vous y trouverez plus que votre compte. Le pain de ménage grillé vaut à lui seul la virée!

Bu : une bière sur la terrasse de la microbrasserie Tête d'allumette (265, Route 132 Ouest, Saint-André-de-Kamouraska), découverte l'été dernier. J'y reviens en pèlerinage. Sachez aussi que la limonade maison parfumée à la menthe passe le test auprès des gamins qui sont les bienvenus sur la terrasse.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer