CRITIQUE

Le Mezzé: la meilleure simplicité

L'absence d'artifices inutiles et des saveurs «d'origine» font... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'absence d'artifices inutiles et des saveurs «d'origine» font la force des plats du Mezzé.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) À Québec, quelques poissonneries ont beau se fendre en quatre pour s'approvisionner en prises variées, le saumon et le flétan reviennent souvent à charge. Impossible d'échapper à la loi de l'offre et de la demande. Où aller pour sortir de ces eaux connues? En Grèce, c'est-à-dire, très près de chez nous, au Mezzé.

Chaque été, mon périple dans le Maine me rappelle à quel point le goût du poisson pêché le matin ne s'imite pas. Chez Langford Road Lobster & Fish House où j'achète du homard, de l'aiglefin, de la morue et des huîtres, je ne suis jamais déçue. Avec du poivre, du sel de mer, un peu de citron et parfois quelques herbes fraîches lorsque j'en trouve chez Patten's Berry Farm, je n'obtiens que des compliments. Sans effort. Quel est le lien avec Le Mezzé? La même simplicité. L'absence d'artifices inutiles. Des saveurs «d'origine».

C'est donc une sorte de «retour à la mer» qu'on fait en s'attablant à ce troquet d'un bleu et blanc hellénique ouvert depuis un peu plus de deux ans. Au bord (!) du Mezzé, il y a de la pieuvre, des calmars, des crevettes, quelques poissons, dont de l'espadon, et de l'agneau. Conformément (religieusement même) à la tradition, ces produits ne sont couplés qu'avec des ingrédients phares de la diète nationale : féta, yaourt onctueux, huile d'olive capiteuse et miel du pays.

Si j'y suis déjà allée pour le repas du soir, c'est la première fois que je m'y pointe un midi. Mon objectif : du poisson. Au menu du jour, l'espadon l'emporte sur les côtelettes d'agneau, l'option ratatouille-féta et les calmars, l'une des spécialités éprouvées. Alex, mon invitée, ne s'éternise pas : va pour le duo légumes et fromage.

Notre voyage s'amorce sur un potage épinards-féta-fenouil d'un vert intense. Égrené petitement, le fromage fond - quelques miettes déjà évanouies - dans le liquide, le salant et l'assaisonnant à la fois. L'épinard y est vraiment fêté. J'y vois aussi une réplique liquide de l'appareil qui sert à farcir les spanakopitas, ces chaussons de pâte feuilletée.

Notre serveuse vérifie deux fois plutôt qu'une l'état de nos papilles avant de nous livrer les plats. Au coup d'oeil, je dirais que la ratatouille, coiffée d'une tranche de féta, s'avère d'un basique déconcertant. Et pourtant! Au creux de l'assiette, les courgettes en tronçons épais, l'oignon tombé et la tomate étuvée se plaisent individuellement - la courge bien cuite sans être spongieuse. Ensemble, ces légumes mijotés forment le nid douillet du fromage - crémeux, pas crayeux comme certains fétas - nappé d'un léger filet d'huile. En plein le genre de plat rustique dans lequel du pain se trempe sans gêne.

Modèle d'abondance

Mon steak d'espadon grillé se conforme à ce même modèle d'abondance. Badigeonnée d'un peu d'huile d'olive, sa chaire floconneuse a été salée et poivrée. Aucune nécessité de presser dessus le citron en à-côté. L'espadon s'autosuffit. D'une simplicité égale et bienvenue, la salade d'accompagnement - de la romaine tranchée finement et parfumée à la menthe - induit ce rapport fraîcheur-nourriture saine associé au poisson. Un poivron farci avec du riz à grains longs, des amandes effilées et des raisins secs réhydratés renfle un plat représentatif d'une cuisine de famille authentique et copieuse.

Au dessert, un renversé maison aux bleuets - d'une texture de gâteau type pouding aux fruits de nos grands-mères - serti d'un cumulus de yaourt nature et de miel très floral conclut l'ascension de l'Olympe. À Québec, la Grèce ne connaît pas la crise... 

À noter que Le Mezzé ferme du 14 septembre au 22 octobre. L'équipe va se ressourcer chez Zeus!

=> AU MENU

Le Mezzé, 299, rue de Saint-Paul, Québec. Tél. : 418 692-5005

  • Ouvert tous les jours
  • Cuisine grecque
  • Bouteille de vin à compter de : 30 $ 
  • Table d'hôte du midi de 14 $ à 18 $ (dessert en sus)
  • À la carte en soirée
  • Entrée de 6 $ à 11 $ 
  • Plat de 16 $ à 30 $ 
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 34 $ (pour deux menus du jour incluant le potage, les plats, un dessert et les boissons chaudes)
  • Stationnement : dans la rue 

On aime : une générosité omni-présente, de l'ampleur de l'assiette au service d'une grande gentil-lesse. Nos salutations particulières à la charmante serveuse d'origine polonaise. Une soie! Plusieurs vins grecs en importation privée parmi lesquels des rosés secs à découvrir.

On n'aime pas : qu'il n'y ait pas plus de poissons à la carte du midi.

Critique express

Reviens...

De Cap Porpoise, mon paradis du Maine. Quatre arguments pour expliquer mon arythmie lorsque je m'y pose : The Ramp pour l'apéro les pieds posés sur le tapis de coquillages de sa terrasse; l'épicerie Bradbury pour ses contrefilets vieillis; The Wayfarer pour ses petits déjeuners «américains» revisités; Cap Porpoise Kitchen pour ses crab et salmon cakes... 

Découvert...

Farm + Table. Tout le savoir-faire des artisans de l'est des États-Unis loge dans la nouvelle boutique qui sent bon le savon au sel de mer. Baleine en métal recyclé, napperons tissés bleu et grès, conserves de cerises pour confectionner des tartes, sacs en jute; les objets ont été triés un à un, des sirops à cocktails aux chandelles en pot Masson venues de Brooklyn. Que du beau! J'en suis sortie avec une «liste de mes envies»... exaucées!

Mangé...

Chez Earth (à Hidden Pond) du chef Justin Walker. C'était une troisième fois en trois ans d'affilée. Pourquoi? La fantastique entrée végétarienne de brocoli et yaourt au curcuma - je simplifie, vous le devinez -, la morue rôtie en duo avec du canard, le saumon sauvage sur salade tiède de quinoa et capucines et le risotto au homard, local il va de soi, comme tous les ingrédients travaillés dans ce chalet relax à l'orée du bois. Pas pour rien qu'en entrant sur le site, une pancarte recommande : «respirez profondément». 

Vu...

Lors de ma visite au Mezzé que le bistro Bacio (337, rue Saint-Paul) est fermé. Une enseigne spécialisée dans les sushis s'y installera sous peu.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer