CRITIQUE

Deux22 Bouffe.Bar.Boutique: playa del Saint-Roch

En plus de sa boutique et de son... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En plus de sa boutique et de son bar, le Deux22 possède une chouette cour intérieure. Parfait pour profiter de la cuisine de plage du resto.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Des fringues et des tacos. Un bon programme. Deux22 Bouffe.Bar.Boutique prouve qu'on peut faire deux choses à la fois. Même les gars!

Nous y voilà donc, dans notre cas, davantage pour le lunch que pour magasiner, même si une robe à l'entrée me fatigue. Direction donc la cour arrière, plus que le bar - à droite de la boutique - qui accueille aussi les clients. Et quelle cour! Pas qu'elle soit meublée de tables et de chaises d'un chic Jardin de Ville. Deux22 fait plutôt dans le recyclé (comme je l'aime) : chaises «d'école», banc d'église, tables en bois basiques mais stables et des guirlandes d'ampoules qui doivent créer une chouette atmosphère la nuit venue. Car Deux22, le resto, est ouvert de 11h le matin jusqu'à tard le soir.

Puisque c'est congé ce midi, le vin est «autorisé». À l'ardoise, des produits en IP, comme le dit le jargon d'initié, lire de l'importation privée, et un choix de bières, dont une Farnham brassée spécialement pour Deux22. Nous statuons, avec l'invitée, sur un blanc élevé en biodynamie au parfum floral et une fin de bouche de pêche blanche. S'il n'y a pas encore de carte officielle, le serveur décrit avec exactitude les vins disponibles et les fait goûter. Pour une table «informelle», l'initiative plaît, d'autant que plusieurs serveurs omettent de le faire dans des restaurants où la dégustation devrait être impérative.

Même si des ustensiles patientent dans des pots en terre cuite sur chaque table, la cuisine de plage de Deux22 s'ingurgite à l'aide des doigts. Surtout lorsqu'il est question de nachos, ailes de poulet et tacos. Même le ceviche de tilapia, nous l'engloutirons grâce aux nachos qui encerclent le poisson mariné minute. J'avoue que le tilapia m'ennuie. C'est une chair blanche et ferme qui a peu de caractère, une sorte de tofu de la mer. Lui aussi réclame des assaisonnements pour dévoiler sa face cachée. Ici apprêté en ceviche, le poisson, en dés réguliers, jouit d'une seconde chance méritée. Agrémentée d'agrumes (jus de citron, pulpe d'orange et de pamplemousse rose), la préparation offre en bouche toute la vivacité attendue. De la coriandre et des zestes de lime tonifient un peu plus ce bouquet de saveurs vraiment rafraîchissantes. Les chips de maïs typiques - pas de faux nachos - donnent congé à la fourchette.

J'imagine que ces croustilles sudistes proviennent de l'une ou l'autre des épiceries mexicaines du secteur, le Marché exotique La Fiesta (101, rue Saint-Joseph Est) quasiment en face. La remarque s'applique aux tortillas des tacos. Je reconnais - sauf erreur - les tortillas souples Piaxtla que j'achète justement à La Fiesta. J'en ai toujours au congélo. Mieux encore, le Deux22 les double [les tortillas] dans ses assiettes de tacos (porc, poulet, boeuf et crevettes au choix), histoire de parer aux fuites.

Anik a choisi les tacos (3 unités par plat) au poulet. J'ai flanché pour ceux aux crevettes. Les tacos à la volaille sortent davantage des sentiers connus avec l'apport du chou braisé et du chorizo. Si le chou avance un petit côté choucroute, le saucisson, lui, introduit des notes fumées et de paprika. Le guacamole s'occupe de lier tous les ingrédients, c'est-à-dire, les ajouts. Cordés en bord d'assiette, il y a des dés de tomate, de la laitue iceberg tranchée, de l'oignon rouge émincé et de la coriandre. À ce sujet, existe-t-il une herbe qui polarise autant que la coriandre? Poser la question, c'est y répondre. À chacun d'en mettre ou pas selon son camp. C'est aussi le cas pour la sauce piquante.

Au tour de mes tacos aux crevettes qui comportent eux aussi une garniture signature, à savoir une purée de maïs. Sinon, l'oignon vert, une tranche d'avocat et un peu de fromage sont les condiments désignés des crustacés (4) sautés avec de la lime et du chili. Les papilles concluent à des saveurs plus conventionnelles, mais savoureuses.

Voyez-y un lunch sain, frais et peu gras que les uns - les gros appétits - diront insuffisamment copieux. Bien que le dessert ne soit pas essentiel à la vie de tous, précisons que la carte s'en tient pour l'instant au salé. Une rage de sucre une fois l'addition réglée? Il suffit de traverser au Croquembouche.

J'ai bien hâte de voir comment évoluera le Deux22 une fois le froid de retour - la superficie resto s'avère limitée dans la boutique. D'ici là, allez profiter de sa cour intérieure.

=> AU  MENU

Deux22 Bouffe.Bar.Boutique, 222, rue Saint-Joseph Est, Québec. Tél. : 581 742-5222

  • Ouvert (pour le resto-bar) tous les jours 
  • Tacos et cuisine sudiste
  • Bouteille de vin à compter de : 42 $
  • Tacos de 11 $ à 13 $ 
  • Ceviche et salade de crevettes de 9 $ à 10 $ 
  • Nachos de 7 $ à 10 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 34 $ (incluant un ceviche de tilapia partagé et deux tacos [3 unités par assiette])
  • Stationnement : dans la rue

On aime : la cour intérieure, un vrai patio comme dans les pays où il fait toujours chaud. Une oasis à découvrir en plein coeur de la ville.

On n'aime pas : plus une suggestion qu'un bémol. Les tacos, c'est «cochon», j'ajouterais de facto de la crème sure en garniture (à part).

Critique express

Assoiffé : de sangria éclusée en Espagne. D'un établissement à l'autre, le vin fruité s'allongeait plus ou moins de soda ou de limonade, mais sur le coup de 16h30, désaltérait à coup sûr. Quelle est la meilleure sangria à Québec? Des suggestions? Écrivez-moi à sbhoude@lesoleil.com.

Constaté : que la cuisine sud-américaine s'invite dans la cuisine andalouse. À Grenade, j'ai découvert un chouette resto colombien, le Papaupa. Entre les croquetas et le jamón ibérique se glissaient à la carte un ceviche de langoustines parfumé à la coriandre et des empanadas au boeuf effiloché à la pâte craquante. En prime, la musique endiablée de Toto La Momposina pour rythmer la soirée.

M'ennuie : des parasols dotés de gicleurs de bruine d'Espagne. Fiston, lui, rêve de churros, ses pailles de pâte à beigne frite à tremper au petit déjeuner dans un chocolat chaud épais et sucré. À Grenade, les familles se réunissent le dimanche pour faire trempette dès 11h. En passant, au Marché du Vieux-Port, un petit kiosque frit des churros sur place. À essayer!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer