Critique

Boudoir Bar & Pizzéria: une nouvelle identité

Le style industriel, avec les chaises en métal... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le style industriel, avec les chaises en métal et les tables hautes, colle bien à l'architecture du bâtiment.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) En mars, le Boudoir fermait pour se refaire une beauté et changer d'identité. Qu'est-ce qui sort de ce «brassage de cartes» et de ce lifting? Une pizzéria! Une autre dans Saint-Roch? Et pourquoi pas?

Clairement, la fermeture du Yuzu en décembre a sonné l'alarme et ébranlé les colonnes du temple. La restauration dans Saint-Roch n'est pas une sinécure. Ni ailleurs à Québec. Le premier trimestre de 2015 rappelle la fameuse formule annus horribilis de la reine Élisabeth II...  De là, les spéculations à savoir qui serait le prochain à mettre la clé dans la porte dans le quartier. Sauf qu'au lieu d'attendre «son tour», le bar-resto de la rue du Parvis s'est questionné. La conclusion de la réflexion, la niche pizza, était le meilleur moyen de se positionner, lire de se remettre sur la carte à l'heure des repas. Le Boudoir Lounge devenait le Boudoir Bar & Pizzéria. 

En apprenant la nouvelle, j'ai sursauté. Un, pas besoin d'aller puiser son inspiration aussi loin qu'aux États-Unis ou à Toronto. Trois coins de rue seulement séparent le Boudoir de Nina Pizza, la boîte à pizza à succès. Et dieu sait que le modèle Nina doit faire des jaloux. Deux, j'y ai vu - dans la nouvelle vocation du Boudoir - un peu d'opportunisme du genre : si Nina a pris le marché, je peux lui en prendre «une pointe». Qui n'a pas droit à sa part du gâteau, vous me direz? Trois, l'arme est à deux tranchants. Si le Boudoir rate son coup, là c'est vrai que c'est la fin. L'histoire de Gemini pizza nous aura appris que ce n'est pas parce qu'un établissement bénéficie d'un capital de sympathie que l'affaire tourne. En conclusion, Boudoir Bar & Pizzéria a de la pression et doit livrer un produit de qualité à coût comparable pour se montrer compétitif dans ce marché de proximité.

J'y suis allée vendredi il y a deux semaines et l'expérience a été très concluante. D'emblée, je vous signale que je préfère l'atmosphère de Nina, car le local est moins vaste et plus sympa. À la décharge du Boudoir, la salle doit convenir aux deux vocations de l'établissement. Cela dit, le changement décor dans un style industriel, avec les chaises en métal et les tables hautes (en façade), colle bien à l'architecture du bâtiment et ses plafonds très hauts. Personnellement, j'augmenterais le nombre de tables sur le palier pour mieux occuper la salle. J'aime bien aussi l'idée de servir les pizzas sur leur plaque de cuisson en tôle. C'est brut et assumé.

S'il y a un élément qui frappe dans le menu du Boudoir nouveau, c'est sa simplicité et le respect du caractère basique des pizzas napolitaines. On y trouve donc que de la pizza et quelques salades à la rubrique «pas de pizza». Point barre, exception faite des desserts; de la pizza au Nutella et des éclairs de chez Nourcy. Tomates San Marzano et mozzarella sont les ingrédients de base auxquels s'ajoutent des garnitures comme des charcuteries (speck, capicollo, etc.), du «vert» (basilic et roquette) et quelques condiments comme du piment cerise. 

Direct au but, je commande la Pace Verde et l'invitée, celle à la saucisse. La première, prévient la serveuse, est plus sèche, car c'est une pizza blanche. Le nappage de tomate est remplacé par du pesto - j'en mettrais un peu moins - qui s'accorde magnifiquement avec le fromage caciocavallo à la saveur fumée. Histoire d'ajouter du piquant sans que le feu ne triomphe, de fines tranches de capicollo au poivre s'étalent sur la croûte, laquelle accueille aussi des piments cerises plus sucrés qu'incendiaires. Qu'en est-il de la pâte? Craquante sur les bords sans être sèche comme l'est une pâte cuite au four à bois. Un coup de coeur.

Du coup, la pizza à la salcisia paraît «mouilleuse», du moins la pâte au centre de la sphère. Ce qui n'enlève en rien à la forte comptabilité entre les oignons marinés au balsamique et le (fromage) fior di latte. Quant à la saucisse italienne, sa chair montre une saveur anisée qui s'éclate joyeusement en bouche avec la pomodoro. Dans ce cas, il suffit d'ajuster la cuisson pour arriver à un résultat optimal.

À mon avis, Boudoir Bar & Pizzéria est sur les rails. Reste à savoir maintenant si ce nouveau joueur fractionnera la clientèle ou s'il en développera une nouvelle.

=> AU MENU

Boudoir Bar & Pizzéria, 441, rue du Parvis, Québec. 418 524-2777

  • Ouvert du mardi au dimanche. Fermé le lundi
  • Type de cuisine : pizza
  • Bouteille de vin à compter de 33 $
  • Pizza de 9 $ à 16,50 $
  • Salade de 12 $ à 17 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 31 $ (incluant deux pizzas)
  • Stationnement: dans la rue

On aime : la cuisson régulière de la pâte. Le personnel en salle se montre particulièrement intéressé aux commentaires. Très chouette, l'enseigne lumineuse Yeah! accrochée derrière le bar sur le palier. 

On n'aime pas : le palier au rez-de-chaussée du bar. L'espace paraît dénudé à l'heure du lunch.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer