CRITIQUE

Les Maltcommodes Resto & Microbrasserie: houblon-party!

Les Maltcommodes Resto & Microbrasserie a pris la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les Maltcommodes Resto & Microbrasserie a pris la relève du Liquor Store Beauport.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Les Maltcommodes! Un chouette nom. Vraiment! C'est celui du nouveau concept de resto et de débit à bières d'ici qui a pris la relève du Liquor Store de Beauport. Sa devise est empruntée à Ronny Cotteure, un comédien belge et biérologue : «La bière, c'est de l'amitié liquide».

Le menu se veut bistro mais offre également... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Le menu se veut bistro mais offre également un volet cuisson sur pierre chauffée à 850 °F comme un filet mignon.

Le Soleil, Erick Labbé

Revenons à notre houblon pour vous dire que j'ai été ni plus ni moins que ferrée par le menu en ligne de ce nouveau resto-bar. Visuellement (lire graphiquement), j'ai mordu. Le contenu m'a également tenue au bout de la ligne avec ses intitulés accrocheurs comme Le meilleur grilled-cheese au monde! (cheddar vieilli, capicollo, canard confit, pommes caramélisées), le fish & chips «sa coche», la série de cinq pucks de tartare (cerf et chorizo, bison et noisettes grillées, etc.). Ces Maltcommodes ont flairé «la bonne recette». En plus, avec une dénomination aussi sympa, il est presque permis de rêver à La Tête d'allumette, LA microbrasserie du Bas-du-Fleuve.

Bref, le concept en soi, le menu et l'idée de se faire brasser huit bières par Brasserie générale - des ex de La Barberie - frappent dans le mille même si le positionnement microbrasserie m'apparaît un peu poussif. Je m'avoue sceptique par rapport au changement de vocation. On dit avoir viré de bout en bout le Liquor Store. Vrai pour le décor. Par contre, l'atmosphère, la musique et la faune ont-elles vraiment changé? J'ai des doutes. Un repérage un jeudi, jour J du 5 à 7 et soir, m'a permis de recenser plusieurs douchebag de 18-40 ans et autant de «jeunes demoiselles» aux propos aussi profonds que, je cite : «Je me suis fait cruiser par un Italien...» Wow! Impossible de ne pas noter le décalage entre le projet imaginé et la cible atteinte.

Nous y voilà donc, vers 18h15, la salle est bondée, la musique boum-boum. À l'accueil, la jeune femme est débordée - un peu, beaucoup, très mêlée - et finit par nous attribuer une table près de la porte qui donne accès à la plonge. J'explique à l'un des gestionnaires, très compréhensif, qu'en réservant une table la veille, à midi, le client «normal» s'attend à une meilleure table. Cherchant une solution, il résout le problème et nous en attribue une autre le long d'une banquette. La soirée est sauvée.

Show de boucane

En ouverture de texte, j'indiquais que le menu se veut bistro. C'est vrai, mais il ne s'y limite pas et offre également un volet cuisson sur pierre chauffée à 850 °F avec des choix de chairs à griller (filet mignon, bavette, cerf, pétoncles U10, crevettes, thon). La copine Stéphanie adhère à la formule de ce barbecue d'intérieur et opte pour le pavé de thon. J'avais déterminé mes choix à l'avance avec le parmentier de canard précédé des crevettes Bam-Bam. L'invitée me suit dans ce filon «grignotine» très compatible avec la bière en prenant les calmars, véritables pépites croustillantes. Ces deux fritures se montrent à la hauteur pour la qualité de leur panure - pas trop épaisse et peu huileuse. Leurs sauces respectives, l'une «cocktail» parfumée au paprika fumé pour les crevettes et l'autre cajun sans zèle sur le piquant, caracolent en bouche. Un départ bien épicé.

La plaque chauffée à blanc de l'invitée tarde. Avant qu'il ne refroidisse, je poursuis avec ce classique qu'est le parmentier de canard, ici traité d'une manière littérale sans liberté sinon qu'une sauce porto et gruyère - néanmoins fade - en nappage. Ainsi, de bas en haut, l'étagé se compose de chair de canard effilochée, d'un peu de poireau, de purée lisse et d'une julienne de betterave confite. Voyons-y un pâté chinois hexagonal. Cela dit, à 12 $ (avec une salade composée), je ne m'attendais pas à une épiphanie gastronomique.

La cuisson sur pierre s'avère un show de boucane au sens propre. Quelle est la valeur ajoutée de finir la cuisson d'un bloc de poisson à sa table? Une fois dit, je conviens toutefois que la pièce de thon - sorte de «mignon» de thon - avance fraîcheur et qualité. Je qualifierai de vif, voire d'un peu agressif (sans être déplaisant) son assaisonnement (sur deux faces) à la mangue et chipotle. Du riz, des légumes à griller (asperge et courgette) et deux beurres composés fondus - très vieille école à l'américaine, voire à la Red Lobster - complètent le forfait qui néanmoins semble plaire autour de nous.

Qui a tort? Qui a raison? Au bout du compte, je persiste à penser qu'au resto, l'un des objectifs est de recevoir un plat prêt-à-manger et non pas «faire semblant de»...

=> AU MENU

Les Maltcommodes Resto & Microbrasserie, 3333, rue du Carrefour (Beauport), Québec. Tél. : 418 663-7171

  • Ouvert tous les jours
  • Cuisine bistro et cuisson sur pierre
  • Bouteille de vin à compter de : 29 $
  • Bière en fût à compter de 4 $
  • Menu du midi de 10 $ à 14 $
  • À la carte en soirée
  • Entrée de 4 $ à 12 $
  • Plat de 10 $ à 20 $ (pour la guédille de homard et crevettes)
  • Viandes, poissons et fruits de mer cuits sur pierre de 22 $ à 36 $
  • Tartare de 20 $ à 24 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 58 $ (incluant deux entrées à la carte, un plat à la carte et un poisson sur pierre)
  • Stationnement : réservé

On aime : le choix de bières de microbrasseries québécoises (Frampton Brasse, Microbrasserie du Lièvre, Pit Caribou, etc.) et une carte de prix extrêmement honnête. Les entrées (cuillères de tartares, bol de frites, quesadillas au poulet) sont bien pensées pour accompagner une pinte fraîche.

On n'aime pas : les bières goûtées ne sont pas, à notre avis, encore au point. La ambrée dite L'enfer du malt (6 % alcool) s'avère justement trop maltée et tombe vite à plat. Quant à Rihanna, en boucle, c'est rataplan! Vite, je me rebranche sur KCRW Santa Monica, ma station de radio préférée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer