Critique

Q-de-Sac Resto-Pub: avec ou sans hockey!

Installé dans l'ancienne Trattoria Sant'Angelo, le Q-de-Sac affiche... (Lle Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Installé dans l'ancienne Trattoria Sant'Angelo, le Q-de-Sac affiche un style chalet avec son tissu «bûcheron» à carreaux.

Lle Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Je l'avoue, je ne suis pas la clientèle cible des restaurants sportifs! Pantoute! Néanmoins, écouter du sport à l'écran - vraiment, je ne comprends pas l'intérêt de cet exercice passif - devant une pinte de bière et une bonne bouffe n'est pas impossible. Le Q-de-Sac Resto-Pub m'en a convaincu.

OK, jamais «je n'aurai ma place» ni ne me convertirai en fan de la soirée du hockey, sauf que j'y retournerai. Un-zéro!

C'est dans l'ancienne Trattoria Sant'Angelo que le Q-de-Sac s'est installé en décembre dernier. De l'image d'Épinal du bistro italien ne reste que l'immense four à pizza. L'Italie d'hier s'est effacée au profit de l'esprit de chalet très «doudou». Qui dit chalet, dit gros bas de laine et, dans ce cas-ci, les références obligées comme le tissu «de bûcheron» à carreaux rouges et noirs pour habiller les banquettes et un bar en bois massif laqué. Difficile de ne pas noter l'influence d'Archibald Microbrasserie pour le look. 

À la courte carte du Q-de-Sac, les plats iconiques de comfort food - et trois pizzas - sont apprêtés d'une manière plus poussée par le chef Steve Levasseur. Ce dernier a roulé sa bosse à L'Intimiste en plus d'avoir oeuvré au SSS, à Toast! et Chez Boulay. Son parti pris d'une cuisine réconfortante pimpée prend forme par l'entremise d'un mac and cheese au canard, d'un pâté chinois à la joue de boeuf, d'une poutine de luxe (au foie gras) et d'une série d'entrées (8,50 $) - soupe à l'oignon gratinée à la bière noire, tartare de boeuf, gravlax, etc. - qui peuvent s'additionner jusqu'à plus faim (lire un repas complet). Ces arguments bien en chair comptent plusieurs buts en enfilade.

Dès le premier lancer, un tartare de boeuf, j'ai, avec l'invitée, un coup de coeur. Quel tartare! Je le situerais quelque part entre ceux du SSS et du Jack Saloon, deux autres «crus» qui ont de la personnalité. Détaillé au couteau en dés réguliers, l'appareil carné montre de la prise en bouche. Il a été parfumé d'une touche, rien d'excessif, d'huile de truffe. C'est davantage la sauce piri-piri qui accapare - un dosage nickel - la fin de bouche. Entre l'expression des premières saveurs et la finale piquante, de l'échalote frite - au lieu de l'échalote française - intègre des notes sucrées caramélisées et des copeaux de parmesan du croquant. En plein dans le mille dans la catégorie tartare bien relevé.

Le duo de saumon fumé et de gravlax appartient aussi aux ligues majeures. Saveur modérément «boucanée», effluves de whisky canadien, sauce crémeuse pour bénir les chairs, ces ingrédients définissent l'un et l'autre des apprêts. Sauf que l'assiette se distingue bien davantage par la découpe du poisson en cubes (ou bonbons) de sorte à amplifier le moelleux du saumon. 

Nous enchaînons avec la poutine et le mac and cheese. Au centre de la table, les deux bols nous regardent, insistants. Je plonge fourchette première dans la poutine. En passant, la Poutine Week, qui se déroulait du 1er au 7 février, a couronné plusieurs championnes, dont un prix du public accordé à la poutine de la Brasserie Artisanale La Souche. Je le mentionne, car la poutine au foie gras du Q-de-Sac aurait pu, dans une catégorie poutine bistronomique, recueillir des votes. Du moins, elle obtient le mien.

Mon adhésion se base sur des frites de bonne tenue - pas molles -, du fromage Perron en quantité généreuse et non pas calculée au grain près, une sauce corsée, du bacon tendre (pas du simili, sec) et quelques morceaux de foie gras tiédissant sur les patates. Son seul défaut : une quantité insuffisante de sauce et un plat servi insuffisamment chaud. 

Dans le même registre gourmand, le macaroni au fromage vaut son pesant de calories! Enrobés d'une sauce veloutée au cheddar de L'Isle-aux-Grues, les coudes al dente sont recouverts d'un monticule de chair de canard confit à la texture de jambon braisé à feu doux. Déjà, ces pâtes font un câlin aux papilles. Leur ajouter des légumes cuits à la manière d'un pot-au-feu - carottes, haricots verts, betteraves - constitue une sorte de trois pour un de cuisine dorlotante. Un bol complet!

En roulant jusqu'à l'auto, je garde en tête un snack d'avant-match réussi - dans le genre «cochon» avec de bons ingrédients - et un tartare de boeuf qui a la faculté de faire oublier tous les écrans plasma de ce monde... C'est pas rien!

Au menu

Q-de-Sac Resto-Pub, 10, rue du Cul-de-Sac, Québec

Tél. : 418 692-4862

  • Ouvert tous les jours
  • Cuisine réconfortante
  • Bouteille de vin à compter de 32 $
  • Menu du midi de 14 $ à 16 $
  • À la carte en soirée
  • Entrée au prix unique de 8,50 $ (prix dégressif, selon le nombre d'entrées commandées)
  • Plat de 15 $ à 22 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 49 $ (incluant les entrées et les plats)
  • Stationnement dans la rue
On aime : une belle addition dans le Petit-Champlain pour prendre une bière et manger bon et pas compliqué ou écouter le hockey dans une atmosphère «civilisée», d'un point de vue féminin. Bravo pour la carte de bières québécoises et de vins canadiens, un filon audacieux, surtout pour le vin. 

On n'aime pas : de l'extérieur, le restaurant n'est pas bien identifié en raison, notamment, de l'abri Tempo qui recouvre l'entrée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer