CRITIQUE

L'Autre Cuisine Bistro-Bar: enfin!

L'assiette de pâté chinois s'amène brûlant avec, selon... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

L'assiette de pâté chinois s'amène brûlant avec, selon l'usage, un ramequin de ketchup. En accompagnement,  une barque de chou rouge garnie de carotte râpée émaillée de noix de Grenoble émiettées.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Il était temps qu'elle ouvre, L'Autre Cuisine! Après le débat autour d'un moratoire contre l'addition de nouveaux bars sur l'avenue Myrand, le bistro-bar rétro déjanté vient tout juste d'ouvrir. Avec L'Autre Cuisine - petite soeur de La Cuisine de Saint-Roch -, le quartier vient de trouver un établissement pour rejoindre la faune étudiante... et les moins jeunes!

L'Autre Cuisine correspond à une version hybride de... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.0

Agrandir

L'Autre Cuisine correspond à une version hybride de la cuisine éclectique du premier appart et celle de la vieille maison qui, un jour, sera rénovée après l'électricité, la plomberie, les fenêtres... 

Le Soleil, Pascal Ratthé

Je les comprends, les proprios, d'avoir affiché leur permis d'alcool sur leur page Facebook. Un trophée! Ce que je m'explique moins, c'est pourquoi s'opposer à l'ouverture d'un commerce qui contribue à l'animation d'une artère qui en a bien besoin? Des fêtards trop bruyants? Soyons francs, il n'y a pas une masse critique de restos-bars (Cactus, Au temps perdu) dans le secteur pour générer un raffut comparable aux fins de soirée de l'ex-Star Bar (Pyramide). Qui plus est, L'Autre Cuisine ne mobilise pas une clientèle tapageuse. À moins que deux étudiants qui jouent une partie de UNO en éclusant une pinte soient dérangeants. Si c'est là la position de certains citoyens, c'est qu'ils sont profondément «vieux», peu importe leur âge. Par ailleurs, décider de s'installer en façade d'une artère commerciale, c'est aussi accepter qu'il y ait du bruit, de la vie...

Bref, nous y voilà. À l'entrée, la cage d'escalier a été tapissée d'un collage de pubs de vieux magazines. L'une est de saison : «Des exercices pour le ventre» où un «monsieur» un peu mou s'exerce à des redressements assis. En haut des quelques marches, les clients accèdent directement à une cuisine qui aurait pu être le décor d'une production des Belles-soeurs de Michel Tremblay avec ses tables en formica, les chaises rembourrées, le four à serpentin - qui chauffe tellement mieux que les surfaces en vitrocéramique! -, le vieux «fridg» et un four à micro-ondes. J'avoue que l'électroménager qui a révolutionné la vie de la femme moderne, je l'aurais moins mis en valeur. Suis-je hypocrite en voulant le mettre hors champ? Selon l'invitée, oui. «Le caches-tu, le tien?» Non, mais je l'utilise rarement. 

Fin du procès de l'appareil pour dire que l'aire de travail de L'Autre Cuisine correspond à une version hybride de la cuisine éclectique du premier appart et celle de la vieille maison qui, un jour, sera rénovée après l'électricité, la plomberie, les fenêtres... L'amie Steph résume à point l'atmosphère : «dans l'esprit du Bas-du-Fleuve». Je sais qu'elle pense à sa buvette préférée, la Tête d'Allumette à Saint-André-de-Kamouraska. Un compliment!

Quant au projet bouffe, il se veut simple, sans aucune prétention, façon La Cuisine de Saint-Roch. À l'ardoise, «du bon manger» : cinq plats de cuisine familiale de tous les jours avec un pâté chinois, des cigares au chou, un spaghetti gratiné, une pizza végé et une salade tiède épinards-chèvre-bacon. Ici, le prix unique de 10 $ est justifié sans baratin ni intention de coller à la formule du Bureau de Poste. 

Cuisine familiale

Comme je l'écrivais, il s'agit d'une cuisine «familiale», généreuse et, ma foi, avec laquelle on renoue avec plaisir en janvier après des repas souvent très élaborés. La crème de champignon (en entrée) se révèle un potage plus lacté que crémeux en termes de consistance. Même si sa texture pourrait montrer plus de corps, sa saveur forestière s'imprime clairement en bouche. Servie dans des bols années 70 rouge braise, la soupe à l'oignon gratinée, un classique hivernal, profite d'un bouillon clair enrichi d'une quantité adéquate d'oignon fondu - lire beaucoup. Deux triangles de pain de type ciabatta y surnagent, couronnés de fromage fondu. Une soupe gloutonne même si, à mon avis, le fromage choisi mériterait d'être plus fort, un gruyère par exemple.

En portion individuelle, mon pâté chinois - une portion de gars - s'amène brûlant avec, selon l'usage, un ramequin de ketchup. Purée lisse et ferme, maïs en grains crémeux et du boeuf haché au-dessous, cette lecture de notre pâté «national» passe l'examen avec mention. L'accompagne une barque de chou rouge garnie de carotte râpée émaillée de noix de Grenoble émiettées. Ces brindilles de carotte, nous les retrouvons dans la salade tiède d'épinards. S'y agglomèrent du fromage de chèvre tempéré ainsi que les noix touillées avec les verdures. Nos canines auraient aimé croiser le fer avec des lardons en chair, mais le bacon s'avère d'une discrétion redoutable. Un bien pour un mal. «Invitée surprise», une pomme McIntosh en lamelles intègre une touche acidulée à la salade-repas. 

Vous l'aurez compris L'Autre Cuisine mitonne suivant la ligne qu'il y a toujours un p'tit quelque chose de bon au frigidaire. Une autre adresse à classer dans les aubaines de janvier.

=> AU MENU

L'Autre Cuisine, 840, avenue Myrand, Québec. Tél. : 418 204-1777

  • Ouvert tous les jours
  • Cuisine familiale
  • Verre de bière à compter de : 3,75 $
  • Menu du midi : ajoutez 2,75 $ au prix du plat et obtenez la soupe et le café. Plat au prix unique de 10 $
  • Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 27,61 $ (incluant les potages et les plats)
  • Stationnement : dans la rue

On aime : un resto-bar qui revigore (et rajeunit) l'avenue Myrand. Très sympa. 

On n'aime pas : les verres à vin «d'époque» à bord épais. Je comprends qu'on veuille pousser le vintage jusqu'au bout. Néanmoins, même chez Dollorama, il y a des verres kitsch dans lesquels il serait plus agréable de boire un portugais très correct à moins de 6 $ (le verre).  Ça, on aime! Beaucoup!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer