MC Lounge: pour le Wagyu et plus!

Le MC Lounge fait partie des trois restaurants... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le MC Lounge fait partie des trois restaurants du Bonne Entente. Les carnassiers les plus exigeants sont prêts à débourser (selon le prix du marché) ce qu'il faut pour déguster du boeuf Wagyu.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Bois-Houde

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) L'hôtel Le Bonne Entente dispose de trois atouts : en été, la terrasse du Napa grill, puis du jeudi au samedi, Le Monte Cristo l'Original, sa table gastronomique. Le troisième, le MC Lounge, plusieurs l'ignorent encore, rassemble les carnassiers les plus exigeants, prêts à débourser (selon le prix du marché) ce qu'il faut pour déguster du boeuf Wagyu.

Ce produit de niche* sert donc de positionnement fort pour le MC Lounge. Sous la direction du chef Jean-François Bélair, la grilladerie redéfinit ainsi les paramètres du steakhouse avec une offre plus gastronomique que basiquement carnée. Les choix d'entrées vont en ce sens. Qu'est-ce qu'on y trouve? Un tartare de truite et esturgeon fumé, des pétoncles U-10 sur topinambours, canard fumé et fèves edamame, de la pieuvre braisée et même une salade César contemporaine (pancetta, Pecorino à la truffe noire et canard confit). À des années-lumière de la vision Kraft de la classique Caesar Salad.

Carte équilibrée

Dans les résistances, le boeuf AAA (ribs, contre-filet et filet ainsi que la pièce du moment de Wagyu) partage la vedette de la carte avec des poissons (thon albacore, doré jaune, mix grilled de coquillages et crustacés), un mac & cheese de luxe au homard et crabe et une pintade farcie au chorizo. Il s'agit d'une carte équilibrée, pas inutilement longue et qui pourtant va plus loin qu'à l'essentiel. Chaque plat se veut relativement élaboré - plusieurs garnitures, légumes nombreux, etc. -, dont le thon accompagné de quinoa aux légumes, de mascarpone, pomme et radis. Encore une fois, nous nous éloignons à pas de course des langoustines au beurre à l'ail.

Pour ma part, j'ouvre ce repas sur un carpaccio de Wagyu qui me souffle par son originalité. Trois tranches de chair sont positionnées de sorte à former un rectangle parfait en aplat. Aux extrémités, des pointes de purée d'ail noir du Japon (d'une saveur entre l'acidulée et le grillé). Ici et là, dans un faux désordre étudié, ont été répartis du kale frit, du bok choy blanchi et des copeaux de Louis D'or. Le croustillant du kale avec la viande à saveur beurrée crée de l'inattendu et du contraste tandis que le fromage accentue l'effet moelleux du boeuf. J'ai adoré.

J'ai été moins convaincue par la pieuvre braisée de l'invitée. Je m'explique. Déposée sur de petites rattes, la pieuvre, à peine pâteuse, n'en sort pas gagnante. La texture farineuse de la pomme de terre combinée à celle particulière du poulpe forment un tout monolithique accentué par de la feta «granulée». J'aurais espéré que les garnitures, notamment la salsa verde et le daïkon, introduisent une certaine fraîcheur, mais non. 

L'amie Stéphanie avait le choix avec son filet AAA parmi cinq accompagnements, dont une poêlée de champignons. Elle penche pour le plus festif, les frites au gras de Wagyu. Je dois dire qu'elle a du flair. Ces frites - des pommes frites, plus costaudes que des allumettes - sont craquantes (plus qu'avec du gras du canard) et assaisonnées (non pas salées) et enrobées d'une chapelure de parmesan et d'herbes. Des frites haute couture! La pièce de boeuf (6 oz) a été cuite avec respect. Fait à signaler, la sauce au bleu avance, comme rarement, les arômes vigoureux de bleu cherchés. 

Mon suprême de pintade met fin à sa fausse réputation de chair sèche. Celle-ci est plus que juteuse. Seul bémol, la farce au chorizo s'avère un peu neutre et manque de vigueur en matière d'assaisonnement. J'ai beaucoup aimé l'idée de l'asseoir sur un ragoût de pleurotes et de grelots de pomme de terre bleue, certaines écrasées, liant ainsi la sauce au vin rouge. Avec quelques pointes d'asperges, j'y ai trouvé ce qu'il a de meilleur dans une volaille. J'ai presque regretté la tranche de foie gras poêlée proposée (et refusée). C'eût été Noël avant l'heure!

* Descendant du boeuf japonais élevé à Kobe, le boeuf Wagyu offert au Québec est le résultat du croisement entre un mâle reproducteur pur sang (Wagyu) et une génisse Angus.

Au menu

MC Lounge (Le Bonne Entente)

3400, chemin Sainte-Foy, Québec

Tél. : 581 317-0039

Grilladerie

Ouvert tous les jours

Bouteille de vin à compter de : 45 $

Table d'hôte du midi de 19 $ à 26 $ (entrée en sus)

À la carte en soirée

Entrées de 12 $ à 18 $

Grillades de 28 $ à 49 $

Plats de 22 $ à 26 $

Poissons et fruits de mer de 25 $ à 34 $

Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 82 $ (incluant les entrées et les plats)

Stationnement : réservé (payant)

On aime : des entrées nettement plus réfléchies que dans un steakhouse traditionnel, un service efficace et la mise en bouche de pop corn cajun. La salle à manger moderne apporte une autre dimension au concept de steakhouse.

On n'aime pas : la température de service des deux vins rouges goûtés au verre. Trop chauds, ils auraient gagné à être légèrement rafraîchis. L'éclairage extrêmement tamisé (dans certaines sections) nous prive de profiter visuellement des plats à leur juste valeur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer