Sentier des Caps: un horizon de possibilités

Le Sentier des Caps, dans Charlevoix, offre un... (Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte)

Agrandir

Le Sentier des Caps, dans Charlevoix, offre un large éventail de possibilités, allant de sorties de quelques heures à plusieurs jours, où les panoramas du fleuve Saint-Laurent ne sont jamais bien loin.

Collaboration spéciale Jean-Sébastien Massicotte

Partager

(Québec) Au bout du fil, l'enthousiasme de René Simard, président du conseil d'administration du Sentier des Caps, dans Charlevoix, est palpable. L'homme aime décrire son terrain de jeu de prédilection. Mais il y a plus que ça dans la voix de l'administrateur bénévole. Comme une excitation devant ce qui s'en vient pour le Sentier, une nervosité pour son organisation qui tient à être à la hauteur des occasions uniques qui se pointent à l'horizon.

C'est que le Sentier des Caps célébrera ses 20 ans d'existence en 2013. Un jalon important qui ne pourrait tomber à un meilleur moment, alors qu'un partenariat avec le Groupe Le Massif prend actuellement de l'élan.

Un «défi considérable», admet d'emblée René Simard au sujet de l'association entre le groupe d'affaires et l'organisation sans but lucratif qui gère, entretient et développe le sentier. «Mais c'est un beau défi», précise rapidement l'administrateur.

Un travail d'équipe qui est depuis récemment mis à l'avant-plan, alors qu'un accès de 1,5 km a été complété cet automne, pour donner accès au Sentier à partir des installations d'accueil de la station de ski, au sommet de la montagne.

«Pour nous, c'est majeur», assure le passionné de rando qui est devenu président du C. A. il y a environ un an. Un nouveau chapitre qui s'amorce et qui pourrait bien mener vers de nouveaux sommets. «Les retombées sont imprévisibles pour le moment», affirme René Simard.

Le président y voit une occasion pour le Sentier des Caps de se moderniser, de «faire le deuil de notre côté très, très rustique», souligne-t-il. Au moment où Le Massif poursuit le développement de l'offre touristique dans le secteur, l'organisme sans but lucratif compte bien tirer avantage de cette association pour faire rayonner le sentier de 45 km qui relie la réserve du cap Tourmente à Petite-Rivière-Saint-François.

Déjà, des forfaits et de nouvelles activités sont envisagés. Dès cet hiver, les raquetteurs pourront partir du Massif pour s'évader sur le réputé parcours. René Simard voit là une belle façon d'attirer sur le Sentier les skieurs et autres visiteurs qui viennent passer quelques jours dans Charlevoix. Raquette et ski de fond seront alors à l'honneur pour aller découvrir les points de vue uniques sur le fleuve.

Tandis que l'hiver reste la période la plus achalandée sur le Sentier des Caps - 7000 des 11 000 visiteurs par an feraient leur passage durant la saison froide -, le nouveau partenariat devrait aussi favoriser le développement d'activités estivales. Aménagement de pistes de vélo de montagne et service d'interprétation sont notamment à l'étude, assure René Simard.

-----

Amis et connaissances m'avaient raconté leurs aventures dans Charlevoix, sac au dos. Pourtant, après quelques rendez-vous manqués au fil des ans, il me restait encore à fouler le Sentier des Caps. Il était temps d'y aller!

Véritable terrain d'apprentissage et d'aventure pour les amateurs de plein air, le Sentier a certainement joué un rôle important pour nombre de sportifs qui voulaient s'initier à la longue randonnée. L'accès facile, la qualité des sentiers et les possibilités d'y séjourner en refuge ou en camping ont fait du tracé une valeur sûre pour y expérimenter la vie en plein air. Combien y ont fait leurs premiers pas comme randonneur au long cours?

Au refuge de Cap Gribane, du côté de Saint-Tite-des-Caps, il suffit de lire le journal des visiteurs pour s'en faire une idée. Groupes scouts et scolaires ou randonneurs de tout acabit s'y racontent, visiblement dans le plaisir de vivre une expérience souvent nouvelle et certainement différente, loin du confort de la maison.

-----

Au moment où le 20e anniversaire arrive à grands pas, les choses se bousculent. Festivités, activités spéciales et même un bouquin sont parmi les possibilités pour souligner l'événement.

Et malgré les moyens limités de son organisation, qui compte sur trois employés permanents à l'année - sept ou huit l'hiver - et sur environ 25 membres bénévoles impliqués au sein de la Corporation du Sentier des Caps, le président Simard est confiant de pouvoir faire face à tous les défis qui se présenteront dans l'avenir. Un futur qui s'annonce prometteur.

Une réflexion est d'ailleurs déjà amorcée pour évaluer la faisabilité d'ajouter un nouveau tronçon d'environ 35 km, en bordure du fleuve. Actuellement baptisé le sentier du Littoral, le tracé à l'étude irait de Saint-Tite-des-Caps à l'Anse de la Montée du Lac.

Sans vouloir s'avancer sur un échéancier, René Simard rêve tout de même de voir le parcours devenir une réalité dans cinq ou six ans, si tout va bien. Un accès grâce au train touristique du Massif serait même pensable.

Un nouveau sentier, mais aussi une nouvelle expérience, explique l'administrateur. «Ce serait moins sportif et plus éducationnel», souligne-t-il, insistant au passage sur l'importance historique de ce secteur en bordure du Saint-Laurent. Déjà, un archéologue a été intégré à l'équipe qui s'attarde au développement de l'éventuel sentier.

En attendant que se concrétisent tous les projets dans les cartons, René Simard continuera cet hiver à mener sa propre mission sur le Sentier, dans le coin du Massif. En patrouille en raquettes les fins de semaine, le passionné transportera comme à son habitude un chili maison qu'il distribue à ceux qu'il croise.

Sa façon de s'évader des préoccupations de son travail dans un ministère, mais surtout un moyen de partager son amour pour la rando et le Sentier des Caps. Donc, si au détour d'un refuge cet hiver un inconnu vous offre à manger, prenez le temps d'accepter.

L'homme saura vous raconter mieux que quiconque ce qui se passe de bon sur son sentier préféré.

Info : sentierdescaps.com

-----

Jeudi, cela fera un an jour pour jour que cette chronique est lancée. À la même période l'automne passé, le blogue plein air faisait aussi son apparition sur le Web. Je profite donc de l'occasion pour vous remercier de votre intérêt soutenu au fil des mois. Vos courriels, suggestions, partages sur les réseaux sociaux et commentaires sur le blogue sont toujours très appréciés. Merci mille fois!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer