Inspiration au sommet du Sugar Loaf

Sur le même thème

Sommet dégagé sur pratiquement 360 degrés, le point... (Jean-Sébastien Massicotte, collaboration spéciale)

Agrandir

Sommet dégagé sur pratiquement 360 degrés, le point culminant du mont Sugar Loaf offre aux randonneurs une vue imprenable sur le relief tout en vallons des Appalaches.

Jean-Sébastien Massicotte, collaboration spéciale

Jean-Sébastien Massicotte
Le Soleil

(Québec) Je ne me souviens plus exactement de quelle façon on a abouti en direction du mont Sugar Loaf. En fait, c'est probablement une photo du panorama prise au sommet de la montagne, située au coeur du parc régional des Appalaches, qui avait attiré mon attention au départ.

N'est-ce pas d'ailleurs de cette manière qu'on se laisse souvent guider vers de nouvelles aventures? Le temps d'un déclic : un lieu, une activité, une situation se dévoilent... Et une fois l'inspiration imprimée sur la rétine, il faut aller constater sur place de quoi il en retourne!

C'est en tout cas de cette manière que je me suis notamment retrouvé un jour à camper sur une plateforme en plein milieu de la forêt de mangrove, avec les alligators, dans les Everglades. Après la lecture d'un vieux National Geographic Adventure, une simple photo m'avait convaincu de passer du rêve à la réalité. La curiosité de se retrouver plongé dans l'image.

Mais le mystère n'est pas toujours aussi loin qu'on le croit. À preuve, quand j'ai cherché à trouver un compagnon d'aventure qui avait visité le parc régional des Appalaches, je n'ai pas eu beaucoup de chance. Personne ne semblait avoir exploré pour la peine cet espace nature situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Montmagny, à la frontière du Maine. Raison de plus pour y aller!

Quand j'ai fait signe à mon ami Vincent, sa réponse a été instantanée. Grand amateur de randonnée pédestre, son «je suis partant» était celui du gars curieux de se trouver un nouveau terrain de jeu. Car à ma grande surprise, malgré sa connaissance approfondie des sentiers des environs de Québec et de la Nouvelle-Angleterre, la visite au mont Sugar Loaf était une première pour lui aussi.

«Un trésor caché», précisait le site Web du parc. C'est donc avec l'exploration en tête que nous nous sommes mis en route pour cette sortie. Sans trop savoir ce que nous allions trouver en réalité, j'étais un peu préoccupé pendant l'heure et vingt de route. J'espérais que l'enthousiasme de «Vince» allait être récompensé à destination et qu'on allait trouver quelque chose qui serait à la hauteur de nos attentes.

La journée était grise. Pluvieuse. Au moment de sortir de l'auto pour visiter le bureau d'accueil du parc, à Sainte-Lucie-de-Beauregard, il planait cette réelle impression que l'automne était de retour. Juste au bout du capot de la voiture, un des ponts suspendus qui traversent la rivière Noire Nord-Ouest, et déjà des affiches de quelques parcours qui nous invitaient à filer en nature. Du coup, on a senti le temps maussade perdre de son emprise sur nous. Ça s'annonçait bien!

Le sommet de 650 m d'altitude du mont Sugar Loaf était l'objectif du jour. Un parcours de près de six kilomètres aller-retour, pour une ascension d'environ 300 mètres. Qualifié de difficile - ne vous laissez pas décourager! -, le sentier devait nous récompenser par sa vue dégagée sur pratiquement 360 degrés, à quelques conifères près.

C'est l'image que j'avais en tête. Un cliché où les vallons des Appalaches se déroulent à perte de vue aux pieds de randonneurs. Les villages tout en bas avec leur clocher, et le Maine qui est juste là, derrière la frontière qu'on peut pratiquement toucher.

Sauf qu'au moment d'amorcer le sentier du Garde-Feu, les nuages qui descendaient sur le paysage ne nous garantissaient pas le meilleur des panoramas au sommet. Mais bon, tant qu'à être rendus là... Puis, comme pour nous inviter à nous mettre en marche, un autre pont suspendu ouvrait le tracé, à la tête du sentier.

La neige qui restait au sol par endroits nous a d'abord surpris. Rien de majeur, juste assez pour ajouter au défi et faire sourire Vincent, qui gardait tout de même le pas avec les deux mains enfoncées dans ses poches. Rapidement, la végétation typique des Appalaches et son relief ont donné le ton à la sortie.

Le long d'une vaste érablière, le sentier monte d'abord sur du terrain vallonné. Plus loin, des escaliers en bois permettent de franchir les principaux obstacles, sans que le parcours - bien balisé - soit aseptisé et monotone. Ça grimpe, c'est assez sauvage... et c'est d'autant plus stimulant!

Au sommet, malgré le vent et la pluie fine qui rendaient l'arrêt plutôt inconfortable, nous avons étiré le lunch, une tuque sur la tête. À notre soulagement, le ciel était suffisamment dégagé pour profiter de la vue. Une seule impression, celle d'avoir toute la région à nos pieds. Vincent s'interrogeait déjà sur les autres itinéraires à explorer. L'ami semblait apprécier!

Mais ce n'est qu'au retour à l'auto que son verdict officiel est tombé. À peine assis et pas encore attaché, «Vince» a réfléchi à voix haute : «Ouain, il faut que je revienne...»

Alors c'est quand tu veux. À mon tour d'être partant!

Retour planifié

Évidemment, le temps a manqué pour voir tout ce que l'on voulait au parc régional des Appalaches. Mais ce n'est que partie remise. Il faut dire qu'avec ses 120 km de sentiers pédestres, dont certains des parcours s'étirent jusqu'à cinq jours en nature, le parc en offre pour tous les goûts. L'hiver, la raquette y est aussi possible pour explorer les sommets. Autrement, canot et kayak sont également au menu sur les nombreux cours d'eau qui sillonnent le secteur. Des circuits avec camping y sont même aménagés. Faudra découvrir!

Au prochain passage, je me promets en tout cas de faire une tournée de quelques-unes des 10 passerelles arquées ou suspendues du parc. Et puis, pourquoi ne pas y apporter le vélo pour découvrir notamment le sentier qui mène à la frontière canado-américaine? Je sens que je vais encore manquer de temps... À noter, la plupart des accès au parc régional sont sans frais et Toutou est le bienvenu.

Info : www.parcappalaches.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer