Fake news avant la lettre

L'idée que la planète Mars apparaîtrait bientôt aussi... (123RF/Vadim Sadovski)

Agrandir

L'idée que la planète Mars apparaîtrait bientôt aussi grosse que la Lune dans le ciel est un canular qui «roule» sur la Toile depuis bientôt 15 ans, malgré les dénonciations répétées.

123RF/Vadim Sadovski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / «J'ai reçu un diaporama affirmant que la planète Mars apparaîtrait bientôt aussi grosse que la Lune dans le ciel, mais je doute de la véracité de cette information. Est-ce vraiment possible ou n'est-ce qu'un canular?» demande Rollande Lemay, de Laurier-Station.

Notre lectrice nous a envoyé cette question en 2013, mais ce canular - car oui, bien sûr, c'en est un - n'est ni plus ni moins qu'increvable. Chaque année, il ressurgit ici ou là sur les réseaux sociaux et, si le passé est aussi garant de l'avenir qu'on le dit, cette mystification continuera de sévir pendant encore longtemps. Car pour tout dire, elle a été dénoncée pour la première fois par l'astronome américain Phil Plait (hôte de l'excellent blogue Bad Astronomy) en... 2003. Cela fera bientôt 15 ans que ce canular «roule» sur la Toile malgré les dénonciations répétées de M. Plait et de (très) nombreux autres experts.

Quand on dit qu'il faut faire attention à ce qu'on publie parce que ce qu'on met sur le Web devient presque éternel, c'est à ce genre de cas que l'on pense. Et à l'heure des désormais célèbres fake news, cela n'augure rien de bon pour le futur, mais c'est une autre question...

Un courriel de 2003

Il semble que toute cette histoire soit partie d'un courriel qui a été très largement partagé en 2003. Mars orbite à une distance moyenne du Soleil d'environ 228 millions de kilomètres, contre 150 millions pour la Terre. Comme elles ne mettent pas le même temps pour faire le tour de notre étoile - l'«année» martienne dure 687 jours -, elles sont parfois du même côté du Soleil, parfois à l'opposé l'une de l'autre. Elles sont donc à leur plus proche quand elles sont alignées du même côté du Soleil, à une distance d'environ 78 millions de kilomètres.

Mais voilà, les orbites ne sont jamais parfaitement circulaires : elles ont toutes un point rapproché de l'étoile (le périhélie) et un point plus éloigné (l'aphélie). Dans le cas de la Terre, la distance par rapport au Soleil varie donc entre 147 et 152 millions de kilomètres, et entre 207 et 249 millions de kilomètres en ce qui concerne Mars. En août 2003, il s'adonnait que ce ballet cosmique avait aligné les deux planètes du même côté du Soleil à un moment où, en plus, la Terre était proche de son aphélie et Mars, presque à son périhélie - ce qui les amenait à 56 millions de kilomètres l'une de l'autre, une «proximité» exceptionnelle.

Une personne que l'on n'a jamais retracée, mais apparemment bien intentionnée, a donc cru bon d'alerter autant de gens que possible de ce fait en rédigeant et en faisant circuler le fameux courriel. Cet auteur inconnu y précisait ceci : «Avec une modeste magnification de 75X, Mars apparaîtra aussi grande que la Lune à l'oeil nu.» Ce qui signifie qu'il fallait grossir Mars 75 fois pour la voir aussi bien que l'on voit la Lune à l'oeil nu. Mais par inadvertance et/ou parce que la phrase n'était pas construite de manière suffisamment explicite, il semble que le passage sur le grossissement de 75 fois ait échappé à certains lecteurs, qui ont donc pris la deuxième partie de la phrase au pied de la lettre : Mars aussi grosse que la Lune.

Ce qui est bien sûr complètement faux et physiquement impossible. La taille apparente des objets dans le ciel - pas leur taille réelle, mais la place qu'ils occupent dans notre champ de vision - est très facile à calculer. Ceux qui le veulent peuvent consulter notre encadré sur la manière de le faire, mais ceux qui, pour faire un peu de maths un dimanche matin, ont besoin de plus de café que la dose quotidienne recommandée par Santé Canada n'ont qu'à savoir ceci : la relation entre la distance et la taille réelle d'un objet est «directement proportionnelle» à la distance, comme on dit en physique, ce qui signifie que si on double la distance, un objet donné aura une taille apparente deux fois plus petite, si on triple la distance, il occupera trois fois moins d'espace dans le ciel, etc.

La Lune est située en moyenne à 384 000 kilomètres de la Terre, a un diamètre de 3450 kilomètres et a donc une taille apparente de 0,5 degré - ce qui signifie que si on pointe le doigt vers le bas de la Lune, le bras devra faire un angle de 0,5° pour amener le doigt jusqu'au haut de la Lune. Mars a un diamètre presque deux fois plus grand que la Lune (6780 kilomètres de diamètre), mais est beaucoup plus loin de nous. Quand les deux planètes sont alignées du même côté du Soleil, elles sont en moyenne à environ 78 millions de kilomètres l'une de l'autre, ce qui donne un diamètre apparent de 0,005° (100 fois plus petit que la Lune); et à une distance de 56 millions de kilomètres, on parle plutôt de 0,0069°, ou 72 fois moins que la Lune.

Pour avoir une taille apparente égale à celle de l'astre nocturne, Mars devrait se trouver à environ 780 000 kilomètres de la Terre - distance où l'attraction martienne déstabiliserait complètement l'orbite terrestre!

La taille apparente

Plus un objet est loin, plus il apparaît petit : c'est ce qu'on appelle la taille apparente. Comme il ne s'agit pas de leur taille réelle, on ne la mesure pas en mètres ou en pieds, mais bien en degrés.

Un façon de se représenter la chose est d'imaginer un triangle rectangle qui aurait pour trois points l'oeil de l'observateur (A), le centre de la Lune (B) et son «sommet» (C). On connaît d'avance la longueur de deux des côtés de ce triangle - 384 000 de kilomètres entre l'oeil et le centre de la Lune (côté AB), et le rayon de la Lune (côté BC) est bien connu, à 1737 de kilomètres. On peut donc connaître l'angle A grâce à la fonction arctangente :

A = arctan C/B

A = arctan 1737 ÷ 384 000

A = 0,26°

Comme nous sommes partis du centre de la Lune, l'angle A nous donne la moitié de la taille apparente de l'astre nocturne. Reste donc simplement à multiplier par deux : 0,26° x 2 - 0,52°.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer