Les pieds dans les tasses

Il est vrai que l'échec du Mars Climate... (Associated Press)

Agrandir

Il est vrai que l'échec du Mars Climate Orbiter (MCO) est souvent vu comme la preuve de l'«entêtement» des Américains, qui refusent de se convertir au système métrique.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Pour quelle raison les États-Uniens n'ont-ils toujours pas adopté le système international d'unités (SI)? En 1999, la NASA a perdu la sonde Mars Climate Orbiter à cause d'une bête erreur de conversion entre le SI et les mesures impériales. Je vous signale que la Royal Navy s'est entièrement convertie au SI : les frégates de type 23, classe Duke, furent les premiers navires de guerre de Sa Majesté à être conçus au Royaume-Uni dans les années 80 entièrement selon les normes du système métrique», demande Simon Perrault, de Lévis.

Il est vrai que l'échec du Mars Climate Orbiter (MCO) est souvent vu comme la preuve de l'«entêtement» des Américains, qui refusent de se convertir au système métrique (mètre, gramme, litre, etc.), plus simple, plus logique, plus universel que les mesures impériales (pieds, livres, gallons, etc.). À la mi-septembre 1999, alors que la sonde n'était plus qu'à quelques jours de se placer en orbite martienne, la NASA a fait une manoeuvre afin d'ajuster la trajectoire. L'idée était d'amorcer l'insertion en orbite à une altitude de 141 milles... pardon, 226 kilomètres, mais il est rapidement apparu que la manoeuvre allait amener le satellite nettement plus bas. Dans les heures précédant l'insertion, il est apparu que la sonde allait entrer à environ 110 kilomètres d'altitude.

En soi, ce n'était pas dramatique puisque la sonde pouvait survivre à la résistance de l'air martien jusqu'à 80 kilomètres. Mais le 23 septembre, la NASA a perdu tout contact avec le MCO, et des calculs subséquents ont montré qu'en fait, l'engin était plongé jusqu'à 57 kilomètres d'altitude. Les forces subies pendant l'entrée dans l'atmosphère l'ont donc, selon toute vraisemblance, pulvérisé.

Une enquête menée dans les semaines suivantes a montré que l'accident avait été causé par plusieurs facteurs, dont l'inexpérience de l'équipe en place, mais principalement par le logiciel gérant les «petites forces» appliquées par les propulseurs pour corriger la trajectoire. Ce logiciel devait exprimer les forces en métrique (newton-seconde, N-s), mais il s'est avéré qu'il avait été codé en livre-seconde, une unité 4,45 fois moindre que le N-s. Le reste des ordinateurs de la sonde et de la NASA a donc fait ses calculs de trajectoires en présumant de forces qui, dans les faits, étaient beaucoup faibles que ce que l'on croyait.

Maintenant, si cet incident a une valeur symbolique évidente, il est important de garder deux choses en tête avant de lancer la pierre à nos voisins du sud. La première, c'est qu'il y a longtemps que les États-Unis sont officiellement convertis au SI. Le Metric Act a autorisé l'usage des unités métriques dans le commerce dès 1866 - les lois de certains États les interdisaient auparavant. Et le Metric Conversion Act a été adopté dès 1975, faisant du SI le «système de poids et mesures de préférence» chez l'Oncle Sam. Le hic, cependant, est qu'il n'a jamais rendu son usage obligatoire dans les transactions et l'instruction. Et il semble que c'est là un point fondamental dans toute conversion au métrique : rendre le passage obligatoire. La France l'a fait en 1840. Le Canada, dans les années 70.

Notons aussi que, hormis la contrainte, les échanges commerciaux ont toujours été une puissante motivation à adopter le SI. Historiquement, ce sont les commerçants qui, les premiers, se sont butés aux problèmes de conversion des innombrables et exotiques systèmes de mesure, souvent très locaux, qui avaient cours en Europe au Moyen Âge. Ce sont souvent des associations commerciales qui ont pressé les gouvernements de délaisser les vieilles unités compliquées. Il est bien possible que l'isolationnisme économique dans lequel les États-Unis se sont longtemps confinés, puis leur position économique dominante après 1945, aient atténué le besoin d'adopter le SI.

Autre point important : en fait de têtes dures, les Anglais n'ont rien à envier aux Américains, malgré ce qu'en pense leur marine. Là-bas, les efforts de «métrisation» ont été nettement plus prononcés qu'aux États-Unis, notamment parce que la Grande-Bretagne fait partie de l'Union européenne, où le métrique règne sans partage, depuis 1973. Mais la résistance populaire y est active. En 2001, un épicier y a notamment contesté (avec succès) l'interdiction qui lui était faite de n'utiliser que des balances impériales - ce qui lui a valu le titre, avec bien d'autres cas du genre, de Metric Martyr. Tout ce qui est vendu au Royaume-Uni depuis 1995 doit en principe être affiché en métrique, mais le pays avait obtenu un sursis jusqu'en 2009 - date butoir que l'UE a toutefois levée en 2007, jetant l'éponge pour de bon.

Enfin, il faut aussi reconnaître que les têtes dures ne manquent pas de ce côté-ci de la frontière. Certes, nos épiciers affichent les prix au kilo et à la livre, mais l'auteur de ces lignes, qui pour être père de famille nombreuse fréquente beaucoup les épiceries, ne se souvient pas en avoir visité une où ce sont les prix à la livre qui sont écrits en petits caractères. Et si peu de gens expriment encore les grandes distances en milles, il s'en trouve tout aussi peu pour dire leur taille autrement qu'en pieds et en pouces.

___________

Sources :

- ARTHUR G. STEPHENSON ET collab. Mars Climate Orbiter Mishap Investigation Board Report, Phase 1, NASA, 1999. goo.gl/Otqetk

- JON KELLY. «Will British People Ever Think in Metric?», BBC News Magazine, BBC, 2011. goo.gl/Qsibge

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer