Étirer la saison avec une couche froide

On peut ouvrir le couvercle de la couche... (Photo Ofer El-Hashahar)

Agrandir

On peut ouvrir le couvercle de la couche froide en l'appuyant sur un bâton.

Photo Ofer El-Hashahar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Autrefois, il y avait une petite structure vitrée connexe à beaucoup de maisons de campagne. C'était la couche froide, aussi appelée châssis de jardin, essentiellement une mini-serre chauffée uniquement par le soleil. Les propriétaires l'utilisaient pour démarrer des semis de tomate, de poivron, de concombre, etc., pour donner une avance à la saison.

Couche froide plus sophistiquée, avec des fenêtres qui... (Photo jardinierparesseux.com) - image 1.0

Agrandir

Couche froide plus sophistiquée, avec des fenêtres qui se glissent pour ouvrir.

Photo jardinierparesseux.com

La couche froide a toutefois presque disparu du paysage québécois dans les années 1950 et 1960, avec l'arrivée des jardineries. Tout d'un coup, il était possible d'acheter des plants de légumes déjà en croissance, chose impossible auparavant. Alors le jardinier n'avait plus à faire ses propres semis et l'intérêt pour la couche froide est tombé. 

Mais aujourd'hui, le prix des plants de légumes a suffisamment monté qu'il est de nouveau rentable de faire ses propres semis et la couche froide commence à retrouver sa place dans nos jardins, d'autant plus qu'on a trouvé plusieurs autres utilités à ce genre de mini-serre. 

Une couche froide classique

La couche froide classique est basée sur un objet souvent trouvé dans le sous-sol ou le garage : un vieux châssis de fenêtre. Il suffit de se bâtir un coffrage de bois de 30 à 60 cm de hauteur et de le recouvrir du châssis. Souvent, on prévoit une inclinaison (le fond est environ 15 cm plus haut que le devant) pour que plus de soleil puisse entrer et que le surplus d'eau et de neige glisse plus facilement, mais cette pente n'est pas du tout obligatoire. Un petit après-midi d'assemblage et voilà! Vous avez une couche froide. 

Vous pouvez tout simplement placer le châssis sur la structure ou encore, le fixer avec des pentures. Dans le premier cas, quand vous voulez ouvrir la couche froide, vous enlevez le châssis. Dans le deuxième cas, un bâtonnet servira d'appui pour tenir le châssis en position ouverte.

Traditionnellement, on place la couche froide contre la maison, face au sud ou au sud-ouest. Cela garantit que plus de soleil entre, tout en offrant une excellente protection contre les vents froids. Mais on peut aussi l'installer indépendamment, dans le potager par exemple. Et de nos jours, on peut facilement trouver sur Internet des nécessaires de fabrication de couche froide (prix: entre 75 $ et 500 $) faite de panneaux de plastique. (Essayez leevalley.com/fr ou wayfair.ca/fr) Démontable et plus légère que la couche froide traditionnelle, on peut alors la déplacer d'un endroit à un autre, selon les besoins. 

Contrôle de la température

On dit que la couche froide est chauffée passivement, car elle compte uniquement sur le soleil pour fonctionner. La vitre ou le plastique transparent qui le recouvre laisse entrer les rayons lumineux du soleil, ce qui chauffe son contenu, mais empêche en même temps la chaleur de sortir. Ainsi, quand il fait -5 °C à l'extérieur, il peut facilement faire 22 °C et même plus à l'intérieur de la couche froide. Même si la température baisse peu à peu la nuit, déjà à partir de mars, elle restera toujours au-dessus du point de congélation.

Voilà ce qui convient parfaitement au début du printemps, mais la chaleur augmentera à mesure que la saison avancera. Vers la fin du printemps, la couche froide demandera alors une certaine surveillance. Il faut lever le couvercle quand la température monte excessivement, puis le refermer quand il fait plus froid. Il est bien pratique d'y installer un thermomètre à minimum et maximum pour savoir les températures qui y règnent, jour et nuit. Quand la température dépasse 24 °C, on ouvre; en bas de 12 °C, on ferme. La majeure partie du printemps, il suffit d'ouvrir le jour et de fermer la nuit, tout simplement.

Utilisations de la couche froide

La couche froide a de multiples usages. Commençons toutefois par la plus classique: la production de semis au printemps. 

Idéalement, vous démarrerez les semis à l'intérieur de votre demeure, car la température y est plus chaude et plus stable et la plupart des semis préfèrent des températures constantes de 21 à 24 °C pour la germination, difficiles à obtenir en couche froide. Une fois que les semis lèvent, toutefois, ils préfèrent des températures nettement plus fraîches, surtout la nuit, ce qui donne des plants plus compacts et plus denses. Donc, on peut alors les placer dans la couche froide, où les températures nocturnes baissent souvent jusqu'à 10 °C. 

Dans la couche froide, non seulement les semis croissent en hauteur, mais s'acclimatent aux conditions d'extérieur, car au fur et à mesure que la saison avance, on ouvre assez le châssis pour qu'ils puissent s'habituer aux rayons du soleil.

On vide habituellement la couche froide l'été, mais si votre modèle est haut (60 cm environ), vous pouvez l'utiliser pour cultiver des légumes qui aiment plus de chaleur que les autres, comme les melons et les aubergines. Les lecteurs qui vivent en altitude et qui désespèrent de cultiver même des tomates, des haricots et des poivrons à cause des nuits froides qui sévissent en juillet peuvent aussi les cultiver en couche froide. Il suffit de fermer le couvercle pendant les nuits fraîches, tout simplement, ouvrant de nouveau le jour.

À l'automne, la couche devient de nouveau très pratique. Quand les nuits deviennent fraîches, on peut y semer des légumes, notamment les légumes-feuilles et les légumes-racines comme les laitues, les épinards et les radis - et aussi y placer des pots de fines herbes - et ainsi prolonger la récolte jusqu'en décembre. Si vous avez une couche froide déplaçable, vous pouvez aussi la poser sur les légumes-fruits comme les tomates et les poivrons et ainsi prolonger la saison d'un bon mois. 

Utile même l'hiver

L'utilité de la couche froide pour la culture des légumes cesse toutefois avec l'arrivée de la neige, trop abondante dans notre région pour penser garder le couvercle dégagé tout l'hiver. Et quand le soleil ne pénètre plus, la température peut baisser sous le point de congélation. Finie alors la récolte d'automne... mais la couche froide demeure encore utile pour les cultures qui n'ont pas besoin de soleil hivernal.

Par exemple, la couche froide est l'endroit idéal pour faire germer les semis de vivaces, d'arbustes et d'arbres. Ces semences nécessitent une longue période de froid et même de gel pour pouvoir germer. Semez-les en pot entre septembre et décembre et placez les pots dans la couche froide. Aucun entretien n'est nécessaire pendant les mois d'hiver. Au printemps, quand la neige fond et laisse entrer de nouveau le soleil, les températures remonteront et les graines germeront sans plus de soins. Après leur germination, il faut commencer à arroser, tout simplement.

La couche froide est aussi l'endroit idéal pour forcer les bulbes. Plantez des bulbes de jacinthe, de tulipe, de narcisse, etc. en pot, encore, entre septembre et décembre, arrosez bien, et fermez la couche. Aidée par une douce chaleur de fond, la température y demeurera froide, mais raisonnable. (Dans ma propre couche froide, la température minimale jamais atteinte est -7 °C même quand il faisait -35 °C, une température fatale aux bulbes, à l'extérieur.) Au printemps, les bulbes se mettront à fleurir un bon mois à deux mois avant les mêmes variétés plantées en pleine terre. Rentrez alors les pots dans la maison pour ajouter une note de printemps à votre demeure.

Couche froide ou chaude?

Il y a aussi la couche chaude. Elle est identique à la couche froide, sauf qu'on utilise une autre source de chaleur que le soleil. Autrefois, on creusait un fossé sous la couche chaude et la remplissait de fumier de cheval, mais de nos jours, on peut facilement y installer des câbles chauffants dans une couche de sable ou, encore plus facilement, des tapis chauffants, ce qui préviendra alors tout risque de gel. Ainsi on pourrait y hiverner plusieurs fines herbes (romarin, laurier, etc.), des potées de canna et de dahlia et même des cactées et des agapanthes. 

La couche froide: un vieil outil qui retrouve son utilité, surtout si vous êtes un jardinier invétéré.

Réponse à vos questions

Comment hiverner un alocasia?

Q Je vous envoie une photo de moi avec ma plante exceptionnelle Alocasia Dark Star. Je veux savoir quoi faire avec pour l'hiver. Je la mets en dormance? Je la coupe complètement? Je la place dans ma remise non chauffée? Je fais comme si elle était dehors? Et que dois-je faire des bébés?

Sylvie Duchesneau

R L'alocasia, aussi appelé oreille d'éléphant - un nom qu'il partage toutefois avec plusieurs autres - est une plante tropicale et ne tolère pas le froid. Donc, non, vous ne pouvez pas le remiser dans un endroit non chauffé. Il y a essentiellement deux façons de le conserver pour l'hiver. Vous pouvez le rentrer dans la maison tel quel et le traiter comme une plante d'intérieur: bon éclairage, arrosages, etc. Ainsi, il continuera de grossir tout l'hiver. L'autre possibilité est de le mettre en dormance. Dans ce cas, coupez le gros du feuillage et rentrez la plante dans la maison ou dans un garage chauffé. L'important est que la température doit demeurer au-dessus de 4 °C en tout temps. Comme aucun éclairage ne sera nécessaire, vous pouvez la placer dans un endroit complètement noir. Cessez tout arrosage. Après deux mois environ, enlevez les pétioles des feuilles qui auront jauni entre-temps et seront alors faciles à détacher. Vers le mois de mars, replacez la plante au soleil et recommencez les arrosages, la plaçant à l'extérieur quand les nuits dépassent fidèlement 10 °C. La plante reprendra alors rapidement sa vigueur. Quant aux bébés, vous pouvez soit les laisser dans le pot pour faire une potée pleine, soit les supprimer ou les déterrer et les empotez individuellement. Le choix vous revient.

***

Des questions svp!Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux

@yahoo.com

Par courrier à Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec)  G1K 7J6

À faire cette semaine

  • Faites tremper les bulbes d'anémone grecque et d'éranthe, deux petits bulbes maintenant en vente en magasin, dans l'eau pendant quelques heures avant de les planter. 
  • Si vos tomates ne progressent plus au jardin, rentrez les fruits qui commencent à rougir à l'intérieur pour les faire mûrir. Il vaut alors mieux les placer à la noirceur, comme dans un garde-manger. 
  • Si possible, laissez les cactus à l'extérieur, au soleil, mais à l'abri de la pluie, jusqu'à la fin octobre. Cela peut aider à stimuler la floraison.  
  • Coupez au sol les cannes de framboisier remontant quand elles ont fini de produire. 
  • Surveillez les fruits des kiwis rustiques et récoltez-les quand les fruits commencent à ramollir

Calendrier horticole

Épluchette de blé d'Inde

Samedi de 14h à 18h, dans le cadre de l'événement Cuisinez St-Roch, il y aura une épluchette de blé d'Inde au potager collectif Verdir Saint-Roch - La Nef (rue Saint-Joseph près de la rue Caron). 

Info: monsaintroch.com/verdir

***

Magnolias et cie

La Société d'horticulture La Chaudière fleurie vous invite à la conférence Magnolias et cie présentée par Claire Belisle. Elle se tiendra lundi à 19h au Centre culturel Marie-Fitzbach situé au 250, 18e Rue, Saint-Georges (secteur Ouest).

Coût: 5 $ pour les non-membres

Info: info@chaudierefleurie.org

***

Les boutures

La Société d'horticulture de Sainte-Foy vous invite à une conférence sur les boutures avec Réal Dumoulin. Elle se tiendra mardi à 19h30 au Centre Sportif de Sainte-Foy (aréna, 2e étage) situé au 930, av. Roland-Beaudin. 

Coût: 8 $ pour les non-membres

Info: 418 653-4785 ou 418 651-3837

***

Les orchidées cattleyas

Les Orchidophiles de Québec vous proposent une conférence sur les cattleyas avec Pandelis Viahopolous. Elle aura lieu mardi à 19h30 au Montmartre canadien (1669, chemin Saint-Louis). 

Coût: 5 $/non membres. 

Info: orchidophilesdequebec.ca

***

Animation horticole et cueillette

Vendredi de 9h à 11h30, il y a aura animation horticole, entretien et cueillette au potager collectif Verdir Saint-Roch - La Nef (rue Saint-Joseph près de la rue Caron). Venez poser vos questions, apprendre et partager vos connaissances. 

Info: monsaintroch.com/verdir

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.co




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer