10 plantes pour des Pâques fleuries

  • Lis de Pâques (<em>Lilium longiflorum</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Lis de Pâques (Lilium longiflorum)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 1 / 9
  • Lis (<em>Lilium spp.</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Lis (Lilium spp.)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 2 / 9
  • Hydrangée des fleuristesou quatre-saisons (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Hydrangée des fleuristesou quatre-saisons

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 3 / 9
  • Azalée (<em>Rhododendron simsii</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Azalée (Rhododendron simsii)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 4 / 9
  • Cinéraire des fleuristes (<em>Pericallis x hybrida, syn. Cineraria x hybrida</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Cinéraire des fleuristes (Pericallis x hybrida, syn. Cineraria x hybrida)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 5 / 9
  • Chrysanthème (<em>Chrysanthemum x morifolium</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Chrysanthème (Chrysanthemum x morifolium)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 6 / 9
  • Primevères (<em>Primula spp.</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Primevères (Primula spp.)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 7 / 9
  • Cactus de Pâques (<em>Hatiora x graeseri, anc. Rhipsalidopsis x graeseri</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Cactus de Pâques (Hatiora x graeseri, anc. Rhipsalidopsis x graeseri)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 8 / 9
  • Rosier miniature (<em>Rosa spp.</em>) (Photos www.jardinierparesseux.com)

    Plein écran

    Rosier miniature (Rosa spp.)

    Photos www.jardinierparesseux.com

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Pâques, c'est à la fois une fête religieuse, célébrant la résurrection du Christ, et une fête populaire, célébrant le retour du printemps. Or, le printemps est en retard cette année et la neige persiste dans bien des endroits. Dans nos demeures, heureusement, on peut hâter le printemps en y apportant de jolies plantes de Pâques!

Bien choisir

La plupart des gens choisissent instinctivement les potées les plus fleuries possible, mais ce n'est pas la meilleure façon de choisir des plantes de Pâques. Pour profiter pleinement de la floraison pendant une plus longue période, mieux vaut choisir une plante qui n'a que quelques fleurs ouvertes et beaucoup de boutons floraux. Ainsi, vous êtes assurés que la floraison ne fait que débuter, alors qu'une plante très fleurie arrive peut-être à la fin de sa floraison. Recherchez une plante au feuillage bien vert et rejetez les potées au feuillage jauni ou fané. Faites bien emballer la plante s'il fait moins de 5 °C au moment où vous l'amenez à la maison.

***

Une culture commune

Les plantes de Pâques offertes dans le commerce sont produites en serre froide et ont toutes une préférence pour une certaine fraîcheur chez vous aussi. Ainsi, si vous pouvez, placez-les dans un endroit frais (15 °C ou moins) le soir. Même le jour, évitez les emplacements très chauds, comme près d'une fenêtre ensoleillée. Un emplacement bien éclairé suffira pendant la floraison. Une bonne humidité ambiante (50 %) aidera aussi à faire durer les fleurs le plus longtemps possible. Surveillez les arrosages : attendez que le terreau soit sec avant d'arroser, puis arrosez abondamment. Il peut falloir arroser plus d'une fois par semaine pour les contenter, car les plantes fleuries perdent beaucoup d'eau à la transpiration. Enfin, si vous ne pensez pas conserver ces plantes, il n'est pas nécessaire de les fertiliser.

Vaut-il la peine de conserver les plantes de Pâques après leur floraison? Vous trouverez la réponse dans la description de chaque plante, car cela varie d'une espèce à l'autre.

***

Les 10 plantes de Pâques les plus populaires

Voici quelques trucs pour bien choisir et entretenir les fleurs de Pâques les plus populaires. À moins d'une mention contraire, l'entretien noté dans « Une culture commune » s'applique.

>> Lis de Pâques (Lilium longiflorum)

Ses belles fleurs blanches en trompette sont très parfumées, un véritable baume du printemps. Plus il y a de tiges dans le pot, plus la floraison sera spectaculaire. Les tiges doivent être feuillues jusqu'à la base. Il n'est pas la peine d'essayer de conserver cette plante après la floraison.

>>Lis (Lilium spp.)

On vend aussi d'autres lis, habituellement à fleurs roses, jaunes ou orange. Encore là, choisissez un spécimen avec plusieurs tiges, si possible. Après la floraison, vous pouvez planter ces lis dans la plate-bande où ils refleuriront annuellement.

>> Bulbes

Vous pouvez choisir des potées de narcisses, de tulipes, de jacinthes, de crocus, de muscaris, etc., seuls ou en mélange. Coupez les fleurs après la floraison, puis transplantez les bulbes en pleine terre. La tulipe récupère moins bien, mais la plupart des autres reprendront leur floraison chaque printemps.

>> Hydrangée des fleuristes ou quatre-saisons

Plus il y a de «boules» de fleurs, plus la plante sera attrayante. Il faut arroser copieusement cette plante pendant la floraison, généralement tous les jours. Après la floraison, je vous suggère de mettre la plante au compost. On peut tenter de la planter à l'extérieur, mais le taux de survie est faible.

>> Azalée (Rhododendron simsii)

Cherchez une bonne symétrie et une abondance de boutons floraux. Surveillez étroitement l'arrosage, car l'azalée ne tolère pas la sécheresse et peut avoir besoin de plus d'un arrosage par semaine. Après, conservez-la comme plante d'intérieur, la plaçant à l'extérieur pendant l'été si possible.

>> Cinéraire des fleuristes (Pericallis x hybrida, syn. Cineraria x hybrida)

Préférez une plante bien arrondie avec beaucoup de boutons floraux. Il ne faut jamais laisser sécher cette plante délicate. Après la floraison, c'est le compost qui l'attend.

>> Chrysanthème (Chrysanthemum x morifolium)

Contrairement aux autres plantes mentionnées, mieux vaut acheter un chrysanthème à l'apogée de sa floraison, car les boutons immatures n'arrivent pas toujours à ouvrir à la maison. Après la floraison, taillez-le à 2 cm du terreau et plantez-le en pleine terre : il est possible qu'il refleurisse à l'au­tomne.

>> Primevères (Primula spp.)

Plusieurs variétés sont vendues à Pâques. Certaines sont des vivaces rustiques qu'on peut repiquer dans le jardin après la floraison; d'autres sont des annuelles destinées au compost. Demandez au marchand de vous aider à choisir selon votre préférence.

>> Cactus de Pâques (Hatiora x graeseri, anc. Rhipsalidopsis x graeseri)

Préférez une plante également fleurie. Après la première floraison, traitez ce cactus comme une plante d'intérieur, pas comme un cactus désertique, en assurant des arrosages réguliers. Pour stimuler la floraison printanière, il doit toutefois passer l'hiver au frais (environ 10 °C) et plus au sec.

>> Rosier miniature (Rosa spp.)

Choisissez une plante avec beaucoup de boutons floraux. Après la floraison, on peut le placer à l'extérieur au soleil, le laissant en pot ou le plantant en plate-bande. Avec de bons soins, il peut refleurir une bonne partie de l'été. À l'automne, s'il est encore en pot, plantez-le en pleine terre. Protégez votre petit rosier avec un cône à rosier.

Voilà! Dix plantes qui feront de vos Pâques un véritable régal de fleurs.

***

Réponses à vos questions

Le pin des montagnes (Pinus mugo) naturellement de... (Photo www.jardinierparesseux.com) - image 4.0

Agrandir

Le pin des montagnes (Pinus mugo) naturellement de taille restreinte et très rustique (zone 2) se cultive bien en pot.

Photo www.jardinierparesseux.com

Quel pin cultiver en pot?

Q J'aimerais faire pousser un pin en pot sur mon balcon. Est-ce possible? Quelle variété serait la plus appropriée? Y aura-t-il des soins particuliers à apporter? J'ai un espace plein soleil entre 10h et 14h l'été, mais j'ai aussi un coin à l'ombre.

Véronique Lafleur

R Les pins (Pinus spp.) se cultivent bien en pot. D'ailleurs, on voit des pins centenaires utilisés en bonsaï. Pour notre climat, il faut considérer aussi la zone de rusticité, car pendant les mois d'hiver, il fait plus froid en pot qu'en pleine terre. Ainsi, il serait utile de choisir une variété d'une zone de rusticité moindre que la vôtre. Si vous résidez en zone 4, par exemple, préférez une variété des zones 1, 2 ou 3. Il y a aussi une question de taille, car la plupart des pins sont de grands arbres et trouveront rapidement un pot de taille normale un peu serré. Mieux vaut alors choisir un pin naturellement nain. Pour ces raisons, je vous suggère le pin de montagne, aussi appelé pin mugo (Pinus mugo), naturellement de taille relativement restreinte et surtout, très rustique (zone 2). Il existe de nombreux cultivars nains ou miniatures du pin de montagne en pépinière parmi lesquels choisir. L'entretien d'un pin est assez minimal. Plantez-le dans un pot muni de trous de drainage utilisant une bonne terre à jardin. Un emplacement ensoleillé convient mieux, mais il tolérera aussi la mi-ombre. Comme les plantes en pot sèchent plus rapidement que les mêmes plantes cultivées en pleine terre, il faudrait alors arroser plus fréquemment, dès que le terreau est sec au toucher. Un peu d'engrais à partir de la deuxième saison de croissance pourrait être utile aussi. Et pour l'empêcher de trop grossir, vous pouvez « pincer » les chandelles (nouvelles pousses), les réduisant de trois quarts de leur longueur.

***

Mycorhize versus hormone d'enraci­nement

Q Est-ce que la mycorhize peut replacer l'hormone d'enracinement en poudre pour bouturer les géraniums?

Catherine Henry

R Non. Les deux sont des produits très différents et ont des utilisations différentes. L'hormone d'enracinement est une hormone qui remplace ou complète celle que la plante produit elle-même. Son rôle est de stimuler une bouture, soit une branche ou une tige prélevée sur une plante et qui n'a pas de racines, à en produire. En contact avec l'hormone, l'enracinement se fait plus rapidement et ainsi la bouture devient une plante à part entière. Le géranium (Pelargonium spp.) est parmi les plantes qui s'enracinent mieux en présence d'une telle hormone. Une mycorhize est une association symbiotique entre un champignon et une plante. Un cham­­­pignon mycorhizien se fixe sur une racine et aide la plante à mieux absorber l'eau et les nutriments présents dans le sol. En retour, la plante lui donne des sucres dont le champignon a besoin pour sa propre croissance. En conséquence, la plante doit déjà avoir des racines pour profiter de la présence de champignons mycorhiziens. Cela dit, les deux peuvent travailler de pair. Vous pouvez mélanger, par exemple, des mycorhizes dans un terreau, puis appliquez une hormone d'enracinement sur l'extrémité d'une bouture de pélargonium et la faire enraciner dans ce terreau. Ainsi, non seulement la bouture produira-t-elle des racines plus rapidement et plus sûrement grâce à l'hormone, mais cela assurera la mycorhization des racines par la suite.

***

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec) G1K 7J6




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer