Les journées du jardin

Le tout nouveau Jardin de l'essor comestible, oeuvre... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le tout nouveau Jardin de l'essor comestible, oeuvre du chroniqueur horticole Albert Mondor, attend ses premiers visiteurs ce samedi aux heures d'ouverture du jardin Van den Hende, soit entre 8h et 20h.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Les Journées du jardin est un événement qui célèbre les jardins et le jardinage chaque année pendant trois jours, soit le vendredi, le samedi et le dimanche de la fin de semaine de la fête des Pères d'un bout à l'autre du pays.

Cette année, le lancement officiel des Journées du jardin a eu lieu vendredi (17 juin) à l'occasion de la grande ouverture des tout nouveaux Jardins des paysages du Canada du Musée canadien de la nature, à Ottawa. Étant porte-parole de l'événement pour le Canada francophone, j'ai pu assister au lancement... mais comme le cahier Maison est préparé quelques jours à l'avance, je ne pourrai pas vous en dire davantage dans cette chronique. Par contre, il y a beaucoup d'activités à souligner dans la région pendant les deux prochains jours. Les voici.

Nouveau jardin de l'essor comestible

Au Jardin botanique Roger-Van den Hende, l'activité de la fin de semaine est l'ouverture du tout nouveau Jardin de l'essor comestible. Situé juste derrière les couches froides, donc à quelques pas de l'entrée du Jardin, le jardin est d'allure avant-gardiste, une zone d'agriculture urbaine dans laquelle les plantes comestibles et les matériaux récupérés dialoguent pour former un ensemble des plus originaux et étonnants. Deux platebandes comestibles courbées, entourées de hautes bordures d'acier rouillé, forment une enceinte au centre de laquelle sont disposées trois colonnes végétalisées. Elles sont plantées avec des légumes, des fines herbes et des fleurs comestibles et, dans leur ensemble, rappellent des fusées spatiales prêtes à décoller avec une jolie cargaison végétale. Au sol, des contenants récupérés (coffres à outils, boîtes de pommes, vieilles valises, etc., et même des jouets d'enfant!) débordent de plantes comestibles.

Ce jardin tout à fait remarquable est l'oeuvre d'Albert Mondor, chroniqueur horticole bien connu. Le site attend ses premiers visiteurs ce samedi aux heures d'ouverture du jardin Van den Hende, soit entre 8h et 20h, tous les jours de la semaine. Il n'y a pas de frais d'entrée, mais un don financier sera grandement apprécié. Le stationnement est gratuit les fins de semaine. 

Le Jardin botanique Roger-Van den Hende est situé à 2460, boulevard Hochelaga, derrière Place Sainte-Foy. Pour informations: 418 656-3742

Inauguration du Jardin communautaire de L'Ancienne-Lorette

Ce samedi 18 juin à 14h, le Jardin communautaire de L'Ancienne-Lorette invite le public à son inauguration officielle. L'évènement aura lieu au jardin, beau temps mauvais temps, en présence des élus et des partenaires du jardin. La population sera ensuite invitée à le visiter pour en apprendre plus sur son fonctionnement et ses composantes.

En cette première année d'exploitation, le jardin offrira des lots privés au sol ou surélevés, un potager libre-service et un jardinet pour les enfants. Plus qu'un projet de jardinage, le jardin se veut un réel lieu de détente, de découverte et de partage, un lieu où il fait bon se rencontrer et échanger.

Vous trouverez le Jardin communautaire de L'Ancienne-Lorette au coin des rues Turmel et Chanoine-Dupré à L'Ancienne-Lorette. Pour informations: jardinanciennelorette.wordpress.com

Visites guidées au Domaine Joly

Larry Hodgson donnera une visite des jardins du... (Fournie par le Domaine Joly-De Lotbinière) - image 2.0

Agrandir

Larry Hodgson donnera une visite des jardins du Domaine Joly-De Lobtinière.

Fournie par le Domaine Joly-De Lotbinière

Le Domaine Joly-De Lotbinière célèbre les Journées du jardin avec des visites guidées. J'ai l'honneur d'être le guide bénévole pour ces visites et partagerai mes connaissances horticoles avec les participants tout en répondant à leurs questions tout en faisant une grande tournée des superbes jardins ornementaux du Domaine Joly. Les visites auront lieu à 10h30 et à 14h avec un départ du café-terrasse. 

Il y aura également la cérémonie d'ouverture officielle de la 33e saison touristique du Domaine à 13h30. De plus, le concours Tendances horticoles 2016, impliquant 250 variétés de végétaux nouveaux ou peu connues du public, débute également le samedi 18 juin et se poursuivra jusqu'au 29 août. 

Le Domaine est ouvert de 10h à 17h. Il serait d'ailleurs sage d'arriver à 10h samedi pour avoir le temps de vous rendre au point de départ de la visite. L'entrée coûte 13,92 $ plus taxes pour les adultes, 13,05 $ pour les aînés, 8,70 $ pour les étudiants, 0,87 $ pour les 13 à 17 ans et est gratuite pour les moins de 12 ans. 

Le Domaine Joly-De Lotbinière est situé au 7015, route de Pointe-Platon, Sainte-Croix, à environ 40 minutes de Québec. Pour informations: info@domainejoly.com ou 418 926-2462

Jardins de Métis

Les Jardins de Métis célèbrent les Journées du jardin avec deux activités.

Le samedi 18 juin à 15h, il y aura une conférence au Café pavot bleu avec Marjelaine Sylvestre, archiviste aux Jardins de Métis, sur l'exposition virtuelle Histoires de pêche. Vous y découvrirez, entre autres choses, le rôle qu'a joué la pêche au saumon dans le développement de ce site touristique réputé, les personnalités politiques qui ont fréquenté les lieux au siècle dernier et de précieux objets de la collection muséale tels les mouches à pêche, les cannes et les moulinets d'Elsie Reford, grande passionnée de ce noble sport et créatrice des Jardins de Métis.

La deuxième activité aura lieu le dimanche 19 juin. Il s'agit d'un brunch musical en plein coeur des Jardins de Métis. Claude Belisle, pianiste, est le musicien invité pour ce repas somptueux qui aura lieu à la Villa Estevan entre 10h et 14h. Il faut réserver en composant le 418 775-2222. Il en coûte 35 $ (plus taxes et services), ce qui comprend l'entrée au Jardin.

Autrement, l'entrée coûte 20 $ pour les adultes, 19 $ pour les aînés, 17 $ pour les étudiants et 10 $ pour les 14 à 18 ans. L'entrée est gratuite pour les enfants de 13 ans et moins.

Les Jardins de Métis sont ouverts de 8h30 à 17h (dernière entrée) tous les jours et sont situés à 200, Route 132, Grand-Métis. Pour informations: 418 775-2222

Autres activités

Si votre horaire vous permet de voyager en fin de semaine, sachez qu'il y a des activités horticoles un peu partout au Canada au cours des Journées du jardin. 

Pour en savoir plus sur l'événement et les activités offertes, visitez le site Web lesjourneesdujardin.ca.

Exceptionnellement, le calendrier horticole est incorporé dans le texte principal cette semaine. Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrier@jardinierparesseux.com.

Réponses à vos questions

Hydrangée aux feuilles collées

Q J'ai deux grandes plates-bandes d'hydrangée (probablement 'Annabelle') que je rabats chaque automne. Depuis deux ans, j'ai remarqué que chaque printemps, les feuilles à l'extrémité des tiges sont collées ensemble pour former un cocon dans lequel il y a une chenille. Cette année me semble encore pire que les autres. Mes hydrangées ont probablement 15 ou 20 ans. Que faire?

Une jardinière un peu paresseuse, Saint-Joachim

R Vos plantes sont infestées de la lieuse de l'hydrangée (Exartema ferriferanum). Il s'agit d'une petite chenille qui colle ensemble les feuilles de l'extrémité de la branche et qui vit alors à l'intérieur de cet abri, protégée de ses prédateurs. Elle n'attaque que l'hydrangée arborescente (Hydrangea arborescens) dont 'Annabelle' est le cultivar le plus connu. Le traitement le plus simple consiste à supprimer manuellement les feuilles collées ou encore, à les ouvrir pour extraire la chenille. Il aurait été possible de prévenir l'infestation en traitant avec du Bt au moment de l'éclosion de la chenille, mais quand l'abri est visible, il est trop tard pour réagir, car la chenille est désormais à l'abri de toute vaporisation. 

Tour de Babel horticole

Q Je recherche actuellement sans succès le Frangula alnus 'Ron Williams' en pépinière. Par contre, je trouve régulièrement un arbuste qui lui ressemble beaucoup, le Rhamnus frangula Straight Line. A-t-il changé de nom?

Maxime Ziegler

R C'est la même plante. Le nom que vous avez employé, Frangula alnus 'Ron Williams', est d'ailleurs considéré le nom botanique légitime. La forme sauvage de cet arbuste s'appelle bourdaine et fut longtemps connue sous le nom Rhamnus frangula, mais à cause de différences assez marquées entre cette plante et les autres plantes du genre Rhamnus, les taxonomistes lui ont créé son propre genre, Frangula, lui donnant le nom d'espèce alnus, ce qui a donné Frangula alnus. Les pépiniéristes sont souvent très lents à accepter les changements de nom, ce qui explique une partie de la confusion. Mais l'histoire ne finit pas là.

Par hybridation, Frangula alnus a donné naissance à un arbuste tout à fait remarquable, aux feuilles étroites et au port colonnaire, qu'on a appelé 'Ron Williams' (nom de cultivar). Quand on sait que la bourdaine originale avait des feuilles nettement elliptiques et un port évasé, c'est tout un changement! La pépinière grossiste Proven Winners ne trouvait toutefois pas le nom 'Ron Williams' très vendeur et lui a donné un nom commercial plus sexy, Fine Line®, rappelant son port très étroit et ses feuilles fines. Mais alors, d'où vient le nom Straight Line? Une pépinière compétitrice, ne voulant pas payer une redevance à Proven Winners pour l'utilisation de son nom de commerce enregistré, lui a donné son propre nom de commerce, Straight Line. Alors si vous trouvez un arbuste portant l'un des trois noms, 'Ron Williams', Fine Line® ou Straight Line, et qu'il soit identifié à l'espèce Frangula alnus ou Rhamnus frangula, c'est la même plante. Quelle tour de Babel horticole!

Comment faire refleurir un kalanchoé?

Q J'ai acheté l'an dernier un Kalanchoe à fleurs doubles en pleine floraison. Depuis, plus rien. Pour le faire fleurir, j'ai suivi le conseil donné dans votre livre Les plantes d'intérieur, à savoir le priver de lumière au moins 12 heures par jour. Après huit semaines, rien ne se passe. Faut-il entreprendre le procédé à une période particulière de l'année?

Gérard Scallon

Kalanchoé à fleurs doubles... (Pinus, Wikimedia Commons) - image 4.0

Agrandir

Kalanchoé à fleurs doubles

Pinus, Wikimedia Commons

R Le kalanchoé de Blossfeld, aussi appelé kalanchoé de Noël (Kalanchoe blossfeldiana), exige des jours courts pour fleurir. Normalement donc, il fleurit l'hiver, vers Noël, après environ trois mois de jours courts (la durée du jour est inférieure à 12 heures à partir l'équinoxe d'automne, soit le 22 ou 23 septembre, et jusqu'à l'équinoxe du printemps, soit entre les 19 et 21 mars). Vous pouvez recommencer à stimuler sa floraison cet automne en vous assurant que votre plante reçoive que de la lumière naturelle et aucun éclairage supplémentaire qui prolongerait artificiellement la durée du jour. Mais vous pouvez aussi la faire fleurir à la saison de votre choix en lui donnant des jours courts. Vous pourriez, par exemple, l'installer sous une lampe fluorescente qui n'est allumée que 10 heures par jour et qui ne reçoit aucune lumière naturelle (sinon, cela pourrait fausser les résultats). Mais il faut savoir que ce traitement pour stimuler la floraison prend environ 12 semaines. Comme vous dites que votre traitement aux jours courts a duré huit semaines, il n'a pas encore duré assez longtemps. 

Pour un article plus approfondi sur la culture des kalanchoés doubles, allez ici.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer