La fascinante vie sexuelle des orchidées

La fleur de l'orchidée abeille ressemble à la... (BerndH, Wikimedia Commons)

Agrandir

La fleur de l'orchidée abeille ressemble à la femelle d'une abeille... et en dégage le même parfum.

BerndH, Wikimedia Commons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Avec l'Orchidofolie qui a lieu à l'Envirotron samedi et dimanche, le moment semble tout à fait approprié pour discuter de la vie sexuelle assez... originale des orchidées.

Beaucoup de végétaux produisent du pollen en copieuse quantité, qui part au vent et est libéré massivement dans l'air. Ainsi, il y a la possibilité qu'une seule graine trouve par hasard une fleur réceptive. Or les orchidées sont presque toujours pollinisées par des insectes (plus rarement par des mammifères ou des oiseaux) et leur pollen lourd ne peut pas être transporté par le vent. 

Si beaucoup de plantes pollinisées par les insectes offrent une quantité généreuse de nectar et de pollen à tout passant (pensez à une marguerite qui peut être pollinisée indifféremment par une abeille, une mouche, un papillon ou une guêpe), calculant que l'un de ses nombreux visiteurs chargés de pollen atterrira éventuellement sur une plante de la même espèce, ce qui assurera la fécondation, les orchidées sont très chiches avec leur production de pollen. Elles ne produisent que deux pollinies (masses de pollen) par fleur. Évidemment, il est alors très important pour la fleur que l'insecte qui prend ses pollinies si rares les dépose sur une autre orchidée de la bonne espèce. Ainsi, les orchidées font tout pour plaire à leur pollinisateur préféré, utilisant des combinaisons savantes de couleurs, de parfums, de formes et de textures pour mieux le séduire.

L'orchidée abeille

L'orchidée abeille (Ophrys apifera), appelée aussi (et je ne l'ai pas inventé!) orchidée prostituée, en est un exemple. Cette orchidée produit une fleur qui est physiquement presque identique à la femelle de son abeille solitaire pollinisatrice. Elle a la même couleur, est de la même taille et offre même une texture hirsute similaire. Mais le coup de grâce est le parfum : la fleur dégage la même phéromone (hormone sexuelle) que la femelle de l'abeille. Même, si elle a à choisir entre la fleur et une femelle, l'abeille mâle préférera souvent la fleur! En essayant de copuler avec elle, le mâle se place justement au bon endroit pour ramasser ses pollinies. Frustré, il s'en va et évitera les prochaines fleurs d'orchidée abeille qu'il voit, se rappelant de son insuccès. Mais plus il s'en éloigne, plus l'envie lui reprend et alors il s'essaie de nouveau, soit avec une plante située à une bonne distance, ce qui assure une pollinisation croisée qui convient à l'orchidée, soit avec une autre plante relativement distante, évitant ainsi toute consanguinité. D'ailleurs, en se plaçant sur la nouvelle fleur, il se fait carrément arracher les pollinies... et il en reprend d'autres avant de repartir. On peut espérer qu'il finisse par trouver une dulcinée de son espèce avant de mourir d'épuisement!

Votre phalaénopsis 

On peut aussi accuser la très populaire phalaénopsis (Phalaenopsis spp.), probablement l'orchidée que vous cultivez dans votre salon, de leurre d'insectes! Sa fleur large et aplatie rappelle un papillon femelle et de plus, dans la nature, sa longue tige arquée et élancée s'agite sous la moindre brise de façon très aguicheuse. Le papillon mâle, convaincu d'avoir trouvé une volée de papillons femelles en chaleur, arrête les visiter et repart avec leur pollen.

Le sabot de la vierge

La jolie orchidée sabot de la vierge de nos sous-bois (Cypripedium spp.) n'est pas en reste. Malgré un nom qui semble promettre une pureté immaculée, elle est tout aussi aguicheuse que les orchidées tropicales... et de plus, ses promesses sont fausses. Son labelle, un pétale muté en forme de sabot, dégage une odeur mielleuse qui promet un abondant nectar. L'insecte (une mouche, un bourdon ou une abeille solitaire, selon l'espèce de sabot de la vierge en question) atterrit sur le labelle et cherche le nectar. Il avance un peu... pour se découvrir sur la surface lisse de l'intérieur du labelle. Ainsi, il glisse jusqu'au fond du labelle, certain d'avoir touché le jackpot, mais non, il n'y a pas de nectar du tout. Pire, quand il essaie de s'en aller, des poils inclinés vers le bas l'empêchent de remonter par le même chemin : il est donc prisonnier. Éventuellement, il découvre une ouverture au fond de la fleur. Il s'y rend, mais doit se tortiller pour passer... déposant les pollinies s'il en avait et, en sortant du trou, s'en faisant coller de nouvelles. 

Des odeurs moins agréables 

La gigantesque orchidée Bulbophyllum phalaenopsis ne gagnera sûrement pas de concours de beauté. Ses pétales rouge pourpré ressemblent a de la viande pourri et grouillent d'excroissances rappelant des asticots. De plus, il dégage une odeur nauséabonde... le tout, pour attirer son pollinisateur préféré, la mouche à charogne.

Plus encore

Évidemment, il y a beaucoup d'autres déviances dans la vie sexuelle tordue des orchidées dont j'aurais pu vous parler : des Catasetum qui lancent leurs pollinies sur la tête de leur pollinisateur avec une telle force qu'il est parfois sonné par l'expérience, de l'orchidée de Darwin (Angraecum sesquipedale) qui tient tant à conserver son nectar qu'il le conserve au fond d'un éperon de 30 cm de longueur, ainsi seul son papillon nocturne exclusif (Xanthopan morgani praedicta), dont la trompe mesure précisément 30 cm, peut aller le chercher, de l'Holcoglossum amesianum qui, si son pollinisateur ne se présente pas, s'autopollinise d'une façon très physique que je n'oserais pas décrire dans un journal familial, etc. 

Si vous visitez l'Orchidexpo, en plus d'admirer la beauté extraordinaire des centaines de fleurs que vous y découvrirez, demandez à un membre des Orchidophiles de vous pointer quelques-unes de ces orchidées à la vie sexuelle si fascinante. Vous serez absolument étonné par leur originalité.

  • L'exposition annuelle des Orchidophiles de Québec, Orchidofolie, a lieu samedi de 12h à 18h et dimanche de 9h à 17h au pavillon Envirotron de l'Université Laval au 2480, boulevard Hochelaga (coin autoroute Robert-Bourassa). Il y aura un vaste choix d'orchidées à admirer et une salle de vente d'orchidées inédites et de produits pour orchidées. Entrée : 10 $ pour les adultes, 5 $ pour les étudiants et gratuit pour les enfants. Info: www.orchidophilesdequebec.ca

Réponses à vos questions

Le chèvrefeuille nain 'Clavey's Dwarf' convient bien aux... (www.jardinierparesseux.com) - image 3.0

Agrandir

Le chèvrefeuille nain 'Clavey's Dwarf' convient bien aux espaces restreints. 

www.jardinierparesseux.com

Choix de chèvrefeuilles

Q J'aimerais beaucoup planter un chèvrefeuille dans mon jardin. J'ai un espace exposé plein soleil jusqu'à 13h, à la suite de quoi cet espace se retrouve à l'ombre. Aussi, je voudrais savoir à quel point on peut tailler le chèvrefeuille. L'endroit où je souhaite le mettre lui permettrait d'atteindre environ deux à trois mètres. Est-il possible de garder des dimensions aussi restreintes? Existe-t-il des chèvrefeuilles nains?

Josée Doucet

R D'abord, vous avez assez de lumière pour planter un chèvrefeuille (Lonicera spp.), car un éclairage jusqu'à 13h est l'équivalent du plein soleil et déjà, il tolère le soleil ou la mi-ombre. Vous trouverez qu'il y a un assez bon choix de chèvrefeuilles sur le marché et tous tolèrent bien la taille, donc oui, vous pouvez les maintenir aux dimensions que vous suggérez ou même plus restreintes. Et aussi, pour répondre à votre autre question, oui, il existe des chèvrefeuilles nains. L. x xylosteoides 'Clavey's Dwarf', par exemple, dépasse rarement un mètre de hauteur et de largeur, produit des fleurs jaune très pâle au printemps et des fruits rouges en fin de saison. Mais il faut faire très attention à l'achat de tout chèvrefeuille arbustif, car plusieurs espèces et variétés sont sujettes au balai de sorcière, une maladie provoquée par des pucerons et qui les défigurent. Demandez à votre pépiniériste de vous diriger vers des sélections qui résistent à cette maladie. 'Clavey's Dwarf', par exemple, est de ce groupe.

Des questions?

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrier@jardinierparesseux.com

Par courrier à:

Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminu, Québec (Québec) G1K 7J6

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer