Le Plan (Corée du) Nord

Sophie Schmidt travaille chez Google et vient de... (Photo tirée du blogue de Sophie Schmidt)

Agrandir

Sophie Schmidt travaille chez Google et vient de mettre en ligne un blogue à propos de ses souvenirs de voyage en Corée du Nord, comme sa visite d'une bibliothèque universitaire où les étudiants semblaient n'être que des figurants.

Photo tirée du blogue de Sophie Schmidt

Partager

Matthieu Dugal
Matthieu Dugal, collaboration spéciale
Le Soleil

À l'heure où tout le monde doit être connecté, où l'idéologie de la transparence pénètre jusque dans l'intimité de l'utérus de femmes enceintes qui décident que leur futur bébé doit être sur la Toile avant d'avoir poussé son premier cri, un pays résiste encore et toujours à l'envahisseur diaphane. Et ce n'est pas le plus sympathique : la Corée du Nord.

Royaume secret, sinistre dictature stalinienne dirigée depuis 1948 par une famille qu'on dirait échappée d'un sketch des Appendices, la Corée du Nord, malgré tout, fascine. Ne serait-ce entre autres que par son rejet radical de l'altérité, de tout ce qui n'est pas nord-coréen. Et pour ce parfum d'un autre âge que distille ce terrible gouvernement d'opérette armé jusqu'aux dents, anachronisme paranoïaque dont une des rares qualités est de nous rappeler que l'absolutisme n'est pas une vue de l'esprit.

Dans ce contexte, la récente visite nord-coréenne d'Eric Schmidt, fondateur d'un des plus grands ennemis du régime, Google, apparaît encore plus surréaliste que lorsque Richard Nixon fut le premier président américain à visiter la République populaire de Chine en 1972. Schmidt faisait partie d'une «délégation humanitaire privée» menée par l'ex-ambassadeur Bill Richardson, un habitué de la place. Et surtout, il était accompagné de sa fille de 19 ans, Sophie.

SOPHIE CHEZ LES SOVIETS

Sophie Schmidt travaille chez Google et vient de mettre en ligne un blogue à propos de ses souvenirs de voyage en Corée du Nord. Un peu comme si Jérôme Landry nous racontait la fois où il a commandé un espresso dans un café de la rue Saint-Denis. C'est une blague.

Si vous avez lu Pyongyang, l'excellente BD de Guy Delisle sur le sujet, autant vous dire tout de suite que ce n'est pas aussi bien écrit. Mais le blogue vaut néanmoins le détour. Une Américaine de 19 ans, fille du créateur d'un moteur de recherche honni en visite chez Kim Jong-un, ça en jette. (Anecdote de transparence : Sophie Schmidt travaille chez Google et s'en prend d'emblée dans son blogue au design de Google Sites, plateforme sur laquelle elle écrit son blogue. Si ce n'est pas de l'honnêteté ça...)

Que dit-elle?

Allez-y si vous pouvez. C'est très, très étrange.

Si c'est en janvier, oubliez ça. C'est très, très froid.

Rien de ce qu'on m'a dit ne m'avait préparée pour ça.

Autre chose? Quand on visite la Corée du Nord, nous dit-elle, on laisse notre cellulaire et notre ordinateur à la frontière. De toute façon, ils ne serviront à rien. Pire : on pourrait les pirater. On peut cependant prendre beaucoup de photos. L'art? Il n'y a qu'une forme d'art : l'art révolutionnaire. La musique? Il n'y a qu'une seule musique : la musique révolutionnaire. Si vous connaissez les blogues humoristiques Kim Jong-il looking at things et Kim Jong-un

looking at thing (lien plus bas), Sophie Schmidt nous apprend que la capitale, Pyongyang, est remplie de photos et de peintures représentant le jeune leader et son père qui, précisément, regardent des choses. Toutes sortes de choses. Étrange, vous dites?

Mais la Palme d'or du bizarroïde revient sans doute à sa visite de la bibliothèque de l'Université Kim Il-sung. Dans un pays sans véritable réseau électronique, coupé hermétiquement d'Internet, on fait donc visiter au groupe (le groupe de Sophie Schmidt est toujours accompagné, impossible de visiter le pays par soi-même) une salle d'ordinateurs. Et voici sa recension alors qu'elle se promène parmi 90 étudiants qui supposément «travaillent» (traduction libre) : «Un problème : personne ne fait rien. Certains cliquent, mais la plupart ne font que regarder les écrans. Encore plus troublant, quand notre groupe bruyant est entré, personne n'a tourné la tête. Aucun regard, aucune tête qui se tourne vers nous, aucune réaction aux stimuli. Ils auraient pu n'être que des mannequins.» Studieux, ces Nord-Coréens...

Cette recension de Sophie Schmidt permet aussi d'apprendre que la compagnie d'aviation nord-coréenne, Air Koryo, est la seule au monde à ne recueillir qu'une seule étoile sur le site de Skytrax, qu'il est relativement facile de visiter le pays, même si moins de 2000 Occidentaux le font par année et qu'un livre a été écrit sur l'architecture kitsch du pays, qu'il faut paraît-il à tout prix préserver si le régime disparaît.

En fait, c'est comme un voyage sur une autre planète qui se trouve à quelques heures de vol de Pékin. Et c'est fascinant.

sites.google.com/site/sophieinnorthkorea/

kimjongunlookingatthings.tumblr.com

kimjongillookingatthings.tumblr.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer