La femme aux devoirs

Les attitudes rigides et autoritaires de l'obsessionnel compulsif...

Agrandir

Les attitudes rigides et autoritaires de l'obsessionnel compulsif peuvent facilement pousser à l'exaspération le conjoint le mieux intentionné.

Partager

Sur le même thème

Yves Dalpé
Yves Dalpé, collaboration spéciale
Le Soleil

(Québec) Quand on pense à la personnalité obsessionnelle compulsive, on pense plus facilement à cette image d'un homme distant, rigide et autoritaire axé sur l'ordre, les obligations et les devoirs. Mais il y a autant de femmes affublées de ce trouble de personnalité et je vais prendre cet angle féminin aujourd'hui pour en donner un aperçu.

Des hommes se plaignent dans mon cabinet de leur conjointe qui est une personne sans reproche, une bonne mère, très responsable en toute chose, mais qui manque de tendresse et de joie de vivre. Elle est une bonne épouse, mais pas une bonne amante. Très bien intentionnée, mais pas enjouée pour un sou. Ce qui compte pour elle, ce sont les obligations et les devoirs. Chaque jour est une routine ordonnée comme un rouage mécanique efficace. Pas de place pour la fantaisie, les surprises et la créativité. Pas de place non plus pour les mamours. Pas le temps. Pressée le jour, fatiguée le soir. Les enfants d'abord et avant tout, le souper à cuisiner, les bains à donner, les lunchs du lendemain à faire, elle reste quelques minutes devant le téléviseur avant de ramper de fatigue au lit où il est hors de question de l'empêcher de dormir...

Les attitudes rigides et autoritaires de l'obsessionnel compulsif peuvent facilement pousser à l'exaspération le conjoint le mieux intentionné. L'obsessionnel compulsif est en effet extrêmement contrôlant et il ne s'en rend pas compte, s'investissant d'un rôle de rectitude partout où il est. C'est le genre de personne qui peut être soumise devant un supérieur et autoritaire devant un subalterne. Même en psychothérapie, l'obsessionnel compulsif a tendance à vouloir contrôler la situation. Il peut donc susciter énormément d'animosité chez le conjoint et souffrir ensuite de la distanciation de celui-ci.

Une cliente obsessionnelle compulsive était tellement contrôlante envers son mari qu'il en faisait pitié. Lui qui était dépendant cherchait déjà trop à lui plaire et n'osait pas riposter à ses blâmes assaisonnés de commandes sur la façon de gouverner sa vie personnelle. À chaque entrevue, elle l'accablait de commentaires intrusifs sur son horaire de travail, sur le nombre de ses heures professionnelles, sur le nombre de gorgées d'alcool qu'il absorbait, sur les cigarettes qu'il fumait, sur ses relations avec son ex-épouse, sur le temps qu'il consacrait à ses enfants, sur sa façon de la caresser, etc. Et quand le pauvre essayait de se justifier, elle se mettait immédiatement en colère en l'accusant de ne pas être réceptif et de ne pas être collaborateur. Inutile de dire que Monsieur n'avait pas le droit d'adresser le moindre reproche à Madame Parfaite. Elle le menaçait régulièrement de rupture.

En sachant que la caractéristique essentielle de la personnalité obsessionnelle compulsive est une préoccupation excessive au sujet de l'ordre, des règles, du perfectionnisme, des détails et du contrôle aux dépens de la flexibilité, de l'ouverture et de l'efficacité, on ne sera pas surpris de savoir que ces personnes sont des candidats privilégiés à l'épuisement et à la dépression. Les obsessionnels compulsifs sont durs envers eux-mêmes et autopunitifs. De plus, ils sont parmi les plus affublés de symptômes psychiatriques divers et ils sont particulièrement susceptibles d'être déprimés. C'est d'ailleurs le type de personnalité le plus souvent cité dans la littérature scientifique sur la dépression.

Typiquement, l'obsessionnel compulsif nie ses émotions pour éviter d'avoir l'air faible. Et il est du genre à devenir hypocondriaque et à rêver secrètement de tomber malade. Les autres pourraient alors en prendre soin sans qu'il ait à le demander. Surtout que la maladie lui servirait d'excuse valable pour travailler moins puisqu'il serait vu comme à bout de souffle par l'entourage et non pas comme ayant abandonné de lui-même la partie. L'obsessionnel compulsif est orienté vers la performance de façon excessive, et malheureusement pour lui, toute performance est susceptible d'être insatisfaisante. Il est extrêmement sévère à son endroit.

À des degrés moins élevés, cette personnalité peut être très utile et efficace dans un couple surtout si l'obsessionnel compulsif est marié à une personne moins bien organisée, plutôt insouciante et bohème. Remarquez qu'une combinaison de traits obsessionnels compulsifs, de traits histrioniques et de traits narcissiques est commune chez les professionnels, et ceci contribue à leur efficacité. On ne réalise peut-être pas assez ce côté positif des obsessionnels compulsifs et on est peut-être trop critique à l'endroit de ces personnes fiables et responsables dans la société. Aussi, j'ai remarqué qu'on attribue souvent à tort l'étiquette de personnalité obsessionnelle compulsive à des personnes méticuleuses et responsables sur qui l'entourage se fie. Je trouve cela injuste pour ces personnes dévouées.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer