Noël, la fête de l'amour familial

Qu'est-ce qui explique la force de la magie de Noël alors que si peu  d'entre... (Photos.com)

Agrandir

Photos.com

Partager

Yves Dalpé
Yves Dalpé, collaboration spéciale
Le Soleil

(Québec) Qu'est-ce qui explique la force de la magie de Noël alors que si peu d'entre nous sommes encore croyants? Selon moi, si nous tenons tant à être entourés de ceux qui nous sont les plus chers à Noël, c'est parce que cette fête célèbre l'amour qui circule dans notre famille et c'est pourquoi nous la percevons comme la plus importante festivité de l'année. Notre famille est ce que nous avons de plus précieux au monde.

Les liens intimes sont absolument nécessaires à notre équilibre et même à notre survie. Savez-vous qu'il y a un lien étroit entre la maladie physique, la maladie mentale et le manque criant de liens sociaux dans nos sociétés actuelles? C'est du moins ce que prétendent les Américains Cacioppo et Patrick, auteurs de Loneliness, qui dénoncent l'irrationalité de la culture américaine centrée intensément sur la compétition et l'individualisme au détriment des liens familiaux. Il y a un danger à minimiser l'importance des liens intimes et se retrouver ainsi dans un vide affectif mortel. En effet, l'isolement social affecte gravement la santé et la longévité.

Déjà au XIXe siècle, l'un des fondateurs de la sociologie, Durkheim, avait découvert le lien étroit entre l'isolement social et le suicide. Plus les gens avaient des liens sociaux forts, moins ils se suicidaient, avait-il constaté. Une centaine d'années plus tard, de nombreuses recherches confirment le lien étroit entre la longévité et la force des liens significatifs.

En 1979, l'épidémiologiste LisaBerkman a constaté que les personnes ayant moins de liens intimes que les autres avaient deux ou trois fois plus de chance de mourir de différentes maladies en dedans d'une période de seulement neuf ans. Quelques années plus tard, House publia un article scientifique qui est continuellement cité maintenant, dans lequel il conclut que l'isolement social a un effet aussi néfaste sur la maladie et la mort prématurée que l'hypertension artérielle, le haut taux de cholestérol, le manque d'exercice, l'obésité et la cigarette.

On sait maintenant que les gens mariés vivent plus longtemps en moyenne que les célibataires, les veufs, les divorcés et ceux qui ne se sont jamais mariés. Et que les personnes qui manquent de relations intimes ont non seulement de plus hauts taux de mortalité, mais, en plus, elles ont plus d'accidents, ont plus de chance de tomber malades et ont plus de problèmes psychologiques. Les recherches actuelles démontrent que de forts liens sociaux renforcent le système immunitaire, allongent la vie (plus que l'abandon de la cigarette!), accélèrent la guérison après une chirurgie, réduisent les risques de dépression et les pathologies reliées à l'anxiété.

On sait aussi que les amoureux ont moins la grippe que les autres et leurs cellules sanguines combattent mieux les infections. Aussi que les personnes ayant de hauts niveaux d'intimité ont plus d'anticorps et moins de maladies sérieuses. Bien plus, même les gens qui fument, ceux qui mangent trop et ceux qui ont d'autres mauvaises habitudes reliées à la santé semblent moins malades s'ils sont bien entourés affectivement. De nombreuses recherches font de tels liens avec plusieurs maladies graves, comme le cancer et les maladies cardiaques.

C'est à la suite de ce genre de constatations scientifiques que la psychologue américaine Marion Solomon a écrit: le plus grand danger qui nous guette dans le monde, c'est de ne pas être aimé. Toute personne a besoin des autres humains pour survivre. Pas seulement pour l'obtention de leurs services, mais aussi pour l'amour et le sentiment d'être valable. L'importance de l'amour pour notre bien-être est bien documentée scientifiquement. Il n'y a pas que les bébés qui en meurent s'ils n'ont pas de contacts physiques, c'est la même chose pour beaucoup d'adultes.

À Noël, les personnes isolées en rupture avec leur famille en ressentent particulièrement les conséquences douloureuses. C'est pourquoi cette période de l'année est un dur moment pour les gens qui se sentent nostalgiques et seuls. Les dépressions et les anxiétés sont alors souvent accentuées. Si c'est votre cas, faites un pas, donnez un coup de téléphone, planifiez une visite à un être cher. Ceux qui vivent seuls doivent se créer un noyau d'amitié solide pour compenser le manque de vie familiale, sans quoi ils sont à risque.

À Noël, l'ambiance féerique, la musique, le sapin et son odeur, et les belles tablées reflètent la joie d'être entourés de ceux qu'on aime le plus au monde. Ces personnes sont encore plus précieuses qu'on pense. On n'imagine pas spontanément que sans elles notre vie n'aurait pas de sens et que notre santé serait en péril. On les tient trop pour acquises.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer