Entre technique et techno

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Chefs au défi

Vivre

Chefs au défi

Pour une deuxième année, Le Soleil tient une compétition amicale opposant un chef connu et un chef issu de son public lecteur. »

Sur le même thème

<p>Sophie Grenier-Héroux</p>
Sophie Grenier-Héroux

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) On s'apprêtait à assister à un duel culinaire, on a aussi assisté à un choc des générations! Entre la technique et la technologie, le public a pu constater l'univers dans lequel évoluent les chefs d'aujourd'hui.

Les chefs invités au défi du samedi 22... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.0

Agrandir

Les chefs invités au défi du samedi 22 novembre, Julien Chamberland entouré de l'animateur de l'événement, Jean Soulard, le chef Frédéric Laplante et du sommelier Vincent Lafortune.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Quelque 200 personnes ont pu suivre les chefs... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.1

Agrandir

Quelque 200 personnes ont pu suivre les chefs Julien Chamberland, lecteur du Soleil, et Frédéric Laplante, de La Tanière et de Légende, aux Halles de Sainte-Foy.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Si le participant du public, Julien Chamberland, était volubile et admiratif devant le Thermomix, le chef des restaurants La Tanière et Légende, Frédéric Laplante, valsait sans mot dire entre les bases de la cuisine et des techniques plus actuelles. Entre les deux, l'animateur du défi, Jean Soulard - chef cuisinier durant une trentaine d'années -, se faisait l'avocat du diable sous le regard amusé de près de 200 spectateurs.

«J'ai pas fait l'université, mais je vais peut-être y arriver», a lancé le chef Soulard alors qu'il aidait Julien Chamberland à ouvrir une boîte de safran. Il faut dire que le concurrent, s'il n'a pas ses gallons en cuisine, possède une vaste connaissance de la chimie et des constituants alimentaires. À plusieurs reprises, l'animateur paraissait étonné, voire fasciné par le vocabulaire de l'étudiant à la maîtrise en science de l'alimentation. «Tu parles pas comme un cuisinier, ça c'est sûr», a lancé Jean Soulard sous les rires du public.

C'est dans un mouvement fluide et sans nervosité apparente que les deux participants ont commencé leur plat. Brunoise de légumes racines découpée à la mandoline et au couteau pour l'un, tartare de truite haché au Thermomix pour l'autre... «Au Thermomix!» a lancé un Jean Soulard médusé devant la truite, la mangue, les échalotes, les canneberges et le citron déposés dans le récipient. «C'est idéal si tu invites les amis ce soir et que tu n'as pas beaucoup de temps pour préparer le souper.»

«Est-ce que tu reçois un pourcentage des ventes [de Thermomix]?»

«Pas encore!» a lancé Julien Chamberland, du tac au tac.

À leurs côtés, Frédéric Laplante, ultra concentré, travaillait avec une cadence soutenue.

Beurre, huile, légumes, ail, échalote, vinaigre, vin, la marinade prenait forme. Dans un bol, le chef a versé l'escabèche encore chaude sur les morceaux de truite. Une méthode de cuisson traditionnelle utilisée tant en Provence qu'au Portugal, en Espagne ou en Amérique du Sud.

Les odeurs chatouillaient les narines.

Puis, avec l'idée de montrer d'autres techniques culinaires au public, le chef Laplante a expliqué comment utiliser la peau de la truite pour en faire une chips! D'une banalité surprenante! Et ô combien jolie pour finaliser un plat.

Madame Thermomix

Évidemment, devant tous les éloges pour le Thermomix, Jean Soulard a fait venir à l'avant une des représentantes de la compagnie pour la questionner sur l'appareil. Comme de fait, la liste des possibilités est longue. Devant les capacités de ce véritable robot, Jean Soulard a souligné à Frédéric Laplante qu'il pouvait renvoyer cinq cuisiniers pour un seul Thermomix. Ce à quoi le chef a répliqué en riant : «Pourtant, j'en ai six [Thermomix] chez nous et j'ai encore plus de cuisiniers. Ils ne doivent pas savoir comment travailler avec!»

Et parlant de nouvelles technologies... Le chef Laplante avait aussi plus d'un tour dans son sac : la cuisson sous vide! Armé de bacs d'eau et de thermomètres, il a plongé un morceau de truite et les huîtres - déjà emprisonnés dans un sac de plastique. Le résultat était parfait. «[Ce type de cuisson] est plus précise», a-t-il indiqué, soulignant que l'on pouvait avoir un appareil équivalent pour la maison.

Puisque Noël n'est pas si loin...

Avec l'assurance d'un jeune premier, Julien Chamberland ne s'est pas fait prier pour expliquer, commenter, jaser et rigoler avec l'animateur, allant même jusqu'à ouvrir une huître devant le public pour expliquer la technique.

Est-ce que cette aisance allait lui faire faux bond à la ligne d'arrivée?

À moins de 20 minutes de la fin, Julien s'est élancé dans un sprint final digne des téléréalités du réseau Food Network! Truite au four pour une mi-cuisson, beurre blanc au safran presto au Thermomix, pétoncle poêlé en quelques minutes, et quinoa rouge «un féculent rapide et facile à faire» pour remplacer la purée qu'il avait imaginée.

On a eu chaud!

Au terme d'un défi qui aura montré de belles techniques au public, les deux assiettes étaient plus qu'appétissantes. Et à voir la file de gourmands qui voulaient goûter aux pétoncles, nul doute que le mollusque - bien doré et cru au centre - a été la vedette du souper!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer