Deux fourneaux, un seul esprit d'équipe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Chefs au défi

Vivre

Chefs au défi

Pour une deuxième année, Le Soleil tient une compétition amicale opposant un chef connu et un chef issu de son public lecteur. »

<p>Camille B. Vincent</p>
Camille B. Vincent

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) D'entrée de jeu, l'animateur Jean Soulard présente les premiers braves du concours Chefs... au défi! 2014 aux quelque 100 férus de bouffe présents aux Halles de Sainte-Foy. Sylvie Berthiaume, lectrice du Soleil et habile cuisinière, fait face à Baptiste Peupion, chef exécutif au Château Frontenac. N'ayez crainte, l'animateur et ancien chef du célèbre établissement n'a pas de parti pris envers son successeur, et ce, malgré les tentatives du flatteur Baptiste!

Sylvie Berthiaume, lectrice du Soleil (à l'avant-plan) pose... (Le Soleil, Andréanne Lemire) - image 1.0

Agrandir

Sylvie Berthiaume, lectrice du Soleil (à l'avant-plan) pose devant Baptiste Peupion, chef exécutif au Fairmont Le Château Frontenac. Ils étaient les chefs invités à la compétition amicale tenue le samedi 15 novembre aux Halles de Sainte-Foy. Nos chefs sont ici en présence de l'animateur de l'événement, Jean Soulard, et du sommelier Vincent Lafortune.

Le Soleil, Andréanne Lemire

Plus d'une centaine de personnes ont suivi attentivement... (Le Soleil, Andréanne Lemire) - image 1.1

Agrandir

Plus d'une centaine de personnes ont suivi attentivement le travail des chefs Baptiste Peupion et Sylvie Berthiaume sous le regard de l'animateur Jean Soulard et du sommelier Vincent Lafortune.

Le Soleil, Andréanne Lemire

«Le Château Frontenac a été tenu de main de maître pendant une trentaine d'années par Jean Soulard!» lance Baptiste Peupion, avant même que les fourneaux soient chauds. Le principal intéressé ne se laisse pas berner : «Il est en train d'acheter le jury!»

C'est ainsi que débute le premier affrontement amical de Chefs... au défi! 2014.

Présentations faites, il est temps de se mettre au travail. Mais pas question qu'il soit individuel et monotone. Ici, on interagit, et le chacun pour soi n'est pas permis!

Il faut dire que les deux participants, l'animateur et le sommelier Vincent Lafortune sont armés de micros, facilitant la discussion et l'interaction avec le public.

«Vincent, le chef à ma gauche veut déjà boire, alors donne-lui à boire!» Le chef en question, c'est Baptiste Peupion, qui réclame du vin dès 11h. Mais on lui pardonne, il est 17h en France!

Alors que les cuistots enclenchent leurs préparations, Vincent Lafortune se met donc de la partie pour présenter le vin de la semaine (voir autre texte) et en servir à tous les convives. Car pour souligner cette première de quatre rencontres des Chefs... au défi! 2014, il faut lever notre verre. Mais pas n'importe comment!

«J'en vois déjà qui tiennent leur coupe par leur ballon, alors qu'il faut le tenir par la base ou par la tige. Sinon, on va le tacher si on mange du poulet BBQ, et on va réchauffer le vin. Un vin rouge ou blanc trop chaud, ce n'est pas agréable.»

Vient ensuite l'ABC de la dégustation, durant lequel il reproche aux Québécois de ne pas accorder assez d'importance à l'odeur du vin avant de le boire. «Si ça sent le chien mouillé, la poussière ou les champignons dans notre verre, ce n'est pas normal!»

De retour aux fourneaux, c'est l'heure d'apprêter les ris de veau. Mais puisque Sylvie Berthiaume n'en a jamais fait - sauf la veille de l'événement, question de s'y préparer -, ce sera un travail d'équipe. Une équipe dans laquelle Baptiste Peupion est le capitaine et Mme Berthiaume, son assistante.

C'est vrai qu'en ce qui a trait aux ris de veau, Sylvie Berthiaume n'a aucune chance devant son voisin, qui en mange depuis l'âge de trois ans. Mais pour le reste, la chef amateur n'a pas à rougir devant son rosbif à la moutarde, qui fut un succès, ai-je besoin de le préciser.

A certainement contribué à cette réussite le fan-club de Mme Berthiaume, dont font partie sa mère, sa fille, son conjoint et ses amis, tous présents pour assister à son triomphe.

Seul élément triste de cette journée: le fait que Sylvie Berthiaume n'ait pu goûter aux deux savoureuses assiettes de Baptiste Peupion, trop occupée à servir les convives.

Mais ce n'est que partie remise, car il s'est empressé de l'inviter à visiter les cuisines du Château Frontenac, et à y déguster ses plats. Chanceuse!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer