Réapprendre le plaisir de manger avec ses cinq sens

Le but de la recherche de Véronique Provencher,...

Agrandir

Le but de la recherche de Véronique Provencher, de l'Université Laval, était d'identifier une approche pour permettre aux femmes de se réconcilier avec les aliments, basée davantage sur l'intuition que sur les habituelles informations rationnelles comme le nombre de calories.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Claudette Samson

(Québec) Les régimes, l'effet yoyo, les privations, les frustrations... bien des femmes connaissent. Et si manger (re)devenait le plaisir de tous les sens?

Une chercheuse en diététique de l'Université Laval a testé l'impact d'une approche sensorielle sur des femmes préoccupées par leur poids et ayant goûté aux diètes dans leur passé. Des femmes «qui n'ont pas toujours une relation positive avec la nourriture», souligne Véronique Provencher, de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation.

Le but de la recherche était d'identifier une approche pour leur permettre de se réconcilier avec les aliments, basée davantage sur l'intuition que sur les habituelles informations rationnelles comme le nombre de calories.

Son groupe a recruté 50 femmes présentant une préoccupation particulière pour leur poids et leur alimentation. Le groupe a été divisé en deux au hasard, le premier participant à une série de six ateliers et le second servant de groupe témoin et répondant uniquement aux mêmes questionnaires. À la fin de l'expérience, les femmes du deuxième groupe avaient toutefois l'opportunité de participer elles aussi à la démarche.

Des diététistes françaises recourent déjà à cette formule, mais c'est la première fois qu'une recherche vise à en mesurer l'impact scientifique.

Les deux premiers ateliers portaient sur la relation des participantes avec les aliments, sur leurs signaux de faim et de satiété, sur les permissions qu'elles se donnent ou non de goûter...

Le but était de mesurer leurs comportements et d'identifier les moins propices au développement d'une saine gestion du poids, explique la chercheuse. Par exemple, la surconsommation en réponse à certaines émotions.

Les trois ateliers suivants tournaient autour de l'utilisation des sens dans le geste de manger. Tous les sens. Le goût, bien sûr, la vue, l'odorat, le toucher et même l'ouïe, qui pourrait sembler bien étrangère à l'acte. Vous savez, le son craquant des chips...

Des dégustations, parfois à l'aveugle, leur permettaient de se familiariser avec les diverses nuances de goûts, l'acide, l'amer, le sucré, le salé.

Au sixième atelier, il était question de tout le plaisir associé à divers aliments, aux souvenirs - les bons biscuits de grand-maman - et à tout ce qui expliquait ces choix.

Différence marquée et à long terme

Tout de suite après la série de rencontres, l'équipe de recherche a été en mesure d'évaluer que les comportements malsains avaient diminué de manière significative au sein du groupe qui y avait participé, et encore plus après trois mois. La différence était marquée avec le groupe témoin, souligne Mme Provencher.

Il est rare selon elle que les effets d'une démarche en lien avec l'alimentation se fassent sentir davantage que dans le court terme.

Un autre impact mesuré a été celui du type de relation avec la nourriture. Les femmes s'écoutaient davantage quand elles avaient faim, se donnant le droit de manger ce qu'elles voulaient, de répondre à leur besoin de satiété sans se priver. Encore là, le groupe témoin ne présentait pratiquement aucune différence dans ses comportements.

Il serait maintenant intéressant, dit Véronique Provencher, de reprendre cette expérience avec un groupe plus gros et d'investiguer davantage sur la voie des sens comme technique permettant de développer une saine gestion du poids. Mais dès maintenant, croit-elle, il pourrait s'agir d'un ajout intéressant pour les nutritionnistes.

Les activités de la recherche ont été développées en collaboration avec Équilibre, qui se préoccupe des problèmes reliés au poids et à l'image corporelle. L'organisme offre aussi une formation aux spécialistes sur cette approche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer