Une année à table

Partager

Sur le même thème

Stéphanie Bois-Houde, collaboration spéciale
Le Soleil

(Québec) 2012 s'achève et nous voilà à l'heure des rétrospectives. Dans l'ordre et le désordre, voici nos cinq coups de coeur 2012 dans lacatégorie «nouveaux restaurants». Six, devrions-nous écrire, puisque La Planque, à lire en critique,se joint à ce palmarès bonifié d'observations et d'anecdotes sur une scèneculinaire qui bouge!

Le Bouchon du Pied Bleu

Des abats, tu mangeras! Un commandement qui pourrait devenir une prière tant les cochonnailles (tripes, boudin, saucisson, etc.) et autre tête de porc transformée en croquettes «7e ciel» du Bouchon du Pied Bleu transportent de joie le mousquetaire en chacun de nous. Alexandre Dumas y serait un habitué s'il était toujours de ce monde, ne serait-ce que pour ces qualités «en perdition» que sont la convivialité et surtout l'esprit à la bombance avec tous ces plats qui viennent à nous, des salades aux desserts avec un S. Pour les résistants, poissons et cocotte végé, il y a!

181, rue Saint-Vallier Ouest, QuébecTél. : 418 914-3554

Les Labours

J'ai été séduite par le projet global de l'Hôtel La Ferme, particulièrement son modernisme et son confort chaleureux. Déjà au mois d'août, je rêvais d'après-ski! Quant au restaurant Les Labours, sous la direction du chef David Forbes, j'y ai goûté une cuisine du marché évolutive où l'on sent une préoccupation sincère pour l'achat local, une générosité en termes de saveurs et un plaisir plus qu'une «obligation» de bien traiter les légumes. De plus, le design de la salle est jeune et actuel à l'image même du dynamisme en région.

Hôtel La Ferme

50, rue de la Ferme, Baie-Saint-Paul

Tél. : 418 240-4123

Chez Boulay

Bistro Boréal

Au-delà du menu de niche - les saveurs boréales -, l'atmosphère de brasserie actualisée et son élégance décontractée m'ont vraiment plu. Les produits nordiques sélectionnés y ont un sens réel et s'expriment avec finesse et cohérence à travers toute la carte qui exhale des arômes de sapin baumier, de gingembre sauvage et de thé des bois. La notion de saison est également considérée tangiblement. D'ailleurs, les plats se sont ajustés pour affronter la rigueur hivernale. Citons la tartiflette aux lardons de sanglier gratinée avec du Pied-de-Vent et la cocotte de joues de bison au vin rouge. Cependant, si j'ai une recommandation à vous faire, c'est d'essayer l'exquise jambonnette de volaille fermière farcie aux champignons et foie gras (à 19 $, c'est une aubaine).

1110, rue Saint-Jean, Québec

Tél. : 418 380-8166

La Gueule de bois

Le ris de veau sauce au vermouth sur rösti de céleri-rave pourrait être le seul motif de la visite en soi. J'oserai même dire que c'est le meilleur ris de veau - cuisson sans reproche - que j'ai mangé pendant les douze derniers mois. Un souvenir persistant sans doute en raison de la gentillesse du service où l'on prend les minutes nécessaires pour créer un contact avec le client. Puis, j'ai un faible pour la salle, ni bling-bling ni bricolée dans le «district» des artistes. Le boudin maison s'est aussi taillé une réputation au même titre que le rapport qualité-prix-gourmand du menu du midi.

207, rue Saint-Vallier Est, Québec

Tél. : 418 353-0505

Patente et machin

En sortant du spectacle de Patrick Watson (11 décembre), j'ai repensé à la prestation de Fred Fortin en première partie. C'était à la fois brut, poétique et vrai. Exactement comme la proposition de Patente et machin, «petit frère» de L'Affaire est ketchup. Comme à L'Affaire, la carte tourne au gré des humeurs et ça donne des plats gourmands, tantôt à partager, tantôt à déposer au centre de la table et à bouffer à plusieurs mains.

82, rue Saint-Joseph, Québec

Tél. : 581 981-3999

La mention spéciale

Hosaka-Ya Ramen

En plus d'être beau-bon-pas cher, c'est exotique en titi! Et à Québec, on n'en aura jamais assez de dépaysement surtout en provenance d'Asie sans qu'il soit question de sushi! Dans cette taverne nippone, le bol est roi et les ramen, à base de pâtes fraîches, ses fidèles sujets qui mouillent dans des bouillons maison aromatiques. On y va aussi pour les gyoza au porc et aux crevettes.

75, rue Saint-Joseph Est, Québec

Tél. : 418 780-1903

Sur la table en bref

Le secteur «en crise»

Qu'est-ce qui arrive au secteur Sillery? Subit-il le contrecoup de l'étalement du périmètre de la restauration vers Saint-Sauveur (Patente et Machin, Le Pied Bleu, etc.) et le boum qualitatif qui secoue le Vieux-Québec? Concrètement, une réaction en chaîne fait qu'au moins quatre adresses dignes de mention ont fermé récemment, dont Saumun et Roëlli. Depuis le 4 août, plusieurs regrettent ce café-bistro et pâtisserie qui se distinguait par ses dacquoises, ses soldats et une cuisine généreuse où le jarret d'agneau braisé fréquentait la tarte flambée. Sur leur page Facebook, Sébastien et Esther Roelly, frère et soeur à la barre de l'établissement, promettent de renaître «en version 2.0». Soulignons aussi les fermetures de Chez Dô et Azalée Sushi. Dans ces deux cas, la relève est déjà en place avec respectivement le Restaurant Name Sane et L'OEil du Dragon spécialisé dans les sushis. À surveiller également l'ouverture de la sandwicherie La Belle Excuse dans le local devenu vacant après la fermeture (prévisible) de Délicatesses tonkinoises du chemin Saint-Louis.

Deux souhaits d'une critique «technoallergique»

Si je n'avais qu'un désir à formuler pour 2013, ce serait celui d'interdire les iPhone et autres «bébelles électroniques» au restaurant. Aux États-Unis, plusieurs tables prohibent ce fléau technologique. Soyons davantage dans le moment présent. Au lieu de poster sur Twitter LA photo du plat qu'on est en train de déguster, apprécions-le «en direct». Ne méritons-nous pas collectivement d'éteindre «Big Brother» un minimum de deux heures et de surcroît en public? Après les adultes pourront râler contre les ados scotchés à leur console de jeu portable. Pas avant!

Autre coup de gueule «plasmagorique». En voiture, j'entendais récemment à l'émission Médium large Josée Blanchette, chroniqueuse au Devoir, exprimer sa consternation par rapport à l'omniprésence des écrans. PARTOUT! Jusqu'au resto. Et pas seulement à La Cage aux Sports! Avons-nous si peu à dire? Paradoxalement, on fait la morale aux enfants en leur disant qu'il ne faut pas manger devant la télé. Pire, comme consommateurs, nous payons pour manger rivés à l'écran... Deux poids, deux mesures!

La réplique 2012

«Savez-vous où vous êtes? Vous êtes chez Boulay!» Suave! Trêve d'ironie. La critique incognito (et à sa énième visite dans l'établissement) était malheureusement en retard sur l'heure de sa réservation. Je n'ai pu résister à me présenter avec promesse de laver la vaisselle pour m'excuser. La paix était scellée avec notre hôte. À ma décharge, d'autres convives étaient déjà à table et consommaient. Morale de l'histoire, le ton fendant est à proscrire. D'autant que c'est tout le contraire du chef Jean-Luc Boulay et de son collègue Arnaud Marchand, deux professionnels intègres et foncièrement très accueillants.

Une soirée mémorable

Justement parlant de Jean-Luc Boulay, le chef du Saint-Amour a accueilli en février dernier le chef français Régis Marcon lors dedeux soirées gastronomiques de 10 services autour du champignon, l'un des ingrédients fétiches de ce titulaire de trois étoiles Michelin. Les papilles se souviendront à vie des choux farcis au foie gras servis à la façon d'un Phô et du carré de biche aux pralines de cèpes.

La serveuse la plus positivement «électrique»

Un prénom, Mélissa. Difficile d'être plus sympathique et patiente avec une table composée à 80 % de testostérone sur pattes - avec les gags un peu mononcles (désolée les gars!) - et de deux filles «sages» qui arrondissaient les angles. C'était à L'Affaire est Ketchup, un jeudi soir d'octobre. Les pétoncles étaient cuits avec art et le magret de canard nappé d'une sauce à l'orange amère inoubliable. Des «carburants» assez puissants pour qu'à 1h nous soyons toujours là... Jusqu'à ce que notre «nouvelle amie» déclare : «Envoye à maison!»

Le concept le plus audacieux

Avant d'ouvrir sa nouvelle adresse, la chef Marie-Chantal Lepage a frotté cinq fois la lampe d'Aladin afin de réaliser cinq désirs, c'est-à-dire faire du traiteur (pour réception et particulier), gérer un café urbain et une boutique où l'on vend, entre autres, le Thermomix de nos rêves (!) et s'éclater dans une aire dégustation (pour le lunch et le souper) qui ferait aussi office d'école de cuisine - version informelle et festive. Le bon génie l'a exaucée. En novembre dernier, j'y ai passé une soirée magique où chacun des services avait été laissé aux bons soins de la chef qui sait gâter sa visite. On y a reconnu la signature de l'ex-chef du Monte Cristo, ici en pleine lumière et surtout très disponible, depuis sa cuisine ouverte.

L'Espace MC Chef

55, rue Dalhousie, Québec

Tél. : 418 694-9792

Le décor avec le plus d'éclat

Bien que Chez l'Autre nous a un tantinet déçu lors de notre dernière visite - notamment en ce qui a trait à la température de service de quatre des six plats principaux et des garnitures «paresseuses» -, je persiste et signe pour dire que la brasserie d'inspiration française est l'un des plus beaux restos contemporains ouverts dans la dernière année. Mur de brique peint en blanc, tissus Christian Lacroix, esquisses sur miroir de Jean-Claude Poitras, voilà une salle qui respire le chic intemporel grâce au contraste avec le noir du linge de table et du mobilier. Ce lifting est signé Nancy Ricard de la boutique Un Fauteuil pour Deux. Mme Ricard, mes clés de maison sont à vous! Je réserve aussi un double du trousseau à Elsa Vincent, qui a créé un cocon douillet à l'Hôtel La Ferme. J'accorde également une mention spéciale au Bistro Talea de la Grande Allée, un projet plus modeste, mais chaleureux avec ses références à la forêt enchantée...

Deux nouvelles adresses familiale à retenir

«La fois où j'ai eu le plus de honte...» Voilà une phrase qui revient souvent dans la bouche de plusieurs parents d'enfants entre deux et quatre ans. Malgré fiston en séance d'entraînement intensif sur la banquette chez Les Trois Garçons (devant un public réceptif), nous n'avons pas eu droit «aux gros yeux» où l'on lit le jugement «parents incompétents» et pu manger des burgers «locaux» (pain Paillard, frites taillées dans des patates de l'Île, etc.) dans un cadre urbain, branché - avec une identité, quoi! - ainsi qu'un fish and chips à la panure croustillante à la bière Saint-Ambroise. Le Chic Shack entre également dans cette catégorie. Je retiens le burger végé (riz brun, carotte, garniture de betterave, etc.) que je couronne meilleur burger sans viande à Québec. J'avais coiffé l'établissement du titre de fast food Relais & Château. Je récidive! Frites au sel de truffe à l'appui!

Les Trois Garçons Bistro ? Burger

1084, rue Saint-Jean, Québec

Tél. : 418 692-3900

Chic Shack Burger ? Lait frappé

15, rue du Fort, Québec

Tél. : 418 692-1485

Deux adresses revisitées par plaisir!

Verdict : il y a des nappes, dites «bistronomique», qui s'inscrivent dans la modernité, les saveurs franches, un bon boire et de l'atmosphère. Nos deux valeurs sûres :

Restaurant L'Échaudé

73, rue Sault-au-Matelot, Québec

Tél. : 418 692-1299

Le Clocher Penché Bistrot

203, rue Saint-Joseph Est, Québec

Tél. : 418 640-0597

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • La Planque: en lieu sûr!

    Alimentation

    La Planque: en lieu sûr!

    En 2011, Guillaume St-Pierre gagnait la finale de l'émission Les chefs! Le Soleil l'avait rencontré après sa victoire pour discuter de ses ... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer