Soirée de rêve pour la foule

La Montréalaise Françoise Abanda a battu l'Américaine Asia... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La Montréalaise Françoise Abanda a battu l'Américaine Asia Muhammad 6-4 et 7-5, mardi au PEPS de l'Université Laval.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Soirée de rêve pour les amateurs - et les organisateurs - mardi, à la Coupe Banque Nationale. La première tête de série Lucie Safarova et la Québécoise Françoise Abanda, favorites de la foule, ont toutes deux remporté leur rencontre de premier tour. Avec aplomb.

La Tchèque, championne à Québec en 2013, a écrasé l'Américaine Anna Tatishvili 6-0 et 6-1 en 46 petites minutes, au PEPS.

Devant une plus belle foule que la veille, la 33e joueuse mondiale a remporté 53 points contre 21, réussissant neuf as. Elle a gagné 89 % de ses points en première balle de service; 80 % en deuxième. Des chiffres épatants. Safarova a fait honneur à son statut de favorite.

«On ne se plaint jamais lorsque notre premier match se déroule rapidement en notre faveur», a commenté l'athlète aux yeux perçants, après la rencontre. «Je me sentais très bien aujourd'hui. Je servais bien, je retournais bien. Je ne lui ai pas donné de chances de revenir.»

Même si «les couleurs ont changé» dans le stade du PEPS depuis sa dernière visite en 2013, Safarova a vécu un instant de nostalgie, mardi. «C'est drôle, je ne suis pas venue ici depuis un bout de temps, mais aussitôt que je suis embarquée sur le court, les souvenirs me sont revenus. C'était vraiment bien.» Il y a quatre ans, elle avait aussi vaincu Tatishvili en première ronde. Puis Eugenie Bouchard en demi-finale et Marina Erakovic dans le match ultime.

Safarova connaît une excellente saison 2017, comme en fait foi sa fiche de 32-17. Il y a quelques semaines, elle a eu la malchance d'affronter deux fois la joueuse de l'heure Sloane Stephens, des défaites subies à Toronto et à Cincinnati. Au US Open, que Stephen allait emporter, Safarova s'est rendue en ronde des 16.

Tout le contraire de Tatishvili, qui n'a joué que deux tournois cette saison en raison d'une blessure. Mardi, l'ex-50e au monde s'est inscrite au pointage lors du premier jeu de la deuxième manche, mais ce fut tout pour elle. Actuellement 644e, elle a obtenu sa place dans le tableau principal en vertu d'un classement protégé.

Safarova a gagné sous les yeux de son compatriote Tomas Plekanec. «Je la connais depuis un bout de temps», a expliqué le joueur de centre du Canadien, quelques minutes avant la rencontre. «Je suis allé la voir au US Open il y a quelques années, et la semaine dernière aussi. C'est amusant de la voir jouer. [...] J'aime le tennis. Il y a une belle atmosphère quand on se promène à travers tous les partisans», a ajouté Plekanec, qui joue au tennis l'été, mais est «loin d'être bon».

«C'est bien qu'il soit venu me soutenir», a indiqué Safarova, qui n'a toutefois encore jamais pu en faire autant pour son ami. «Je n'ai pas eu cette chance. Car quand on joue à Montréal, c'est pendant la saison morte [du hockey]. J'ai l'impression qu'on se rate tout le temps. Même à Miami, c'est arrivé une couple de fois que [le Canadien] jouait après mon tournoi, mais j'ai perdu tôt chaque fois», a regretté la meilleure joueuse de double au monde.

Si elle l'emporte dimanche, pourquoi pas une visite au Centre Vidéotron lors du match hors concours contre les Bruins, lundi soir? «Ah, voilà une possibilité! Maintenant, j'ai une chance», a rigolé Safarova.

Match corsé

Les choses ont été plus ardues pour Abanda (122e). L'Américaine Asia Muhammad (144e) et elle se sont livrées un match corsé, où les longues parties abondaient. Mais la Montréalaise de 20 ans a été un peu plus efficace que sa rivale sur les points importants, en route vers un gain de 6-4 et 7-5. Dans chaque manche, Abanda a brisé son adversaire alors que celle-ci servait pour rester en vie.

«C'est un bon test pour mes nerfs, a dit la gagnante. Aussi, c'est un tournoi à la maison, donc c'est sûr que je veux bien faire. J'espère vraiment me rendre loin. C'est un tournoi où il y a beaucoup de points, ce qui peut m'aider dans mon objectif.»

Abanda a remporté son match de premier tour à Québec pour une deuxième année consécutive. Elle avait battu l'Allemande Mona Barthel dans un match au pointage similaire en 2016. 

Il y aura donc deux Canadiennes en deuxième ronde, l'autre étant Bianca Andreescu. Abanda affrontera au deuxième tour la tombeuse d'Aleksandra Wozniak, Varvara Lepchenko.

Résultats de mardi

Simple

1 Lucie Safarova (RT) bat Anna Tatishvili (É.-U.) 6-0, 6-1

4 Tatjana Maria (All) bat Q Fanny Stollar (Hon) 6-2, 7-6 (4)

Bianca Andreescu (Can) bat 6 Jennifer Brady (É.-U.) 6-3, 6-2

7 Alison Van Uytvanck (Bel) bat WC Carol Zhao (Can) 4-6, 6-2, 7-6 (1)

8 Viktorija Golubic (Sui) bat Barbora Kejcikova (RT) 1-6, 7-5, 6-4

Françoise Abanda (Montréal) bat Asia Muhammad (É.-U.) 6-4, 7-5

Sofia Kenin (É.-U.) bat Tereza Martincova (RT) 5-7, 6-4 et 6-3

Lucie Hradecka (RT) bat Q Andrea Hlavackova (RT) 6-1, 6-3

Sachia Vickery (É.-U.) bat Taylor Townsend (É.-U.) 7-5, 6-0

Double

1 Timea Babos (Hon) et Andrea Hlavackova (RT) battent

Usue Maitane Arconada (É.-U.) et Caroline Dolehide (É.-U.) 6-2, 6-2

2 Lucie Hradecka (RT) et Barbora Krejcikova (RT) battent

Sofia Kenin (É.-U.) et Varvara Lepchenko (É.-U.) 6-4, 6-4

MERCREDI

 Court Banque Nationale (À compter de 11h)

Irina Falconi (Ita) et Fanny Stollar (Hon)

c. Xenia Knoll (Sui) et Alla Kudryavtseva (Rus)

Grace Min (É.-U.) c. 4 Tatjana Maria (All)

Timea Babos (Hon) c. Naomi Broady (G.-B.)

 Court Banque Nationale (Pas avant 17h)

2 Océane Dodin (Fra) c. Caroline Dolehide (É.-U.)

 Court Banque Nationale (Pas avant 19h15)

5 Varvara Lepchenko (É.-U.) c. Françoise Abanda (Montréal)

Naomi Broady (G.-B.) et Asia Muhammad (É.-U.)

c. Marina Erakovic (N.-Z.) et Julia Glushko (Isr)

 Court 1 (À compter de 11h30)

Desirae Krawczyk (É.-U.) et Jamie Loeb (É.-U.)

c. Taylor Townsend (É.-U.) et Carol Zhao (Can)

 Court 1 (pas avant 13h)

Anna Tatishvili (É.-U.) et Sachia Vickery (É.-U.)

c. Kaitlyn Christian (É.-U.) et Giuliana Olmos (Mex)

Qui êtes-vous?

Ils sont environ 70 jeunes à distribuer les... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.0

Agrandir

Ils sont environ 70 jeunes à distribuer les balles et les serviettes à la Coupe Banque Nationale cette semaine. Plusieurs sont des jeunes joueurs de tennis ou de baseball de la région.

Le Soleil, Erick Labbé

lls sont bien visibles sur le terrain, essentiels au bon déroulement d'un match. Mais leur travail consiste à ne pas trop se faire remarquer. Qui sont donc les juges de ligne et les chasseurs de balles qui travaillent à la Coupe Banque Nationale cette semaine?

Les juges de ligne

Ils sont 23 à crier «out», cette semaine au PEPS. La grande majorité sont Québécois, deux viennent de l'Ontario, une autre des États-Unis.

Ils sont tous passés par un processus de plusieurs années avant de pouvoir officier dans un tournoi de ce calibre. Ils ont d'abord suivi un stage appelé «Introduction à l'arbitrage», donné à Québec ou à Montréal. Les juges doivent ensuite faire leurs dents dans de plus petits tournois, où on commence déjà à les évaluer. Ceux qui reçoivent des «notes» favorables pourront progresser vers plus haut, comme la Coupe Banque Nationale ou la Coupe Rogers.

«Les juges de ligne sont cotés», explique l'arbitre en chef du tournoi de Québec, Édith Lemay, elle-même une ancienne. «[Ceux] que nous choisissons pour venir ici sont des juges de ligne qui ont de l'expérience et qui font beaucoup de tournois pendant une année.»

Avec une dizaine de tournois de calibre international au Québec, «beaucoup» demeure relativement peu. On est donc loin d'un travail à temps plein. En fait, plusieurs juges de ligne présents à Québec ont pris des vacances de leur «job de jour» pour se faire foudroyer du regard par les joueuses mécontentes de leurs appels.

Les chasseurs de balles

Ils sont environ 70 à distribuer les balles et les serviettes à la Coupe Banque Nationale cette semaine. Plusieurs sont des jeunes joueurs de tennis ou de baseball de la région. Ils se sont inscrits sur le site Web du tournoi. Les plus jeunes ont 12 ans, les plus vieux viennent d'atteindre leur majorité. Il s'agit d'un travail bénévole, mais vêtements, repas et accréditations sont fournis.

Avant de fouler les courts du PEPS, ils suivent deux formations de deux heures. Ce qui n'est pas un luxe. Regardez-les travailler à votre prochaine visite à la Coupe Banque Nationale : leur tâche demande une belle coordination, tout ça devant plusieurs spectateurs et des joueuses nerveuses, découragées ou en colère. «Au début, c'est sûr qu'ils sont intimidés par les joueuses. Mais plus ça va, plus ils prennent confiance», explique une des deux responsables du groupe, Anne-Julie Métivier.

Métivier et sa collègue assurent un suivi constant pendant tout le tournoi, mais particulièrement serré dans les premiers jours. Toutes les mauvaises tendances doivent être corrigées le plus rapidement possible.

«À leur âge, ils sont souvent hésitants. Je leur dis de prendre leur place, de ne pas hésiter à prendre l'initiative. Au début, je leur dis que c'est normal de faire des erreurs, mais que l'important c'est de ne pas les répéter 10 fois», explique Métivier en souriant.

Entre les lignes

Entendu mardi lors d'une rencontre entre la Néo-Zélandaise Marina Erakovic et des élèves de passage à la Coupe Banque Nationale : «As-tu déjà joué avec Denis Shapovalov?» a demandé un jeune à la 174e joueuse mondiale. Comme quoi les succès de la sensation ontarienne ont déjà des répercussions chez les sportifs en herbe. Le même groupe, d'ailleurs, ne semblait pas trop savoir qui est Pete Sampras, gagnant de 14 tournois du grand chelem... Bête erreur dans notre tableau de l'édition de mardi, en passant. Erakovic a battu Alla Kudryavtseva, et non l'inverse. Nos excuses... La Canadienne Carol Zhao est venue bien près de remporter sa première victoire en carrière dans un tableau principal de la WTA, mardi. Mais l'expérience de la Belge Alison Van Uytvanck, septième favorite, a prévalu dans le bris d'égalité du troisième set. Même si elle n'a que 22 ans, Zhao en était à une septième participation consécutive à la Coupe Banque Nationale.  

Andreescu passe au deuxième tour

Bianca Andreescu a surpris la sixième favorite Jennifer Brady 6-3 et 6-2, mardi après-midi, devenant la première Canadienne à atteindre le deuxième tour de la Coupe Banque Nationale 2017. «Je suis très heureuse de la façon dont j'ai performé aujourd'hui. Cette surface me va très bien et la foule m'a bien soutenue», a affirmé Andreescu, qui a malheureusement joué devant des gradins presque vides. L'athlète de Mississauga a été impressionnante au service, plaçant 73 % de ses premières balles en jeu. La surdouée de 17 ans a ainsi remporté sa troisième victoire de la saison dans un tableau principal de la WTA. En juillet, elle avait fait les quarts de finale à Washington, battant la 13e joueuse mondiale Kristina Mladenovic au passage. Mardi, elle a vaincu avec aisance une fille qui a atteint la ronde des 16 au dernier US Open.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer