Attentat de Manchester: un coeur meurtri sur le court du PEPS

Un ami de la famille de Naomi Broady a perdu... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Un ami de la famille de Naomi Broady a perdu la vie après un concert d'Ariana Grande, à la sortie de l'aréna de Manchester.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Naomi Broady a été durement affectée par l'attentat terroriste qui a frappé sa ville natale, en mai. Comme 22 autres personnes, un ami de la famille, Martyn Hett, a perdu la vie après un concert d'Ariana Grande, à la sortie de l'aréna de Manchester. Là où Broady a vu son premier concert. Quelque chose comme une perte de l'innocence pour la joueuse de tennis.

«Même si c'est une très grosse ville, on y trouve une communauté très forte, comme dans un petit village, a expliqué la Britannique au Soleil, lundi. Ç'a affecté tout le monde, beaucoup.»

Broady venait tout juste de se réveiller, à Paris, lorsqu'elle a appris la nouvelle. Elle avait déjà plus de 50 messages sur son téléphone. Quelques heures plus tard, elle disputait sa rencontre de première ronde aux qualifications de Roland-Garros, soldée par un sec revers en deux manches. L'un des plus difficiles matchs de sa carrière, disputé dans une forme de deuil, comme celui qui s'installait dans sa ville.

«Après l'attentat, toute la zone a été fermée pour longtemps, alors il y avait une drôle d'atmosphère. Il y avait comme une mer de fleurs. C'était le silence complet. C'était bizarre dans certains endroits de la ville», a expliqué Broady.

Mais pendant ce temps, la communauté se regroupait, la solidarité prenait le dessus. «Les mosquées locales en ont fait beaucoup, avec des marches, a souligné Broady. Elles ont été très solidaires avec la ville. Tout le monde s'entraide. On était déjà comme ça, mais peut-être encore plus maintenant.» L'aréna de Manchester a d'ailleurs rouvert ses portes, samedi, avec un grand concert.

Retrouver la confiance

Contrairement à l'an dernier, où Océane Dodin lui avait montré la sortie dès le premier tour, Naomi Broady a bien amorcé la Coupe Banque Nationale, lundi. Une victoire de 6-4, 3-6 et 6-3 sur la prometteuse Australienne de 17 ans Destanee Aiava. «Si un jour elle devient première mondiale, je pourrai dire que je l'ai battue», a lancé Broady, consciente du grand potentiel de son adversaire du jour.

La Britannique aimerait bien sûr faire aussi bien - voire encore mieux - qu'en 2015, où elle avait atteint les demi-finales à Québec. La jeune Jelena Ostapenko, gagnante du dernier Roland-Garros, avait mis fin à son parcours.

Depuis, Broady a connu des hauts et des bas. Elle a atteint le 76e rang mondial en mars 2016, mais elle est présentement 135e. «Avec mon ancien entraîneur, nous avons changé ma façon de jouer et j'ai perdu un peu de confiance à travers ça», a candidement admis la grande blonde de 6'2''. «Je commence à la retrouver. Je me sens très forte mentalement, ce qui est très important. Aujourd'hui, dans un match où l'adversaire était au même niveau que moi, j'ai gagné parce que je me battais.»

Broady travaille avec un nouvel entraîneur, Matt Evans, depuis la Coupe Rogers de Toronto. Elle met désormais plus d'accent sur son propre jeu, moins sur celui de l'adversaire. «On travaille sur certaines choses, et j'ai pu les mettre en application aujourd'hui. Comme de rester aggressive sur la ligne de fond. Et on travaille beaucoup sur mon service», a indiqué l'auteure de 13 as dans la rencontre de lundi, la première disputée sur le court central du PEPS.

L'aventure de Charlotte Robillard-Millette prend fin

La belle aventure de Charlotte Robillard-Millette à la Coupe Banque Nationale a pris fin, lundi, avec une défaite de 6-3 et 6-2 contre l'Américaine Caroline Dolehide au premier tour. La Blainvilloise aura malgré tout eu le temps de remporter ses deux premiers matchs sur le circuit de la WTA, les victoires en qualifications qui lui ont garanti une place dans le tableau principal. Mais ces duels, en particulier celui de dimanche remporté en trois sets, ont hypothéqué l'athlète de 18 ans pour la suite. «J'ai manqué un peu d'énergie, un peu de concentration. [...] C'est sûr que ça a joué que je rejoue tout de suite aujourd'hui. Je me sentais fatiguée, j'avais les jambes un peu raquées. Il faut juste apprendre de ça», a réagi Robillard-Millette, 637e joueuse mondiale, qui affrontait lundi la 161e. «Je suis très fière, très contente de ce que j'ai accompli cette semaine. C'est un pas vers l'avant, j'ai joué du très bon tennis», a toutefois ajouté la Québécoise.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer