Formidable Sloane Stephens!

Sloane Stephens lève les bras au ciel après... (AFP, Don Emmert)

Agrandir

Sloane Stephens lève les bras au ciel après son gain contre Venus Williams, en demi-finales des Internationaux des États-Unis.

AFP, Don Emmert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Éloignée de terrains de tennis pendant 11 mois jusqu'en juillet, Sloane Stephens (83mondiale) a signé jeudi la victoire la plus retentissante de sa jeune carrière en décrochant sa qualification pour la finale des Internationaux des États-Unis.

L'Américaine de 24 ans a stoppé 6-1, 0-6 et 7-5 sa compatriote Venus Williams (9e mondiale), qui, à 37 ans, tentait de devenir la plus vieille joueuse de l'ère moderne (1968) à remporter un tournoi majeur.  Stephens sera opposée samedi à Madison Keys (16e), tombeuse 6-1 et 6-2 de a compatriote CoCo Vandeweghe (22e), pour la première finale 100 % américaine à New York depuis 2002 et la victoire de Serena Williams contre sa soeur Venus.

C'est la première fois en 36 ans que les joueuses qui faisaient partie du carré d'as aux Internationaux des États-Unis provenaient du pays hôte. En conséquence les spectateurs semblaient déchirés sur l'identité de leur favorite.

Stephens a déjoué son adversaire par son jeu en défensive et sa rapidité de déplacement. Williams a complètement manqué sa première manche bouclée avec 17 fautes directes en seulement 40 minutes.

Parcours impressionnant

Le parcours de Stephens à Flushing Meadows est d'autant plus impressionnant qu'elle a fait son retour en compétition fin juillet après une blessure au pied gauche qui l'a privée de compétition pendant 11 mois. À son retour sur le circuit, elle pointait au delà de la 900e place, mais elle a enchaîné deux demi-finales de suite à Toronto et Cincinnati, avant d'aborder les Internationaux des États-Unis en pleine confiance.

«Il m'a fallu beaucoup de hargne, de persévérance», a dit Stephens, qui est devenue la quatrième joueuse non-classée de l'ère moderne à accéder à la finale d'un tournoi du Grand Chelem. «Si on m'avait dit que je serai en finale des Internationaux des États-Unis quand j'ai commencé mon retour, je ne l'aurais pas cru. Je ne sais pas quoi dire. J'ai juste travaillé dur», a-t-elle insisté.

Finaliste aux Internationaux d'Australie et à Wimbledon, Venus Williams tentait d'atteindre la troisième finale d'un tournoi du Grand Chelem cette saison, un exploit qu'elle avait accompli il y a 15 ans. Elle a toutefois assuré son retour dans le top 5 mondial. «Je veux continuer à jouer et à gagner des matchs», a promis l'aînée des soeurs Williams.

La carrière de Williams a été marquée par le succès. Elle a participé à sa première finale à New York à sa première participation, en 1997. Stephens était alors âgée de 4 ans. «Je suis juste honorée d'avoir pu l'affronter, car elle est l'une des plus grandes joueuses de l'histoire», a commenté la gagnante, qui a accompagné les spectateurs et applaudi Williams alors qu'elle quittait le terrain.

«Je n'ai pas assez bien joué», a dit la perdante. «C'était l'un de ces moments où tu dois puiser dans tes réserves et frapper de bons coups pour gagner un gros jeu. Je ne pouvais pas être approximative et tenter des choses pour mettre la balle en jeu. Elle m'a de toute évidence vu jouer à maintes reprises. Je n'ai pas pu en faire autant.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer