Federer, champion dans la perfection

Le Suisse Roger Federer remporte un 8e titre en... (AFP, Adrian DENNIS)

Agrandir

Le Suisse Roger Federer remporte un 8e titre en carrière à Wimbledon.

AFP, Adrian DENNIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Howard Fendrich
Associated Press
Londres

L'attente de Roger Federer pour un autre triomphe à Wimbledon est terminée.

Federer a mis la main sur un huitième titre en carrière au All England Club et sur un 19e sacre en carrière (un deuxième cette saison) à un tournoi du grand chelem dimanche, tout ça sans concéder une seule manche en deux semaines, grâce à une convaincante victoire de 6-3, 6-1, 6-4 contre le Croate Marin Cilic, en seulement 1h41.

Le Suisse, qui aura bientôt 36 ans, est d'ailleurs devenu le premier depuis Bjorn Borg en 1976 à remporter Wimbledon sans perdre un seul set.

Après un duel qui s'est avéré davantage un couronnement qu'un affrontement, que Federer a conclu avec son huitième as de la journée, l'increvable Suisse a levé les deux bras au ciel. Environ une minute plus tard, assis près de la chaise de l'arbitre en chef, il a essuyé des larmes qui coulaient de ses yeux.

En réalité, l'issue du match n'a fait de doute que pendant environ 20 minutes, le temps que ça a pris à Federer pour prendre l'avance pour la première fois du match. Cilic n'a jamais réussi à retrouver les intimidants services et les compactes volées qui l'avaient conduit vers sa seule conquête d'un tournoi majeur, aux Internationaux des États-Unis de 2014. En cours de route, le Croate avait d'ailleurs corrigé Federer en trois manches, en demi-finale.

Cette fois-ci, Federer ne lui en a pas donné la chance et il a mis fin à une disette de cinq ans sur la prestigieuse pelouse de Londres, une période marquée par deux défaites en finale face au Serbe Novak Djokovic, en 2014 et en 2015.

Avec ce huitième titre en carrière à Wimbledon, Federer s'est détaché de l'Américain Pete Sampras et du Britannique William Renshaw. Sampras a mérité ses entre 1993 et 2000. Renshaw, lui, a récolté les siens durant les années 1880, à une époque où le champion de l'année précédente n'avait besoin que de jouer un seul match pour défendre son titre.

Sous un ciel couvert et par un temps plutôt frais, le premier jeu a révélé ce qui semblait être le plan de match de Cilic : attaquer le revers de Federer. Les cinq points de Cilic lors de ce jeu initial ont d'ailleurs été le résultat d'erreurs du Suisse au revers. Par ailleurs, les trois points de Federer ont été enregistrés à la suite de bourdes du Croate au coup droit.

Federer a commis les deux premières doubles fautes du match, une lors de chacun de ses deux premiers jeux au service. Et c'est encore Federer, et non Cilic, qui a fait face à une première balle de bris, au quatrième jeu. Toutefois, Cilic a expédié un retour dans le filet et Federer allait amorcer une séquence de 17 points à son service.

Dès le jeu suivant, Federer a brisé le service de Cilic pour se donner une avance de 3-2, aidé par trois erreurs de son rival et un point de toute beauté. Cilic a tenté un amorti, Federer a rejoint la balle et l'a retournée avec un angle difficile.

Aide médicale

Cilic a récupéré la balle à son tour, mais ce faisant il a chuté permettant à Federer de réussir un coup gagnant auquel ont bruyamment réagi les spectateurs.

Federer a ajouté un deuxième bris de service, celui-là pour clore la première manche, à la suite d'une double faute du Croate, qui a fracassé sa raquette contre sa chaise avant de changer de côté. Il s'est ensuite assis et a couvert son visage d'une serviette blanche.

Après que Federer eut pris une avance de 3-0 au début de la deuxième manche, Cilic n'a pu retenir ses larmes pendant qu'il recevait la visite d'un médecin et d'un soigneur. À ce moment particulier, il était difficile de savoir, exactement, de quoi souffrait le Croate. Lors d'une subséquente pause médicale, un soigneur a replacé le bandage sur le pied gauche de Cilic.

Au troisième set, Federer a inscrit le bris dont il avait besoin lors du septième jeu, pour rompre l'égalité de 3-3, et il ne restait plus à savoir comment il mettrait fin au match. Il y est arrivé avec un as chronométré à 183 km/h.

Ce triomphe couronne une remarquable relance de la carrière de Federer, lui qui a laissé le court central de Wimbledon, il y a un an, envahi par les doutes. Il s'était rendu jusqu'en demi-finale, soit, mais pour la première fois de sa carrière, le corps commençait à vouloir lâcher.

Plus tôt en 2016, il s'était soumis à une opération au genou gauche et avait choisi de ne pas se présenter aux Internationaux de France à cause d'un dos en mauvais état. Cette absence allait mettre fin à une séquence de 65 participations à des tournois du grand chelem.

Puis, après Wimbledon, il a rangé sa raquette pour de bon, faisant impasse sur les Jeux olympiques de Rio, les Internationaux des États-Unis et tout le reste du calendrier dans l'espoir de permettre à son genou du guérir.

Il faut croire que ce fut une bonne idée!

***

Prêt à défendre sa couronne... si la santé est là

«Je crois que vous auriez rigolé si je vous avais dit que je gagnerais deux tournois du grand chelem cette année», a déclaré dimanche Roger Federer après avoir remporté à 35 ans son huitième titre à Wimbledon, son 19e sacre en grand chelem.

Q En 2001, vous battiez votre idole Pete Sampras, imaginiez-vous à ce moment-là gagner huit titres à Wimbledon?

R «Non, je ne pensais pas connaître autant de succès. J'espérais alors avoir la chance d'atteindre un jour une finale et me battre pour gagner le tournoi. Gagner huit titres, ce n'est pas quelque chose que l'on peut viser. Si vous le faites, c'est que vous avez beaucoup de talent et que vos parents, vos entraîneurs vous poussent depuis que vous avez trois ans et vous voient comme une sorte de projet. Je n'ai pas été cet enfant-là. J'étais juste un gamin normal de Bâle, qui espérait gagner sa vie en jouant au tennis. J'ai rêvé d'y parvenir, j'ai travaillé dur et cela a payé.»

Q Quels changements avez-vous apportés à votre préparation?

R «Ils étaient uniquement basés sur la santé. Ce n'était pas du tout sur mon jeu. Il a été uniquement question de me préparer à être physiquement capable d'affronter les meilleurs, pendant cinq sets, durant sept matchs. C'était mon but et on a réussi. Quand je me suis présenté à Wimbledon, j'étais déjà très content.»

Q Avez-vous l'intention de revenir en 2018?

R «Je me vois complètement jouer ici l'année prochaine. Mais parce que c'est loin, parce qu'il s'est passé ce qu'il s'est passé l'année dernière [blessé à un genou à Wimbledon] [...], je veux juste faire comprendre aux gens que j'espère revenir. Mais il n'y a aucune garantie, surtout à 35-36 ans.»

Q Peut-on imaginer vous voir jouer jusqu'à 40 ans?

R «Si la santé suit et que tout va. Si vous prenez 300 jours de repos par an, qu'on vous met au frigo et qu'on vous ressort juste pour préparer Wimbledon, vous ne risquez pas de blessure. Mais jouer à Wimbledon et gagner Wimbledon sont deux choses différentes. Ne l'oubliez pas.»

Q Pourquoi est-ce tellement spécial pour vous de gagner à Wimbledon?

R «Wimbledon a toujours été, et sera toujours, mon tournoi favori. Mes héros ont foulé ces courts. Grâce à eux, je crois que je suis devenu un joueur meilleur. Marquer l'histoire ici à Wimbledon, ça veut dire beaucoup pour moi pour cette raison. Tout simplement. Le truc amusant, c'est que je n'ai pas pensé à ça du tout pendant la cérémonie ni durant la journée. J'étais juste content de pouvoir gagner Wimbledon car le chemin a été long. Être le nouveau champion de Wimbledon, pour encore un an, c'est quelque chose que je vais savourer.»

Q Votre performance vous surprend-elle?

R «Je suis vraiment étonné du déroulement de mon année, de la façon dont elle se déroule aussi bien [...] et de mon niveau de jeu au quotidien. [...] Je savais que je pouvais encore peut-être faire de grandes choses, mais pas à ce niveau. Je crois que vous auriez rigolé si je vous avais dit que je gagnerais deux tournois du grand chelem cette année. Les gens ne m'auraient pas cru. Oui, c'est incroyable et je ne sais pas combien de temps ça va encore durer. Mais je dois me concentrer sur ma santé, peut-être que si je fais ça, des choses que je pensais impossibles vont devenir possibles.»

***

Un 23e titre majeur pour Hingis

Quelques heures après son compatriote Roger Federer, Martina... (AP, Alastair Grant) - image 4.0

Agrandir

Quelques heures après son compatriote Roger Federer, Martina Hingis a mérité le 23e titre en grand chelem de sa carrière, remporté en double mixte avec l'Écossais Jamie Murray.

AP, Alastair Grant

La Suissesse Martina Hingis et l'Écossais Jamie Murray, frère aîné d'Andy, ont remporté Wimbledon en double mixte grâce à leur succès en finale contre la paire composée de la Britannique Heather Watson et du Finlandais Henri Kontinen, en deux sets de 6-4, dimanche.

C'est le 23e titre majeur dans la carrière de Hingis, décroché quelques heures après le huitième sacre en simple d'un autre Suisse, Roger Federer.

«C'est pas mal pour nous!» s'est réjouie la Suissesse de 36 ans, qui disputait son premier tournoi avec le frère du numéro 1 mondial en simple.

«J'ai bien fait de contacter Jamie avant Wimbledon. Je suis très contente de la manière dont nous avons joué», a ajouté l'ex-première raquette au monde, qui compte cinq titres du grand chelem en simple, douze en doubles dames et six en double mixte.

Elle a été sacrée dans chacune des épreuves à Londres : une fois en simple (1997), trois fois en double dames (1996, 1998, 2015) et à deux reprises en double mixte (2015, 2017).

«Nous savions avant la rencontre qu'un Britannique remporterait le tournoi. Je suis heureuse que ce soit mon partenaire», a ajouté Hingis au sujet de Murray, qui avait déjà remporté le trophée il y a dix ans aux côtés de la Serbe Jelena Jankovic.

Le joueur de 31 ans compte aussi deux autres titres majeurs, en double messieurs, glanés à Melbourne et à Flushing Meadows l'an dernier.  AFP




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer