La voie est libre pour Federer

L'absence de Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy... (AP, Tim Ireland)

Agrandir

L'absence de Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray des demi-finales du tournoi de Wimbledon ouvre la porte à Roger Federer (photo) qui pourrait y remporter un huitième titre, un record.

AP, Tim Ireland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Wimbledon

Exit Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray. Délesté de la concurrence de ses camarades du «Big Four», Roger Federer a maintenant un horizon dégagé vers un huitième titre record à Wimbledon, à l'heure d'aborder les demi-finales vendredi.

L'homme aux 18 trophées majeurs affrontera le Tchèque Tomas Berdych (15e), finaliste en 2010, qu'il a vaincu lors de leurs sept dernières confrontations (18 victoires à 6 au total).

En cas de succès, ce serait en finale l'Américain Sam Querrey (28e), novice dans un dernier carré majeur, ou le Croate Marin Cilic (6e), lauréat des Internationaux des États-Unis en 2014. Ce dernier avait surclassé Federer sur la route de son sacre à New York et s'était procuré trois balles de match face à lui l'an passé à Londres, en quarts de finale, avant de perdre.

Mais le géant croate (1,98 m), qui semble le plus dangereux des derniers de ses concurrents en lice, n'a jusqu'à preuve du contraire pas le calibre d'un Nadal (15 titres majeurs), d'un Djokovic (12) ou d'un Murray (3) à leur meilleur niveau.

L'Espagnol, qui ne brille plus à Wimbledon depuis sa dernière finale en 2011, a été battu en huitièmes par le Luxembourgeois Gilles Muller. Le Serbe a dû abandonner face à Berdych, rattrapé par ses soucis au coude droit, en quarts. Gêné à la hanche droite, l'Écossais n'a pas pu lutter à armes égales dans les deux derniers sets avec Querrey vainqueur en cinq manches en quarts également.

Pour Federer, tout va bien. Le maestro suisse n'a pas perdu un set depuis le début du tournoi et se sent «frais» après avoir renoncé à la tournée sur terre battue, Roland-Garros inclus, entre mi-avril et mi-juin.

Le début de saison, marqué par un 18e trophée majeur à Melbourne suivi d'un doublé Indian Wells-Miami en Masters 1000, avait dépassé ses espérances et le Suisse, après les efforts consentis, avait ressenti le besoin de couper.

D'autant que sur terre battue, Nadal est redevenu intouchable et a remporté un 10e trophée à Roland-Garros, un tournoi que Federer n'a remporté qu'une fois (2009) et qu'il avait déjà manqué, l'an passé, sur blessure (genou gauche).

Dépasser Sampras

Pour lui, le plus important, c'est de triompher dans le jardin anglais, pour la première fois depuis 2012, et ainsi de battre le record de trophées qu'il partage pour l'heure avec l'Américain Pete Sampras et le Britannique William Renshaw, une vedette de la fin du XiXe siècle.

La situation dans laquelle se trouve Federer ressemble à celle de Roland-Garros 2009 où un premier titre ne semblait plus pouvoir lui échapper après l'élimination précoce de l'ogre Nadal.

«Ce n'est pas la même chose. Ici, j'ai déjà suffisamment gagné dans le passé et je sais comment parcourir le chemin», estime «RF».

«Quand je jouais contre Rafa à Roland-Garros, c'était différent. Il avait son mot à dire sur le fait de savoir si j'allais gagner ou pas», ajoute Federer, battu quatre fois en finale à Paris (2006, 2007, 2008, 2011) par l'Espagnol et une autre en demi-finale en 2005.

Prudence

Après sa démonstration mercredi contre le Canadien Milos Raonic, le Bâlois de bientôt 36 ans (le 8 août) veut surtout rester prudent.

«Être le favori ou pas, ça ne compte pas. Les autres qualifiés sont de très bons joueurs, ils auront leur mot à dire sur le terrain. Ils ont de gros services, de gros coups droits, ils frappent vraiment fort», a expliqué l'ancien numéro un mondial (5e actuellement) qui avait dû écarter deux balles de match, lors de son dernier match face à Berdych, en quarts de finale à Miami fin mars.

***

Tout un village derrière Cilic

Medjugorje tire sa renommée de la Vierge qui y apparaitrait : mais le village de Bosnie rêve d'un miracle plus temporel, avec une victoire de l'enfant du pays, Marin Cilic, demi-finaliste à Wimbledon.

Citoyen croate, Marin Cilic, 6e joueur mondial, a vu le jour en 1988 dans cette bourgade de 2300 habitants, aujourd'hui en Bosnie-Herzégovine, mais alors dans l'ex-Yougoslavie. Il a quitté l'Herzégovine, en raison de meilleures conditions offertes en Croatie pour exercer son sport. 

Medjugorje avait organisé une fête mémorable, avec 20 000 personnes, après la victoire de Cilic en 2014 lors des Internationaux des États-Unis. Aucune fête n'est à l'horaire pour le moment, il préfère attendre les demi-finales, même si Cilic apparaît favori face à l'Américain Sam Querrey.

«Chaque résultat [...] est un succès pour l'État, pour la région même», dit le président du club de tennis de Medjugorje, Zeljko Dodig, où Cilic a frappé ses premières balles.

Cilic est le premier croate à atteindre les demi-finales de Wimbledon depuis Mario Ancic en 2004. Le seul croate à l'avoir emporté est son ex-entraîneur, Goran Ivanisevic, en 2001.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer