Auger-Aliassime: vers le sommet, les pieds sur terre 

Champion du volet junior des derniers Internationaux des... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Champion du volet junior des derniers Internationaux des États-Unis, Félix Auger-Aliassime garde la tête froide et sait qu'il devra être patient et travailler fort pour gravir les échelons du circuit de l'ATP.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir atteint, voire dépassé ses objectifs en 2016, Félix Auger-Aliassime garde les pieds sur terre et refuse de brûler les étapes à l'approche de la saison 2017, sa première à temps complet au niveau professionnel.

Son séjour à la maison pour le temps des Fêtes et la poursuite de ses études (il est en 5e secondaire), voilà ce qui lui permet de conserver l'équilibre nécessaire face à une jeune carrière déjà bien lancée.

Au cours de l'année qui se termine par des séances d'entraînement intensives et discrètes, au Club Avantage, la raquette de 16 ans a remporté le volet junior aux Internationaux des États-Unis et son premier tournoi chez les professionnels. Que lui réserve 2017?

«J'aimerais que ça aille vite et me ramasser dans les tournois de l'ATP, mais il faut aussi être patient. Il faut être réaliste, mon niveau n'est pas encore de faire des qualifications pour les tournois Challenger et de l'ATP, je dois y aller étape par étape et jouer beaucoup de tournois», a-t-il dit aux médias de Québec, mercredi après-midi, entre deux séances de travail.

Son calendrier des prochains mois compte son lot de tournois appelés Futurs. Ces rendez-vous, dotés de bourses de 15 000 $, sont à la base de la grande échelle professionnelle qu'il est appelé à gravir avec le temps.

«Je veux jouer beaucoup de matchs, ça me donnerait du rythme. On verra comment ça ira, mais j'aimerais aussi jouer des tournois de type Challenger le plus vite possible et en gagner un. Mais pour bien comprendre le tennis professionnel, il faut disputer beaucoup de tournois et c'est ce que j'entends faire», a dit l'adolescent avec sagesse.

Car le succès ne lui monte pas à la tête, pas plus que la notoriété qui l'accompagne. En fait, il n'a qu'une explication : le travail et les efforts.

«Ça a été une grosse année dans les tournois du grand chelem. Gagner le US Open et mon premier tournoi pro, ça a été une belle façon de voir que mes efforts avaient payé. J'ai atteint un niveau de base qui me permettra de continuer à avancer et je pense m'être amélioré dans toutes les sphères de mon jeu et comme athlète», dit le gaillard de 6'1'' qui était à la recherche de son premier titre professionnel depuis une défaite en finale plus tôt dans l'année.

Apprendre des déceptions

Son parcours des derniers mois l'aidera aussi dans son développement. Il sait maintenant qu'il y a du positif à retirer d'une déception.

«J'ai appris qu'il y avait des hauts et des bas dans une carrière. Quand tu travailles fort et que les résultats ne viennent pas, tu aimerais que ça aille mieux, c'est ce qu'il y a de plus difficile. Et quand ça va bien, il faut faire attention aussi et ne pas s'asseoir sur ses lauriers, en se disant que tout va bien aller. Ce n'est pas comme dans un film, il faut continuer à travailler et ne pas s'enfler la tête avec les victoires et les titres.»

La saison 2017 prendra son envol le 9 janvier à Plantation, en Floride, avec un tournoi Futurs. D'autres compétitions du genre s'ajouteront au fil des semaines. Que pouvons-nous lui souhaiter pour 2017?

«De remporter le plus de matchs possible et d'être en santé toute la saison, ce serait un gros plus. J'aimerais gagner un titre au niveau Challenger, sinon remporter plusieurs titres de suite lors d'une tournée dans les tournois Futurs», répond celui qui cherche à rester le plus naturel malgré le regard des amateurs et des médias.

Une croix sur le niveau junior

Félix Auger-Aliassime ne prévoit pas aller défendre son titre aux Internationaux juniors des États-Unis, en septembre prochain. En fait, aucun tournoi de la catégorie junior n'est inscrit au calendrier 2017 de celui qui avait perdu en finale à Roland-Garros et au troisième tour en Australie, en 2016. La raison est simple : il veut progresser au niveau professionnel. «Ce n'est pas dans les plans de jouer au niveau junior en 2017. On se donne l'option avec les entraîneurs si ça tombait alors que je me trouve sur le site du tournoi ou en tournée en Europe, mais l'objectif est de ne plus jouer chez les juniors», dit-il. Le joueur de L'Ancienne--Lorette, qui pointe au 613e rang mondial en simple, n'écarterait cependant pas une invitation à participer à la Coupe Rogers ou à tout autre tournoi de l'ATP. «Ce serait intéressant, on est toujours ouverts aux invitations et prêts à y aller, mais ce n'est pas la priorité», explique Auger--Aliassime, conscient de son image auprès des jeunes qui s'inspireront de celui qui était à leur place jusqu'à tout récemment.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer