Murray confirme son premier rang

Andy Murray (photo) est le premier joueur autre... (AFP,  Glyn Kirk)

Agrandir

Andy Murray (photo) est le premier joueur autre que Novak Djokovic, Roger Federer ou Rafael Nadal à compléter l'année comme numéro 1 depuis 2003, quand l'honneur est allé à Andy Roddick.

AFP, Glyn Kirk

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Londres

Andy Murray a remporté les Finales de l'ATP pour la première fois de sa carrière, dimanche, s'imposant 6-3 et 6-4 devant Novak Djokovic.

Champion de Wimbledon, l'Écossais conserve donc le premier rang de l'ATP, statut qu'il a ravi au Serbe il y a deux semaines. «J'aimerais rester au sommet. J'ai dû travailler très fort au cours des cinq ou six derniers mois pour y parvenir, a dit Murray. Je sais que ce sera très difficile parce que j'ai connu une année exceptionnelle et la différence n'a été qu'un seul match. Et ça devient de plus en plus dur avec les jeunes qui poussent derrière. Personnellement, ce sont surtout les tournois du grand chelem qui me motivent. Quand je pars de la maison en décembre pour aller m'entraîner, c'est avec l'Open d'Australie en tête.»

Murray a signé une 11e victoire en 35 matchs contre Djokovic. La confrontation a duré 1 heure et 44 minutes.

Murray a commis deux doubles fautes dans le premier jeu, mais Djokovic a connu encore plus d'ennuis au service. Le Serbe a été brisé une fois en première manche et deux fois au deuxième set, nuisant à sa cause avec de plus en plus de fautes directes - une trentaine au compte final, avec seulement 13 coups gagnants. Lors du premier set, Djokovic a bousillé un smash de routine. En deuxième manche, il a raté son coup sur une volée de base, en coup droit. «Je n'avais aucune chance de gagner aujourd'hui, a dit Djokovic. Dès le début, c'était évident. Il était le meilleur joueur à tous les niveaux.»

Murray n'a pas été trop percutant (13 coups gagnants lui aussi), mais il n'a commis que 15 erreurs non provoquées. «On a déjà joué de meilleurs matchs l'un contre l'autre. J'ai été plus solide aux moments importants. Peut-être que, vu la façon dont se sont déroulés les derniers mois, j'ai profité de ce petit supplément de confiance qu'il avait dans le passé. J'ai plus perdu que gagné contre lui, dont plusieurs grandes finales. C'était un gros match, une victoire très importante pour moi. Vous ne pouvez pas battre quelqu'un comme Novak si vous ne jouez pas bien.» 

La fin du monopole

Murray est le premier joueur autre que Djokovic, Roger Federer ou Rafael Nadal à compléter l'année comme no 1 depuis 2003, quand l'honneur est allé à Andy Roddick.

L'Écossais règne depuis le 7 novembre, résultat de son huitième titre de la saison, le Masters de Paris. Il a atteint les finales de l'Omnium d'Australie et de Roland-Garros, perdant devant Djokovic chaque fois. Après avoir obtenu un deuxième titre sur le gazon anglais, il a aussi été le champion olympique à Rio.

Djokovic, 12 fois titré en grand chelem, tentait de conclure une année au sommet du tennis masculin pour la cinquième fois. Il a remporté les deux premières étapes du grand chelem avant d'atteindre la finale new-yorkaise, s'inclinant devant Stan Wawrinka. Il a par contre été vaincu dès le troisième tour à Wimbledon, par Sam Querrey.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer