Le trône du tennis à l'enjeu à Londres

S'il l'emporte, Djokovic, qui a laminé samedi le... (AFP, Glyn Kirk)

Agrandir

S'il l'emporte, Djokovic, qui a laminé samedi le Japonais Kei Nishikori (6-1 et 6-1 en 1h06), fêtera Noël dans les habits du roi pour la troisième année consécutive.

AFP, Glyn Kirk

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

La finale fantasmée aura bien lieu. Andy Murray et Novak Djokovic se disputent le titre du Masters et le trône du tennis mondial, dimanche à Londres.

Il était impossible de rêver mieux pour le dernier match de la saison qu'un duel entre ces deux grands fauves qui ont fait main basse sur la presque totalité des trophées en 2016. Le vainqueur remportera non seulement le plus grand titre du tennis après ceux du grand chelem, mais il sera également assuré de terminer l'année et de commencer la suivante avec le dossard si convoité de numéro 1 mondial.

«Ça ne s'est jamais produit dans l'histoire du tennis», a observé Djokovic. «Je suis privilégié de participer à un tel match. Nous ne jouerons probablement jamais un plus gros match dans nos carrières.»

S'il l'emporte, Djokovic, qui a laminé samedi le Japonais Kei Nishikori (6-1 et 6-1 en 1h06), fêtera Noël dans les habits du roi pour la troisième année consécutive. Le Serbe vise par ailleurs un cinquième titre consécutif au Masters et un sixième au total, ce qui lui permettrait d'égaler le record de Roger Federer.

Quant à Murray, survivant d'un combat épique - 5-7, 7-6 (5) et 7-6 (9) - contre le Canadien Milos Raonic en demi-finale, il entre en territoire inconnu. Ce sera seulement sa première finale du Masters, un tournoi où il était resté bloqué trois fois en demi-finales. Et cela ne fait que deux semaines qu'il est no 1 mondial, une tunique qu'il a endossée pour la première fois le 7 novembre en la chipant à Djokovic.

Le fier Serbe brûle évidemment de la lui reprendre lors de ce premier rendez-vous entre les deux rivaux depuis sa victoire en finale de Roland-Garros en juin. Djokovic a ensuite sérieusement piqué du nez, mais il semble retrouver au moins une partie de ses super-pouvoirs lors de sa semaine londonienne.Murray, lui, a survolé la deuxième partie de saison et reste sur 23 victoires et quatre tournois gagnés de suite. Reste à savoir s'il lui reste encore de l'essence après avoir disputé deux marathons à l'O2 Arena: mercredi face à Nishikori (3h20) et samedi face à Raonic (3h38!).

Fatigué, Murray va tout donner

«Je suis fatigué. J'ai joué énormément au tennis ces derniers mois. Mais je vais donner tout ce qu'il me reste», a assuré Murray à l'issue de son fantastique thriller contre le Canadien durant lequel son trône a sérieusement vacillé. Il a survécu à une fin de partie complètement folle durant laquelle il a servi deux fois pour le match pour mieux se faire reprendre son service.

«C'est l'un des matchs les plus difficiles de ma carrière en salle. Je ne m'attendais pas à ce que ça tourne au marathon contre un serveur comme Milos», a commenté le vainqueur du plus long match jamais disputé dans un Masters sous le format au meilleur des trois sets.

Raonic pouvait s'en vouloir d'avoir laissé échapper l'occasion de battre pour la première fois un no 1 mondial. Il conclut tout de même sa saison au troisième rang mondial, un sommet. «C'est le meilleur match auquel j'ai participé», a dit l'Ontarien. Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer