Eugenie Bouchard survit à l'hécatombe

Première favorite, Eugenie Bouchard est la seule tête... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Première favorite, Eugenie Bouchard est la seule tête de série toujours en lice de la Coupe Banque Nationale.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Eugenie Bouchard a survécu à l'hécatombe des favorites, mercredi soir, en battant Mandy Minella 6-3 et 6-4 devant la première salle comble de l'histoire de la Coupe Banque Nationale au PEPS.

Les 2864 spectateurs, enthousiastes, ont pu faire entendre leur joie à plusieurs reprises, même si la rencontre n'a rien eu d'une promenade dans le parc pour leur favorite.

«Aujourd'hui, je crois avoir joué à 50 % de mes capacités», a analysé Bouchard. «Mais c'est ce qui arrive la plupart du temps pendant l'année. On joue à 80, 90 ou 100 % dans très peu de matchs. La plupart du temps, il faut trouver une solution, se battre sur chaque point, et essayer de gagner d'une façon ou d'une autre. C'est ce que j'ai fait aujourd'hui. [...] Je ne me sentais pas si bien avec mon jeu, mais je me sentais bien avec ma confiance.»

Bouchard a profité du soutien indéfectible d'une foule sans réserve derrière elle. Elle s'en est abreuvée. «Ça fait une différence. Si je manque une ou deux balles, que je me sens négative, parfois il y a quelqu'un qui crie et vraiment, ça me motive un peu. J'entends tout. J'entends quand ils me disent qu'ils m'aiment», a dit en souriant la 48e joueuse mondiale.

De son côté, Minella l'a admis sans détour : la foule l'a dérangée pendant cette rencontre. Elle trouve «génial» de voir autant d'amateurs de tennis réunis. Et comprend pourquoi ceux-ci soutiennent leur favorite locale. Mais il y a une limite que les spectateurs de Québec ont franchie, mercredi.

«Avec toute l'euphorie, il ne faut pas oublier la sportivité. Quand les adversaires font des doubles-fautes, ce n'est pas vraiment le moment pour applaudir», a affirmé la 108e raquette mondiale, sans signe d'amertume.

Les deux joueuses ont eu toutes les misères du monde au service en première manche. Après six parties, il y avait déjà cinq bris au compteur. Servant à 5-3, Bouchard a bien failli échapper le jeu, mais a survécu. Le dernier échange du set, une suite de revers coupés à ras le filet, a ravi les partisans.

Scénario différent en deuxième manche. Bouchard n'a eu besoin que d'un seul bris, une réussite à zéro lors de la troisième partie de la deuxième manche. Sur le jeu décisif, elle a effacé une balle de bris avant de convertir sa première balle de match, semant la frénésie dans la salle. «Eugenie a vraiment bien joué dans les moments importants», a analysé Minella.

Seule tête de série toujours en lice

Première favorite, Bouchard est la seule tête de série toujours en lice. Après les échecs d'Annika Beck, Mona Barthel, Julia Goerges et Naomi Broady la veille, les deux favorites toujours en vie - outre Bouchard - ont baissé pavillon en après-midi, mercredi.

Semée numéro 7, la Russe Evgeniya Rodina a été surprise par l'Américaine Julia Boserup 6-4, 6-3 lors du premier duel de la journée. Quelques heures plus tard, la huitième favorite Samantha Crawford subissait le même sort. L'Américaine s'est inclinée 6-4, 6-1 devant sa compatriote Lauren Davis, une joueuse qualifiée.

Bouchard affrontera jeudi soir la Russe Alla Kudryavtseva, 162e joueuse mondiale, en deuxième ronde. L'athlète de 28 ans représente toutefois une menace. Ancienne 56e au monde, elle a atteint les huitièmes de finale à Wimbledon en 2008.

«Elle va jouer un peu plus vite que [Minella]», a prévu Bouchard. Je dois être plus prête pour les premières balles. Mais c'est comme ça que je vais jouer aussi.» La Québécoise a battu Kudryavtseva 6-2, 6-0 sur la terre battue de Charleston, en 2014.

Françoise Abanda disputera son match de deuxième tour après sa compatriote. L'athlète de 19 ans affrontera l'Américaine Jessica Pegula, tombeuse d'Aleksandra Wozniak.

Fin du parcours du duo «québécois»

Le parcours du duo «québécois» composé de la Montréalaise Françoise Abanda et de la Russe Elena Bovina s'est terminé en deuxième ronde, mercredi soir. Malgré un superbe effort, la paire s'est inclinée 6-4, 6-7 (4) et 10-5 devant les favorites du tournoi, les Tchèques Andrea Hlavackova et Lucie Hradecka. Un revers fort honorable pour les deux femmes, séparées par 14 ans, qui jouent ensemble pour la première fois. Car Hlavackova est 11e au monde en double et Hradecka, 13e. Elles ont fait la finale ensemble à Québec en 2012. L'année suivante, Hradecka a remporté la compétition en compagnie de Mirjana Lucic-Baroni contre la paire formée de Julia Goerges et... Andrea Hlavackova.

Gagnante du Challenge Bell en simple en 2002, Bovina partage sa vie avec un homme de Québec et passe beaucoup de temps dans la capitale. Absente des courts depuis 2012 en raison de nombreuses blessures, la grande joueuse de 33 ans tente un retour.

Première victoire comme pro

Cici Bellis a dû puiser dans toutes ses... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 4.0

Agrandir

Cici Bellis a dû puiser dans toutes ses ressources pour vaincre Danielle Lao au bout de 2 heures et 19 minutes de jeu.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Cici Bellis avait quelque chose à fêter et elle l'a fait de belle façon, mercredi, avec une victoire à l'arraché de 6-4, 4-6 et 6-3 contre la qualifiée Danielle Lao, en deuxième ronde de la Coupe Banque Nationale.

La veille, la Californienne de 17 ans avait annoncé qu'elle faisait le saut chez les professionnels en signant une entente avec IMG Tennis, firme qui gère la carrière d'une centaine d'athlètes. Elle fait ainsi une croix, pour l'instant du moins, sur des études à l'Université Stanford.

«Je me sens vraiment confiante après mon été à jouer des tournois de la WTA, comme les Internationaux des États-Unis. Je pense que c'était le temps. C'était une décision assez facile à prendre. [...] Les derniers jours ont été un peu fous pour moi. Mais ce n'était pas trop stressant, parce que je sais que je veux ça depuis que je suis toute petite», a expliqué mercredi la 120joueuse mondiale, de son vrai prénom Catherine Cartan.

Bellis avait fait parler d'elle une première fois en 2014. En surprenant Dominika Cibulkova, alors 13e au monde, elle devenait la plus jeune joueuse à remporter un match des Internationaux des États-Unis depuis Anna Kournikova en 1996. Au tournoi new-yorkais, cette année, elle a remporté ses trois matchs de qualifications, puis ses deux premiers duels dans le tableau principal.

Devant l'éventuelle championne et nouvelle numéro mondiale Angelique Kerber, elle a toutefois subi la défaite 6-1, 6-1 au troisième tour. Un revers qui lui sert d'inspiration.

«Elle est tellement une joueuse incroyable. Je pense avoir appris beaucoup sur la manière dont je veux jouer à l'avenir. Elle n'est pas très grande, elle n'a pas un immense service. Alors je peux vraiment modeler mon jeu sur le sien», a affirmé Bellis, qui mesure 5'7'' et pèse 110 livres.

Six balles de match

Son triomphe de mercredi n'a pas été de tout repos. Contre Lao, modeste 365e joueuse mondiale, Bellis a dû puiser dans toutes ses ressources pendant les 2 heures et 19 minutes de jeu. La dernière partie du troisième set représente bien le duel : Bellis a eu besoin de six balles de match avant d'enfin crier victoire. Pendant toute la rencontre, elle a éprouvé des difficultés avec le mélange de balles coupées et brossées de sa compatriote de 25 ans.

«Je savais que Danielle jouait bien. Elle a traversé les qualifs et a battu une très bonne joueuse en première ronde [Mirjana Lucic-Baroni]. Je savais que ce serait un match difficile. Je suis simplement heureuse d'être passée au travers», a dit Bellis. Les deux femmes s'étaient affrontées plus tôt cette année, mais Lao avait abandonné au début du deuxième set, alors menée 6-0, 1-0.

En quarts de finale, Bellis affrontera une autre Américaine, sa bonne amie Julia Boserup. Les deux filles ont joué le double ensemble aux derniers Internationaux des États-Unis, perdant dès la première ronde.

Partager

À lire aussi

  • Eugenie Bouchard critique le Hilton de Québec

    Tennis

    Eugenie Bouchard critique le Hilton de Québec

    À Québec pour la Coupe Banque nationale, Eugenie Bouchard n'a pas particulièrement apprécié sa dernière nuit, jugée trop bruyante, au Hilton Québec... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer