Le mental en dents de scie d'Eugenie Bouchard

Eugenie Bouchard a été incapable de protéger une... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Eugenie Bouchard a été incapable de protéger une avance d'une manche et d'un bris au deuxième set du match de troisième tour, s'inclinant devant la Slovaque Kristina Kucova, 121e joueuse mondiale.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

Dans un contexte très particulier et face à un défi différent de ses deux sorties précédentes, Eugenie Bouchard a commencé à devenir plus tendue et à jouer du tennis crispé, jeudi soir. Mais son élimination aux mains d'une joueuse classée 121e au monde n'enlève rien au fait que la Montréalaise peut retirer beaucoup de points positifs de ses prestations à la Coupe Rogers au cours de la dernière semaine.

C'est un peu le bilan qu'a tenu à présenter Sylvain Bruneau, responsable de l'élite féminine à Tennis Canada, lors d'une conférence de presse de près de 30 minutes vendredi après-midi.

«Je pense que dans l'ensemble, c'est positif. Elle a eu une bataille très difficile au premier tour contre [Lucie] Safarova, un match gagné à l'arraché où elle a démontré beaucoup de courage, et un match extraordinaire contre [Dominika] Cibulkova où tout a fonctionné», a d'abord rappelé Bruneau.

«C'est sûr que tout le monde avait des attentes vis-à-vis hier [jeudi]. Ça va de soi, contre une joueuse moins bien classée, moins expérimentée. Et on pouvait penser qu'Eugenie allait passer à travers ce match sans difficultés. En fait, c'était un match avec des pièges.»

Très tendue

Après ses spectaculaires triomphes contre Safarova, mardi, et Cibulkova, le lendemain, Bouchard a été incapable de protéger une avance d'une manche et d'un bris au deuxième set, et la Slovaque Kristina Kucova a quitté le court central du stade Uniprix avec une surprenante victoire de 3-6, 6-4, 6-3.

Manifestant des signes d'impatience et de colère au fur et à mesure que la rencontre avançait, Bouchard a même été pénalisée pour avoir fracassé sa raquette deux fois contre le sol lors de la manche décisive.

«Le défi était différent lors de ce match parce qu'Eugenie savait qu'elle était la joueuse qui pouvait gagner. Elle savait qu'elle pouvait atteindre les quarts de finale ici à Montréal, et on l'a senti lors de son match. Malgré le support de la foule, elle s'est crispée, et on l'a senti très tendue. Ça paraissait dans ses coups, mais aussi dans sa mobilité. Ses déplacements n'étaient pas les mêmes et ça l'a frustrée, car elle voulait tellement bien faire. Et là, c'est devenu beaucoup plus difficile.»

Couteau à deux tranchants

Le contexte différent auquel faisait référence Bruneau, ce sont ces gradins du court central qui se remplissent chaque fois que Bouchard s'y présente.

«Le soutien de la foule est un couteau à deux tranchants. Les spectateurs ont beaucoup aidé dans le match contre Safarova. Eugenie a senti l'énergie de la foule, ça lui a donné un second souffle, et contre Cibulkova aussi. Il y a un côté positif qui va l'aider, mais à un moment donné les attentes sont là. Il y a le central qui est plein, quelque chose qu'on voit rarement un mardi, un mercredi, un jeudi, à part lors des tournois du grand chelem. Les gens sont tous là parce qu'ils aiment le tennis. Mais ils adorent Eugenie, et ils sont là pour la supporter. Elle le sait, elle le sent mais c'est une forme de pression», croit Bruneau.

Au fil des deux dernières années, Bouchard a souvent livré des matchs de qualité contre des rivales de haut niveau avant de s'écraser contre des joueuses au classement nettement inférieur au sien. Ces performances en dents de scie ont amené bien des observateurs et des amateurs à se questionner sur sa préparation mentale.

«Ce n'est pas quelque chose qui est négligé. Je pense que tout est en place, mais il y a encore des progrès à faire, évidemment», reconnaît Bruneau.

«Au sommet, tu dois être capable de jouer 20 à 25 tournois par année et te donner sur chaque balle, sur chaque point, à chaque match peu importe le classement de ton adversaire, peu importe les conditions. On voit des joueurs capables de faire ça. Eugenie veut arriver à ça.

«Elle a seulement 22 ans, elle a des choses à apprendre et elle va continuer de progresser. Mais ce n'est pas un manque dans sa préparation, même si elle a eu une baisse à ce niveau-là jeudi soir. Il ne faut pas l'interpréter comme ça.»

La finale avant la finale

Les amateurs de tennis du Québec auront droit à au moins deux finales en fin de semaine : la vraie, dimanche, et l'équivalent d'un match ultime, la veille.

L'Allemande Angelique Kerber et la Roumaine Simona Halep (5e) auront rendez-vous en demi-finale de la Coupe Rogers, samedi après-midi, grâce à des victoires aux dépens des Russes Daria Kasatkina (3-6, 6-1, 6-1) et Svetlana Kuznetsova (6-2, 6-2).

Ce sera le sixième affrontement entre Kerber et Halep. Si cette dernière mène avec trois victoires contre deux, l'Allemande est sortie victorieuse sur la terre battue de la Fed Cup en Roumanie, en avril, et sur le gazon de Wimbledon, en juillet. Les trois victoires de Halep ont été acquises sur le dur.

Kerber dit avoir hâte d'affronter Halep. «Nous avons disputé plusieurs matchs difficiles au cours des derniers mois, toujours très longs. Je sais que les échanges seront nombreux. Je pense être prête.» «Ce sera un match pas mal difficile», a opiné Halep. «Je me sens bien ici. Je suis prête à jouer. Ce sera un grand défi, mais je n'ai aucune attente. Tout ce que je veux, c'est me présenter et batailler.»

L'autre demi-finale mettra en présence deux joueuses qui ont brisé le coeur du public québécois jeudi en éliminant Eugenie Bouchard et Venus Williams. La surprenante Kristina Kucova (121e mondiale) affrontera en effet Madison Keys (12e). La première eu le dessus 6-4 et 6-3 sur Britannique Johanna Konta (14e). Quant à l'Américaine de 21 ans, elle a vaincu 7-6 (3), 1-6 et 6-0 Anastasia Pavlyuchenko (19e).  La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

  • Eugenie s'effondre au troisième tour

    Tennis

    Eugenie s'effondre au troisième tour

    Eugenie Bouchard, cuvée 2014, pouvait vaincre l'élite du tennis féminin, mais baisser pavillon contre des joueuses obscures. C'est cette dernière... »

  • Eugenie Bouchard prend sa revanche

    Tennis

    Eugenie Bouchard prend sa revanche

    Qu'elle joue le jour ou le soir, ça ne semble plus avoir d'importance pour Eugenie Bouchard. »

  • Bouchard démarre en beauté

    Tennis

    Bouchard démarre en beauté

    Eugenie Bouchard s'est rachetée pour la prestation décevante qu'elle avait offerte à la Coupe Rogers, il y a deux ans. Et elle l'a fait avec éclat. »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer