Eugenie s'effondre au troisième tour

Appelé deux fois à la rescousse par Eugenie... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Appelé deux fois à la rescousse par Eugenie Bouchard, l'entraîneur Nick Saviano a été incapable de relancer sa protégée.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Montréal

Eugenie Bouchard, cuvée 2014, pouvait vaincre l'élite du tennis féminin, mais baisser pavillon contre des joueuses obscures. C'est cette dernière facette de la Québécoise qui a occupé le court central du stade Uniprix jeudi soir.

Magnifique la veille contre Dominika Cibulkova (10e mondiale), Bouchard (42e) s'est effondrée face à la Slovaque Kristina Kucova (121e), qui a éliminé la Québécoise 3-6, 6-4 et 6-3 en troisième ronde de la Coupe Rogers, jeudi soir.

Tonifiée par l'appui du public lors de ses deux premières sorties, Bouchard a affirmé avoir ressenti plus de pression jeudi soir. «Je voulais vraiment gagner le match et je sentais un peu plus de pression parce que j'avais une chance de faire les quarts de finale. Toute cette attention pour une troisième journée de suite me demandait beaucoup d'énergie, et je contrôlais mes émotions un peu moins bien à cause de ça.»

Bouchard avait pourtant connu un départ canon, remportant les quatre premiers jeux de la manche initiale. Sa séquence de 13 jeux gagnés d'affilée s'est terminée à la suite de plusieurs erreurs directes de sa part alors qu'elle menait 4-0 et qu'elle était au service.

Même si elle a éventuellement gagné le premier set, ce fut le début d'une multiplication d'erreurs de Bouchard, qui est devenue de plus en plus impatiente et irascible au fur et à mesure que le match avançait. Elle a même été pénalisée d'un point pour avoir fracassé sa raquette au sol, non pas une mais deux fois.

Malgré la défaite, Bouchard a retenu des éléments positifs de la dernière semaine. «Je sais que je peux jouer à un très haut niveau. On ne peut pas gagner tous les matchs, mais je me sens bien avec mon jeu et je dois demeurer positive après cette semaine», a mentionné la Québécoise de 22 ans, qui s'envolera vers Rio lundi en vue des Jeux olympiques.

Vendredi, Kucova croisera le fer avec la Britannique Johanna Konta, qui a éliminé 6-3 et 6-2 l'Américaine Varvara Lepchenko 6-3, 6-2. «Je n'ai jamais cessé de me battre et dans le deuxième set cela pouvait basculer d'un côté ou de l'autre et je suis si heureuse», a dit la Slovaque, émue aux larmes.

Williams éliminée

Les favorites du public ont d'ailleurs été malmenées, jeudi. Juste avant la défaite de Bouchard, l'Américaine Madison Keys a atteint les quarts de finale en sortant Venus Williams  6-1, 6-7 (2) et 6-3. Cet affrontement entre une vedette en devenir du tennis américain et une légende de son sport se destinait pour être des plus expéditifs, n'eut été d'un regain de vie de Williams au milieu de la deuxième manche.

Au premier set, qui n'a duré que 21 minutes, l'Américaine de 21 ans a multiplié les coups gagnants, autant du coup droit que du revers. Elle a aussi profité du fait que Williams semblait incapable de générer de la puissance au service, un problème déjà présent mercredi lors de son premier match.

D'ailleurs, Williams n'a obtenu qu'un seul as pendant tout le match alors que Keys en a accumulé 12, dont le dernier à sa première balle de match. «Son premier service était beaucoup plus lent que d'habitude. Son deuxième était encore plus lent, mais étrangement, à cause de la surface de jeu, la balle bondissait plus haut. Ça le rendait beaucoup plus difficile», a fait remarquer Keys.

La tendance s'est maintenue lors des deux premiers jeux du deuxième set. Et alors que le score était de 2-0 et 15-30 en faveur de Keys, les spectateurs, probablement conscients qu'ils assistaient à une démolition en règle, ont commencé à encourager celle qui avait atteint la finale il y a deux ans, sur cette même surface.

La réaction du public a eu des effets positifs sur Williams, qui a réalisé deux bris de service à son tour, lors des sixième et huitième jeux, pour se donner une avance de 5-3. «C'est toujours agréable quand les spectateurs vous appuient. Vous avez le sentiment de ne pas pouvoir les laisser tomber, et ça vous donne de l'énergie.»

Mais Keys a profité du peu de vélocité des services de Williams - plusieurs premières balles n'atteignant même pas les 150 km/h - pour revenir dans le match et forcé la tenue d'un bris d'égalité lors duquel Keys a multiplié les erreurs. Elle a cependant retrouvé sa vigueur de la première manche et a remporté le set décisif en 31 minutes grâce à un bris dès le deuxième jeu de la manche.

Vendredi, Keys se mesurera à la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (16e), tombeuse 6-4, 6-7 (4)et 6-1 de la quatrième tête de séries Agnieszka Radwanska plus tôt en journée. Avec AFP

Partager

À lire aussi

  • Le mental en dents de scie d'Eugenie Bouchard

    Tennis

    Le mental en dents de scie d'Eugenie Bouchard

    Dans un contexte très particulier et face à un défi différent de ses deux sorties précédentes, Eugenie Bouchard a commencé à devenir plus tendue et à... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer