Bouchard démarre en beauté

Dans un élan en bris d'égalité, Eugénie Bouchard... (La Presse Canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

Dans un élan en bris d'égalité, Eugénie Bouchard a réussi six points consécutifs pour combler un retard de 1-3 et remporter le match devant ses admirateurs, à Montréal, mardi.

La Presse Canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guillaume Lepage
La Presse Canadienne
Montréal

Eugenie Bouchard s'est rachetée pour la prestation décevante qu'elle avait offerte à la Coupe Rogers, il y a deux ans. Et elle l'a fait avec éclat.

La Québécoise a signé une victoire de 6-3, 3-6, 7-6 (3) face à Lucie Safarova lors de son match de premier tour, mardi.

Seule ombre au tableau, Bouchard s'est mise à éprouver des maux d'estomac après sa défaite de 6-2, 6-2 en double en compagnie de sa compatriote Carol Zhao face aux Américaines et septièmes têtes de série Abigail Spears et Raquel Atawo. Elle n'a pas été en mesure de rencontrer les médias en fin de soirée.

Elle devrait tout de même être en mesure d'affronter Dominika Cibulkova (no 11) mercredi soir, sur le court central. Cette dernière a défait Mariana Duque-Marino 6-2, 6-2.

On ne pourra pas dire que Bouchard a offert un spectacle ennuyant. Loin de là. Le duel enivrant à souhait a tenu les milliers de spectateurs en haleine sous un soleil de plomb et une température avoisinant les 32 degrés Celsius au Stade Uniprix.

«Elle a fait du bon travail, a déclaré son entraîneur Nick Saviano. Elle était dans un bon état d'esprit. Elle a entraîné la foule. C'était très excitant de voir le stade rempli comme ça.

«Je crois que tout le monde en est sorti gagnant aujourd'hui sauf évidemment Safarova, qui a encaissé une dure défaite.»

Dans un élan dramatique en bris d'égalité, Bouchard a enfilé six points consécutifs pour combler un retard de 1-3 et décrocher la victoire devant une foule en liesse. Elle a enregistré le point décisif sur une double faute de Safarova.

«Parfois, tu penses que tu as presque gagné et tu te retrouves en retard dans le bris d'égalité, a poursuivi Sylvain Bruneau, l'entraîneur de l'équipe nationale. Parfois dans le passé, elle s'effondrait dans ces moments. Mais elle a été capable de venir de l'arrière et je crois que c'est très bien.»

En 2014, Bouchard n'avait fait que passer à la Coupe Rogers alors qu'elle s'était inclinée à son premier match face à l'Américaine Shelby Rogers. En carrière, la Montréalaise n'a jamais franchi le deuxième tour dans sa ville natale.

Duel de qualité

Bouchard s'était sans aucun doute levée pour jouer du tennis inspiré.

Il y avait à peine plus de dix minutes d'écoulées au match que déjà la Québécoise avait pris les devants 3-0. Servant avec puissance et assurance, la 42e joueuse mondiale a semblé semer le doute dans la tête de Safarova.

Cette dernière a brisé le service de Bouchard pour s'approcher à 4-3, mais la favorite locale a réussi un autre bris pour finalement se sauver avec la première manche en 33 petites minutes.

Elle a mis la touche finale au premier set avec un service à 183 milles à l'heure que n'a pu retourner Safarova, pendant que la Genie Army de Toronto animait le spectacle dans les gradins.

Si Bouchard avait mis 11 minutes pour prendre l'avance 3-0 en première manche, Safarova (no 28) en a eu besoin de 13 pour faire de même au deuxième set.

La Québécoise a obtenu une belle occasion de réduire l'écart à 3-2 au cinquième jeu, mais elle n'a pu en profiter et a démontré quelques signes d'impatience en envoyant notamment une balle dans les gradins. Bouchard ne s'est jamais véritablement ressaisi dans ce set et Safarova a forcé la tenue d'une manche ultime.

Transportée par la foule, qui lui a réservé de longs applaudissements en troisième manche, Bouchard a remporté ses six jeux au service sans trop de difficultés, mais n'a pu profiter de trois balles de match, toutes survenues alors qu'elle menait 6-5.

Elle s'est bien reprise au bris d'égalité, après avoir donné une légère frousse à ses partisans.

Wozniak livre une belle bataille dans la défaite

Aleksandra Wozniak a baissé pavillon 6-4, 7-6 (4)... (La Presse Canadienne, Paul Chiasson) - image 3.0

Agrandir

Aleksandra Wozniak a baissé pavillon 6-4, 7-6 (4) face à l'Italienne Sara Errani lors de son match de premier tour à la Coupe Rogers, mardi.

La Presse Canadienne, Paul Chiasson

Aleksandra Wozniak revient de loin, mais elle a démontré qu'elle était encore capable de tenir tête aux meilleures joueuses au monde, mardi, à la Coupe Rogers.

La Québécoise a livré une belle et longue bataille, mais elle a finalement dû baisser pavillon 6-4, 7-6 (4) face à l'Italienne Sara Errani lors de son match de premier tour.

Cette dernière affrontera au prochain tour la Tchèque Karolina Pliskova (no 14), qui a difficilement eu le dessus sur la joueuse qualifiée Kateryna Bondarenko, 3-6, 6-2, 7-5.

Les amateurs s'étaient présentés en grand nombre pour voir le premier de trois matchs mettant en vedette une des leurs. Et ils se faisaient entendre à chaque bon coup de la Québécoise. Ils lui ont même réservé une chaleureuse ovation alors qu'elle quittait le court central.

«C'était un match serré, je suis contente de ma performance, a déclaré Wozniak. Mon objectif, surtout après cette longue période d'absence, c'est de rebâtir mon jeu. À ce niveau-là, ce match-là m'a aidé.»

Incisive et en confiance en début de rencontre, Wozniak a montré des signes encourageants, mais la 25e joueuse mondiale représentait un défi trop imposant pour celle qui a longtemps été tenue à l'écart du jeu en raison d'une opération à l'épaule.

«Je me sens plus à l'aise de jouer le tennis offensif que je jouais avant mon opération, a-t-elle expliqué. Plus je vais jouer à ce niveau, plus ma confiance va revenir.»

Après avoir pris les devants 3-1 en première manche grâce à son agressivité et sa précision, Wozniak a commencé à éprouver des difficultés et a laissé son adversaire venir de l'arrière. Le service de la Blainvilloise a été brisé trois fois de suite et elle a concédé le premier set.

Wozniak avait tout de même enregistré quatre bris de service dont elle n'a pu profiter.

L'histoire a été différente au deuxième set alors que les deux joueuses ont conservé leur service lors des quatre premiers jeux. Errani a mis fin à cette séquence en prenant les devants 3-2 sur un bris avant de creuser l'écart à 4-2.

La préférée de la foule n'a cependant pas baissé les bras et a remporté les trois jeux suivants pour prendre l'avance 5-4. Wozniak n'a pas été en mesure de briser le service d'Errani à deux occasions pour forcer la tenue d'une manche ultime, et Errani a ensuite enlevé le bris d'égalité.

Petkovic défait Cornet

Dans les autres matchs, Andrea Petkovic a défait Alizé Cornet 7-6 (1), 6-3. Elle affrontera Petra Kvitova (no 12) au deuxième tour. La Russe Anastasia Pavlyuchenkova (no 16) a quant à elle pris la mesure de Yulina Putintseva 6-4, 1-6, 7-5.

De plus, l'Américaine Madison Keys a disposé de la Russe Elena Vesnina 6-4, 6-0 pour passer au deuxième tour, où elle fera face à Madison Brengle.

Dabrowski et Bouchard feront bel et bien équipe à Rio

Contrairement à ce que Gabriela Dabrowski a laissé entendre lundi, Eugenie Bouchard sera bel et bien sa partenaire de double au tournoi olympique de Rio. C'est du moins ce qu'a confirmé l'entraîneur de la délégation canadienne de tennis à Rio, Sylvain Bruneau, en entrevue avec La Presse canadienne, mardi.

Après son élimination en double à la Coupe Rogers, lundi, la joueuse originaire d'Ottawa avait affirmé qu'elle n'avait reçu aucune confirmation de Bouchard et que l'incertitude planait toujours sur sa présence à Rio.

«J'aimerais savoir si je peux être excitée à l'idée d'aller aux Jeux, avait-elle plaidé. C'est extrêmement dernière minute et comme je ne sais rien, il n'y a aucun moyen de me préparer.

«Personne n'est inscrit pour jouer avec moi, donc je ne sais pas.»

Elle avait également précisé que si Bouchard décidait de ne participer qu'au tournoi en simple, elle ne pourrait même pas s'inscrire à un autre tournoi entre temps puisqu'elle ne respectait plus les délais.

Bruneau avait toutefois un tout autre son de cloche, mardi, paraissant même surpris lorsqu'il a été informé des propos que Dabrowski avait tenus la veille.

«Eugenie a confirmé depuis un bon moment qu'elle jouait en simple et en double, a-t-il rappelé à trois reprises. Elle a décidé de jouer en double parce que ce sont les Olympiques et elle trouvait que c'était une bonne chose.»

Il reconnaît tout de même que la préparation des deux joueuses n'est pas idéale, elles qui n'ont jamais joué ni participé à des entraînements ensemble.

«La seule formule qui nous permettait d'avoir une équipe, c'était Eugenie et Gabriela en raison des classements, a-t-il expliqué. C'est sûr qu'idéalement, tu essaies d'avoir une partenaire régulière, mais ce n'est pas le cas.»

Les deux joueuses auraient pu jouer ensemble à la Coupe Rogers, mais Dabrowski a elle-même a décidé de jouer avec une partenaire régulière, Alla Kudryavtseva, puisque Bouchard n'était pas certaine de jouer en double, selon Bruneau.

Bouchard a finalement fait équipe avec la Canadienne Carol Zhao et s'est inclinée au premier tour, mardi.

Partager

À lire aussi

  • Le mental en dents de scie d'Eugenie Bouchard

    Tennis

    Le mental en dents de scie d'Eugenie Bouchard

    Dans un contexte très particulier et face à un défi différent de ses deux sorties précédentes, Eugenie Bouchard a commencé à devenir plus tendue et à... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer