Tour de France: Froome file vers Paris

Le chemin de la victoire semble tracé pour... (AFP, Jeff Pachoud)

Agrandir

Le chemin de la victoire semble tracé pour le Britannique Chris Froome, de l'équipe Sky, maillot jaune après la 20e étape, dans les Alpes françaises. Son grand rival, le Colombien Nairo Quintana (à gauche), de l'équipe Movistar, se retrouve quant à lui au troisième rang.

AFP, Jeff Pachoud

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Morzine

Les Champs-élysées sont en vue pour le Britannique Chris Froome, maillot jaune du Tour de France après la 20e et avant-dernière étape, gagnée samedi à Morzine (Alpes françaises) par l'Espagnol Ion Izagirre.

Au lendemain de sa chute, Froome, vainqueur sortant du Tour, a contrôlé ses adversaires dans la dernière journée de montagne compliquée par la pluie.

Le col de Joux-Plane, épouvantail de cette dernière étape alpestre, n'a rien changé pour le podium. Aucun candidat ne s'est risqué à attaquer, pour le plus grand profit du Français Romain Bardet, toujours deuxième, et du Colombien Nairo Quintana, troisième, à

24 heures de l'arrivée à Paris.

«J'ai été un peu surpris, je m'attendais à une grosse bagarre», a reconnu Bardet, en passe d'être présent pour la première fois sur le podium final du Tour.

Joux-Plane, en revanche, s'est avéré un calvaire pour l'Italien Fabio Aru, défaillant. «Je n'ai aucune explication, je n'avais plus de jambes», a constaté le vainqueur de la dernière Vuelta, pointé à plus de 17 minutes à l'arrivée.

Froome, à une journée de son troisième triomphe, a exprimé son soulagement. «Je suis content d'avoir fini», a déclaré le porteur du maillot jaune, qui a précisé avoir ressenti «des douleurs au coude, au genou, dans le dos». «C'était très stressant dans la descente, on a fait très attention», a ajouté le Britannique, qui a pris soin de rester avec ses équipiers, notamment le Gallois Geraint Thomas, omniprésent au long de la journée.

Victoire d'équipe

Le gain de l'étape est revenu à Ion Izagirre (27 ans), un coéquipier de Quintana dans la formation Movistar. Le mois passé, il avait déjà connu la satisfaction d'une victoire d'étape dans le Critérium du Dauphiné.

Le champion d'Espagne 2014 s'est détaché dès les premiers virages de la descente de Joux-Plane, dans les 12 derniers kilomètres. Il a distancé ses deux derniers compagnons, le Colombien Jarlinson Pantano et l'Italien Vincenzo Nibali, qui ont terminé dans cet ordre.

Dans cette étape ramassée

(146,5 km) mais ardue (quatre ascensions), les équipes AG2R La Mondiale (Bardet) et Astana (Aru) ont tenté de prendre la course en mains dans le col de la Ramaz, à une soixantaine de kilomètres de l'arrivée, derrière une échappée fleuve partie de loin.

À l'avant, le Français Julian Alaphilippe, au prix d'une descente spectaculaire du col de la Ramaz, a rejoint Pantano. Le duo a pris les devants sur la chaussée détrempée pour se présenter en tête au pied de Joux-Plane (11,6 km à 8,5 %).

Nibali s'est lancé, avec succès, à la poursuite des deux hommes à

7 kilomètres du sommet, mais a vu revenir ensuite Pantano et Izagirre.

«Je suis tombé hier [vendredi] et je me suis bloqué un peu dans la descente, je ne me sentais pas de prendre trop de risques», a reconnu ensuite le vainqueur du Tour 2014, réputé pour ses talents de descendeur.

Le «Requin de Messine», vainqueur du dernier Giro, a souligné être «sur la pente ascendante». «Je me sens prêt pour les JO de Rio», a-t-il annoncé.

Froome s'est, lui, relevé dans les 100 derniers mètres. Il a franchi la ligne, grand sourire sur les lèvres, dans la perspective de sa probable troisième victoire sur le Tour (après 2013 et 2015).

Note : Antoine Duchesne (Direct Energie) a terminé au 100e rang de l'étape. Le Québécois de 24 ans pointe au 108e rang au général.

Parcours en «montagnes russes»

Chris Froome a comparé samedi son parcours du Tour, qu'il est en passe de gagner pour la troisième fois dimanche, à des «montagnes russes».

Q Étiez-vous inquiet vendredi soir, après votre chute, malgré votre avance?

R Le soir, j'étais épuisé par ces émotions. J'ai pourtant très bien dormi, même si j'avais mal. Aujourd'hui, les jambes répondaient bien. On est vraiment passé par des montagnes russes dans ce Tour. Ce n'est jamais gagné avant la ligne. Tant de choses peuvent se passer.

Q Votre objectif est-il d'atteindre le record des cinq victoires?

R Ce serait mon rêve de revenir sur le Tour les cinq-six prochaines années et d'essayer de gagner. C'est le plus grand événement de notre sport et avoir le maillot jaune à Paris est le rêve de tout coureur.

Q Était-ce votre Tour le plus facile sur le vélo?

R Maintenant, j'ai beaucoup plus l'habitude du maillot jaune, de la pression qui l'accompagne. J'ai beaucoup travaillé en ce sens.

Q On a l'impression que l'adversité est venue des circonstances, plus que des autres coureurs?

R Malheureusement, Alberto Contador a chuté dès la première étape, il n'a pas pu être dans la bataille. C'est important qu'il y ait une vraie lutte pour le maillot jaune. Mais, même avec un avantage de quatre minutes, les choses ne sont pas faciles.

Q Que pensez-vous de la performance de Nairo Quintana?

R J'ai connu Quintana plus fort. En 2013 et 2015, il m'a bien plus poussé dans mes retranchements. Cette année, il n'était pas à son mieux. Il sera certainement de retour l'an prochain pour tenter de gagner.

Q Est-ce la meilleure équipe que Sky ait aligné?

R On a de très loin la meilleure équipe, même si on n'a pas gagné le classement par équipes. On a quatre coureurs de l'équipe dans le top 20 alors que tous ont travaillé dans un seul but [sa victoire].

Sécurité renforcée à la dernière étape

Un dispositif de sécurité renforcé est prévu dimanche à Paris pour la dernière étape du Tour de France avec la traditionnelle arrivée sur les Champs-Élysées, dix jours après l'attentat qui a frappé Nice le 14 juillet.

Après un départ donné depuis l'Oise (région parisienne), le parcours effectuera une large boucle dans les Hauts-de-Seine (région parisienne) avant d'arriver à Paris aux abords de l'hippodrome de Longchamp jusqu'aux Champs-Élysées. Des policiers assureront un jalonnement tout au long du parcours emprunté par les coureurs.

Un dispositif de barrière sera installé dans le périmètre donnant accès au secteur des Champs-Élysées. Dans cette zone, à l'exception des restaurants et débits de boissons, les bouteilles de verre et boissons alcoolisées seront interdites. Plus de 23 000 policiers et gendarmes ont assuré la sécurité du Tour de France pendant un mois.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer