Pas de finale familiale pour les Williams

Angelique Kerber a empêché les soeurs Williams de... (AFP, Justin Tallis)

Agrandir

Angelique Kerber a empêché les soeurs Williams de se rencontrer en finale en défaisant Venus en deux manches de 6-4, pendant que Serena défaisait Elena Vesnina  6-2, 6-0 en moins de 50 minutes.

AFP, Justin Tallis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WIMBLEDON

L'Allemande Angelique Kerber a privé les soeurs Williams d'une finale en famille à Wimbledon en dominant Venus jeudi, alors que sa cadette Serena avait facilement remporté son duel contre la Russe Elena Vesnina plus tôt dans la journée.

Il n'y aura donc pas de finale entre les Américaines, sept ans après celle de 2009 remportée par Serena. Mais l'épilogue féminin de Wimbledon samedi n'en sera pas moins alléchant.

Il aura même une saveur de revanche pour la numéro un mondiale, qui avait buté en finale des Internationaux d'Australie en début d'année face à Kerber. À la surprise générale, la gauchère de 28 ans soulevait alors son premier trophée du grand chelem et empêchait du même coup Serena de remporter son 22e titre de cette catégorie et rejoindre l'Allemande Steffi Graf, à deux longueurs du record absolu (24 titres) de l'Australienne Margaret Court.

Samedi, la no 4 mondiale - elle retrouvera la place de no 2  lundi - tentera de confirmer son statut de sérieuse rivale de la diva de la WTA. «Je m'épanouis dans le tennis. J'évolue en ce moment à mon meilleur niveau», a expliqué Kerber après avoir battu Venus 6-4 et 6-4 en moins de 75 minutes.

Serena au pas de course

Serena Williams a quant à elle gagné au pas de course (6-2, 6-0) en moins de 50 minutes contre la surprenante Elena Vesnina (50e). La Russe de 29 ans, qui tentait de devenir la première joueuse non classée à atteindre la finale au All England Club dans l'ère moderne, a complètement été dépassée par la puissance de l'Américaine, en particulier au service (11 as).

La no 1 mondiale a enlevé son 303e match en grand chelem. Elle n'est plus qu'à trois longueurs du record féminin de Martina Navratilova (306) et à quatre du record absolu détenu depuis mercredi par Roger Federer. À bientôt 35 ans (le 26 septembre), la reine de la WTA, qui occupe la première place sans interruption depuis le 18 février 2013, jouera surtout sa 28e finale en grand chelem, la neuvième à Londres où elle compte six titres (2002, 2003, 2009, 2010, 2012, 2015).

«Je n'arrive pas à croire que je suis en finale. J'ai perdu les deux autres cette année donc je suis déterminée à remporter celle-ci», a souligné celle qui espère enfin débloquer son compteur en grand chelem.

Avant de perdre en finale à Roland-Garros, contre l'Espagnole Garbine Muguruza, et à Melbourne face à Kerber, elle avait aussi échoué en 2015 aux Internationaux des États-Unis, qui devaient représenter l'apothéose de sa carrière. Elle était alors en lice pour réaliser le grand chelem calendaire, c'est-à-dire remporter les quatre principaux tournois sur une année. Le rêve s'était toutefois évaporé en demi-finale face à l'Italienne Roberta Vinci.

«Je pense que pour qui que ce soit au monde, ce serait un grand accomplissement», a-t-elle dit au sujet de sa troisième finale en tournois du grand chelem cette saison. «Mais pour moi, c'est de gagner et de repartir avec le trophée qui serait un accomplissement. Pour moi, atteindre la finale, ce n'est pas assez. Mais je crois que c'est ce qui fait que je suis différente. C'est ce qui fait de moi Serena.»  Avec AP

Auger-Aliassime éliminé

Félix Auger-Aliassime a perdu en quarts de finale du tableau junior en simple de Wimbledon. Le joueur de 15 ans de L'Ancienne-Lorette s'est incliné 5-7, 7-6 (7-5) et 6-2 face à l'Australien Alex De Minaur, jeudi. Finaliste à Roland-Garros il y a un mois, il avait remporté la première manche et menait la deuxième 3-1. Mais De Minaur ne s'est pas laissé impressionner par le statut de troisième favori d'Auger-Aliassime, étant lui-même classé au septième échelon. L'Australien a gagné 12 des 17 jeux suivants. Le Québécois s'est tiré dans le pied avec 40 erreurs non provoquées contre 19. De Minaur affrontera l'Américain Ulises Blanch en demi-finale, tandis que l'Ontarien Denis Shapovalov se mesurera au Grec Stefanos Tsitsipas, le favori du tournoi. Le duo tout canadien composé d'Auger-Aliassime et de Shapovalov est favori du double junior et jouera en quarts contre l'Égyptien Youssef Hossam et le Turc Ergi Kirkin.  Olivier Bossé

Serena défend la parité hommes-femmes

Serena Williams... (AFP, Justin Tallis) - image 4.0

Agrandir

Serena Williams

AFP, Justin Tallis

Serena Williams a de nouveau défendu la parité hommes-femmes après la demi-finale la plus rapide de l'histoire de Wimbledon (48 minutes et 34 secondes), jeudi. «Oui, absolument, nous méritons les mêmes gains. Et si vous, vous écrivez un article court, vous ne pensez pas que vous méritez un salaire équivalent à celui de votre collègue derrière vous?» a ajouté Williams en s'adressant au journaliste qui lui posait la question. L'Américaine a déjà défendu la parité hommes-femmes, notamment en mars lorsque Novak Djokovic avait relancé le débat sur le sujet. «Les statistiques démontrent que les matchs masculins attirent beaucoup plus de spectateurs. Je crois que le tennis masculin, le circuit ATP, devrait se battre pour plus gains», avait affirmé le no 1 mondial, avant de s'excuser. «Tout ceci est ridicule», avait estimé Williams. «Novak a le droit de penser ce qu'il veut, mais s'il avait une fille, il devrait lui dire que son frère mérite plus d'argent qu'elle. Je n'opposerai jamais les deux sexes, et je pense que c'est injuste de comparer.»  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer