Raonic et Bouchard veulent retrouver leur touche à Wimbledon

La Québécoise Eugenie Bouchard... (Archives AFP, Martin Bureau)

Agrandir

La Québécoise Eugenie Bouchard

Archives AFP, Martin Bureau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Tom Tebbutt
La Presse Canadienne
Londres

Il y a deux ans, Eugenie Bouchard et Milos Raonic étaient les chouchous de Wimbledon.

Les deux joueurs avaient établi des records canadiens dans un tournoi du Grand Chelem; Bouchard s'était inclinée en finale devant Petra Kvitova et Raonic avait atteint le carré d'as avant de plier l'échine devant le septuple champion Roger Federer.

Les Canadiens n'ont cependant pu reproduire leurs succès l'an dernier sur la pelouse londonienne. Bouchard était ennuyée par une déchirure aux muscles abdominaux et avait été éliminée dès le premier tour par la Chinoise Ying-Ying Duan, 117e raquette mondiale. De son côté, Raonic, qui avait été opéré pour réparer un problème nerveux dans un pied six semaines plus tôt, n'était pas au sommet de sa forme, et avait dû s'avouer vaincu contre l'Australien Nick Kyrgios au troisième tour.

«J'ai de mauvais souvenirs de l'an dernier, a admis Bouchard samedi à Wimbledon. Je ne veux pas trop y penser cette année. Je suis beaucoup mieux préparée que l'an dernier. Je me sens en meilleure forme physique, puisque j'ai disputé plus de matchs sur le gazon et j'ai l'impression que je suis sur la bonne voie avec mon entraîneur.»

De retour avec son entraîneur Nick Saviano depuis avril, la joueuse de Westmount a présenté un dossier de 24-14 en 2016 et une fiche de 3-3 lors des tournois sur gazon. Elle disputera son premier match du tournoi mardi contre la Slovaque Magdalena Rybarikova, 92e joueuse mondiale.

Pour sa part, Raonic a une fiche plus reluisante. Il a compilé un dossier de 31-8 et a gagné quatre parties au Queen's Club à Londres il y a deux semaines avant de baisser pavillon 6-7(5), 6-4, 6-4 en finale devant le no 2 mondial, Andy Murray.

«L'histoire est très différente cette année, a confié l'Ontarien originaire de Thornhill samedi. J'ai l'impression d'avoir tout fait ce qu'il fallait pour me retrouver dans cette position. C'est maintenant l'occasion d'en profiter.»

La présence de John McEnroe

Classé quatrième tête de série par les preneurs aux livres londoniens, derrière Novak Djokovic, Murray et Federer, Raonic peut miser sur la présence de John McEnroe à titre de conseiller. L'ex-tennisman de 57 ans évolue toujours sur le circuit réservé aux joueurs de 50 ans et plus et semble toujours aussi affamé lorsqu'il se retrouve sur le court.

«Parfois, il y a des partenaires d'entraînement sur le court, a dit Raonic en souriant à propos de McEnroe, et ça arrive qu'il en vienne à bout et poursuive seul l'entraînement.»

Raonic, septième joueur mondial, affrontera au premier tour lundi Pablo Carreno Busta, un Espagnol de 24 ans qui n'a jamais gagné de match sur le gazon en carrière. S'il se rend loin dans le tournoi, il pourrait éventuellement devoir croiser le fer avec le no 1 mondial, Djokovic, dans un duel de titans en quarts de finale.

Le troisième joueur canadien inscrit au tableau principal à Wimbledon est Vasek Pospisil, qui pointe au 44e échelon. Après avoir accédé aux quarts de finale l'an dernier, le Vancouvérois éprouve des ennuis cette saison comme en témoigne sa piètre fiche de 4-15. Il affrontera le spécialiste de la terre battue, Albert Ramos-Vinolas, 36e raquette mondiale, en lever de rideau mardi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer