Auger-Aliassime: la réalité, malgré le buzz

Tout sourire, le jeune joueur de tennis Félix... (La Presse, Patrick Sanfaçon)

Agrandir

Tout sourire, le jeune joueur de tennis Félix Auger-Aliassime a rencontré la presse de retour du tournoi Roland-Garros junior, lors duquel il s'est incliné en finale. L'athlète de 15 ans était de retour sur les bancs d'école cette semaine, malgré le buzz autour de lui.

La Presse, Patrick Sanfaçon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Il y a un an, Le Soleil rencontrait Félix Auger-Aliassime seul à seul, dans la quiétude du Club Avantage, à Québec. Mardi, c'est devant un parterre de journalistes sportifs et de caméras qu'il s'est présenté au Stade Uniprix, à Montréal.

Voilà l'un des effets directs d'une présence en finale junior de Roland-Garros. Mardi, pour la première fois depuis sa défaite crève-coeur, le jeune prodige de L'Ancienne-Lorette faisait une apparition publique. Auger-Aliassime devra apprendre à gérer pareille attention.

Il n'est pas du genre à s'enfler la tête. Encore mardi, il insistait sur l'importance de garder les pieds sur terre, du chemin qui lui reste à parcourir. «Je ne suis pas encore dans la cour des grands», a-t-il dit, conscient malgré tout du buzz autour de lui.

La réalité l'a vite rattrapé. Mardi matin, avant sa conférence de presse, il était sur les bancs d'école, histoire de rattraper le temps perdu ces dernières semaines. Il l'a dit lui-même : il est encore un jeune de 15 ans qui poursuit des études.

Revenir à la réalité est une chose, se remettre d'une situation aussi crève-coeur en est une autre. Auger-Aliassime a raté trois balles de championnat, dimanche, en route vers une défaite dramatique de 1-6, 6-3 et 8-6 contre le Français Geoffrey Blancaneaux, à Paris. Le plus dur revers de sa carrière, a-t-il reconnu.

Après la poignée de main, le Québécois aurait bien voulu être ailleurs. «Je me rappelle que j'avais juste envie de sortir du terrain. J'étais un peu mal, vraiment déçu», a reconnu le nouveau deuxième joueur mondial chez les juniors.

L'ancien champion français Yannick Noah est venu le consoler sur le court, puis encore au vestiaire. «C'était vraiment gentil de sa part. Il m'a dit que le futur était devant moi, que j'avais un énorme potentiel et que je lui faisais un peu penser à lui quand il était plus jeune», a raconté Auger-Aliassime.

On dit consoler, parce que la défaite a vraiment fait mal. Heureusement, lance d'ailleurs l'entraîneur de Félix, Guillaume Marx : «S'il l'avait bien pris, je n'aurais pas compris.

«Dans les 10 premières minutes [après la fin du match], ce n'est pas vraiment facile, a ajouté Marx. Je pense qu'il vaut mieux laisser le joueur avec sa déception. C'est là qu'il va puiser son énergie pour le futur. Après, il a été plutôt facile à consoler. Tout le monde lui a passé le même message : qu'il allait se relever, être plus fort.»

Auger-Aliassime avait déjà l'air serein, mardi. Il a autant, sinon plus été question de l'avenir que du passé, signe qu'un peu tout le monde voit cette défaite comme une petite bosse à l'aube d'un long voyage. Une source d'apprentissage, même.

Sa performance à Paris a réjoui les autorités du tennis canadien. Tellement que l'un de ses membres les plus influents, Louis Borfiga, n'a montré aucune réserve, mardi. «Je n'ai pas l'habitude de dire ça, mais je ne vois pas trop d'obstacles à ce qu'il ait une grande carrière», a lancé le vice-président du développement de l'élite à Tennis Canada.

Prochaine grande étape : le tournoi junior de Wimbledon. Auger-Aliassime compte bien y venger sa défaite à Roland-Garros. D'ici là, il disputera un autre tournoi chez les juniors, poursuivra ses études. Et se reposera un peu, souhaite son entraîneur Marx.

Par ailleurs, Félix est en nomination dans deux catégories des Prix d'excellence du tennis québécois : athlète par excellence et joueur junior par excellence. Dans la première catégorie, il fait face à Françoise Abanda, Philippe Bédard, Charlotte Robillard-Millette et une certaine Eugenie Bouchard.

Saut chez les pros dès 2017

Félix Auger-Aliassime fera le saut à temps quasi complet chez les professionnels l'an prochain et participera à la Coupe Rogers cet été. C'est le vice-président du développement à Tennis Canada, Louis Borfiga, qui le dit.

Le tennisman de L'Ancienne-Lorette aura donc moins de chances que prévu de remporter un titre majeur chez les juniors. Aucune importance. Selon Borfiga, il doit confronter des joueurs plus matures dès 2017. Et c'est chez les seniors qu'il doit triompher.

«On va le mettre en majorité sur des tournois pros l'an prochain parce qu'il n'a plus rien à faire en junior», a lancé Borfiga, mardi, au Stade Uniprix du parc Jarry. «Et puis, on ne sait jamais, il va peut-être gravir les échelons plus tôt qu'on le pense...»

Pour ce qui est de la Coupe Rogers, disputée à Toronto cette année, Borfiga ignore encore s'il réservera à son poulain une place dans le grand tableau ou dans celui des qualifications. «On va prendre la décision en fonction des intérêts de Félix et non pas pour lui faire plaisir», a-t-il souligné.

Fini la cachette

Il y a quelques mois, il disait vouloir cacher son jeune prodige. Son discours a bien changé. «On ne va plus le cacher, parce que ça y est! Il a un an de plus, il est armé, il sait ce qui va se passer. [...] Je suis beaucoup moins inquiet que l'année dernière. Et de toute façon, un champion doit gérer la pression, doit gérer les médias. Il a une tête sur les épaules, il va y arriver.»

Borfiga n'est pas le dernier venu. Il est perçu comme le principal responsable de la montée en force du tennis canadien, dont les principaux porte-étendards sont Milos Raonic et Eugenie Bouchard. Plus tôt dans sa carrière, il a fait la même chose pour sa France natale, où il a dirigé les Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils, alors qu'ils étaient adolescents.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer