Raonic s'en tire sur une jambe

Le Canadien Milos Raonic, qui a dû recevoir... (AP, Alastair Grant)

Agrandir

Le Canadien Milos Raonic, qui a dû recevoir des traitements du soigneur au début de la troisième manche, a peiné durant deux heures et 41 minutes pour venir à bout du 133e joueur mondial, le Slovaque Andrej Martin.

AP, Alastair Grant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Paris

Milos Raonic a fait fi d'une douleur à une hanche pour accéder au quatrième tour des Internationaux de tennis de France pour la deuxième fois en trois ans, vendredi.

Le Canadien de 25 ans a converti sa cinquième balle de match pour venir à bout du Slovaque Andrej Martin 7-6 (4), 6-2 et 6-3. Le puissant cogneur a demandé l'intervention du thérapeute au troisième set. Il a été ennuyé par un problème musculaire à une hanche aux Internationaux de tennis d'Australie en janvier et lors du tournoi d'Indian Wells en mars.

«Le médecin m'a dit que ce n'était rien de sérieux, mais je vais passer des examens», a dit Raonic en conférence de presse, cité par L'Équipe. «Je suis heureux d'avoir pu continuer le match avec une certaine efficacité. Vers la fin, ça allait de mieux en mieux. Je suis assez optimiste.»

Néanmoins, Raonic, qui a participé aux quarts de finale à Roland-Garros en 2014, a dominé son adversaire 43-22 au chapitre des coups gagnants. Il est le seul Canadien toujours en lice en simple à Paris, à la suite de l'élimination d'Eugenie Bouchard jeudi.

Dimanche, il aura comme rival l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas, tombeur de l'Américain Jack Sock, 6-7 (2), 6-4, 6-4, 4-6 et 6-4.

Conseillé par McEnroe

Par ailleurs, John McEnroe a annoncé lors de l'émission The Commissione, sur la chaîne Eurosport, qu'il sera le conseiller de Raonic à Wimbledon, le mois prochain. Le vainqueur de sept tournois majeurs a triomphé à trois reprises au All England Club dans les années 1980. Il est à Paris à titre d'analyste pour une chaîne de télévision pendant les Internationaux de tennis de France.

Raonic a atteint les demi-finales à Wimbledon en 2014 et a également accédé au carré d'as des Internationaux d'Australie cette année. Ses entraîneurs à Paris sont le champion des Internationaux de France en 1998, Carlos Moya, et Riccardo Piatti.

En rafale

  • Murray et les géants
Le parcours d'Andy Murray à Paris, c'est la chaussée des géants : 2,10 m au troisième tour (Ivo Karlovic), 2,06 m à venir en huitième de finale (John Isner). Mais selon l'Écossais, ces deux machines à aces sont plus différentes qu'il n'y paraît. «John est plus régulier en fond de court, mais il ne volleye pas aussi bien qu'Ivo.» Contre le Croate, le no 2 mondial est enfin passé en trois sets (6-1, 6-4 et 7-6) après ses deux marathons en cinq manches des premiers tours. Karlovic n'a servi que 14 aces. Murray n'est pas pour rien un des meilleurs relanceurs du monde.  AFP

  • La surprise américaine
Petra Kvitova a offert un bon set et deux très mauvais, vendredi, en route vers une élimination surprise en trois manches de 6-0, 6-7 (3), 6-0 contre l'Américaine Shelby Rogers au troisième tour des Internationaux de France. La Tchèque (12e mondiale), qui a remporté le tournoi de Wimbledon à deux reprises en carrière, avait également atteint le carré d'as à Paris en 2012. Rogers, une joueuse de 23 ans classée 108e au monde, a accédé à la ronde des 16 d'un tournoi du grand chelem pour la première fois de sa carrière. «C'est irréel!» a lancé l'Américaine, qui a joué du tennis beaucoup plus inspiré que Kvitova, commettant la moitié moins de fautes directes que son adversaire (36 contre 18) et n'étant victime que d'un seul bris. Rogers croisera maintenant le fer avec la Roumaine Irina-Camelia Begu (28e mondiale).  AP et AFP

Rafael Nadal... (AP, Michel Euler) - image 3.0

Agrandir

Rafael Nadal

AP, Michel Euler

  • Abandon émotif de Nadal
Alors qu'il arrivait plein d'ambition après de longs mois de doute, Rafael Nadal a de nouveau été stoppé par une blessure qui l'a contraint à déclarer forfait vendredi à la veille de son troisième tour à Roland-Garros. Il ne l'avait pas dit, mais il souffrait du poignet gauche depuis le tournoi de Madrid, début mai. Habitué à jouer en ayant mal, il s'est accroché pour disputer quand même ses deux premiers tours, aidé par des injections d'anesthésiant. Vendredi à l'entraînement, la douleur est devenue intolérable. «Je ne pouvais plus taper en coup droit. Si j'avais continué à jouer, le poignet aurait lâché», a dit le gaucher, qui portait une attelle bleue au poignet gauche pendant «l'une des conférences de presse les plus difficiles de ma carrière». Neuf fois vainqueur du tournoi, il arrivait plein d'espoir de reconquête. Après de longs mois de doute, il était revenu près de son meilleur niveau cette saison. Sa victoire à Monte-Carlo, sa première d'importance depuis deux ans, l'avait replacé parmi les favoris. Souvent blessé par le passé, le champion ne semble pas cette fois-ci trop inquiet pour la suite découlant de ce nouveau pépin, d'origine tendineuse. «Il y a un diagnostic et un traitement, ça ne devrait pas me priver de compétition pendant des mois», a précisé Nadal, qui aura 30 ans le 3 juin.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer