Eugenie Bouchard jouera à Québec en septembre

Pour la première fois en trois ans, Eugenie... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pour la première fois en trois ans, Eugenie Bouchard viendra taper la balle à Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus de deux ans après son dernier passage à Québec, Eugenie Bouchard sera la tête d'affiche de la Coupe Banque Nationale, en septembre.

La coqueluche du tennis québécois n'a pas foulé les courts de la capitale depuis avril 2014, en Coupe Fed. Sont passées deux années et demie en montagnes russes où elle a entre autres atteint le cinquième rang du classement mondial.

Deux années et demie au cours desquelles Bouchard a décliné quatre invitations à se produire dans la cité de Champlain, deux fois au tournoi annuel de la mi-septembre et deux fois en Coupe Fed, en février.

«Je veux toujours jouer le tournoi de Québec. En 2014 et en 2015, ça n'a pas marché à cause de mon horaire et parce que j'étais blessée les deux années après le US Open [début septembre]. Mais si ça marche, je veux jouer», a-t-elle assuré, mardi matin, lors d'une conférence téléphonique retransmise de Paris durant la conférence de presse tenue au PEPS de l'Université Laval. Bouchard s'apprête à jouer à Roland-Garros. 

Pointant au 46e rang de la WTA, Bouchard montrait un classement similaire, 53e, lors de sa dernière participation à ce qui s'appelait alors le Challenge Bell. Elle avait atteint les demi-finales et établi un record d'assistance de 2615 spectateurs pour une séance.

Marque effacée l'année suivante par Venus Williams, qui avait attiré 10 personnes de plus (2625) pour l'un de ses matchs. En configuration tennis, l'amphithéâtre-gymnase du PEPS peut accueillir 3000 personnes.

«Je me souviens avoir brisé un record de foule et que tout le monde était content! Alors j'espère encore battre le record cette année. C'est ça mon objectif!» a lancé en riant la toujours compétitive Westmountaise de 22 ans.

Gagner pour le pays

L'idée de devenir la première championne canadienne en 24 ans d'histoire du tournoi, qui est donc plus vieux qu'elle, la motive aussi. «Il y a tellement de grandes championnes qui ont gagné ce tournoi et c'est mon but d'en faire partie. Je vais tout faire pour accomplir ça devant les Canadiens et les Québécois», a-t-elle affirmé.

Dans l'allée des vainqueures du tournoi WTA de Québec, maintenant doté de 250 000 $US en bourses, on trouve entre autres Nathalie Tauziat (1993), Jennifer Capriati (1999), Maria Sharapova (2003) et Lindsay Davenport (2007).

Le nouveau directeur de la Coupe Banque Nationale,... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Le nouveau directeur de la Coupe Banque Nationale, Pierre-Luc Tessier (à gauche), qui agit remplace Jacques Hérisset, s'attend aussi à voir Aleksandra Wozniak parmi les inscrites.

Le Soleil, Yan Doublet

Bien qu'une blessure dans les quatre prochains mois pourrait contrecarrer les plans, l'entente entre la joueuse et Tennis Canada inclut davantage qu'une simple présence au tableau principal de la Coupe Banque Nationale, à Québec, ainsi qu'à la Coupe Rogers, à Montréal, du 22 au 31 juillet, où elle a aussi confirmé sa présence. «On lui a proposé une entente de marketing avec différentes actions et ç'a marché!» se réjouit le vice-président de Tennis Canada et patron du volet montréalais de la Coupe Rogers, Eugène Lapierre. «Mais je peux vous dire qu'Eugenie n'a pas besoin de nous autres ces temps-ci!» ajoute Lapierre, rejetant l'idée que l'argent était au coeur des négociations.

Lapierre la dit «plus mature». Le directeur du tournoi, Pierre-Luc Tessier, souligne que Bouchard a elle-même répondu au courriel de l'organisation, tâche dévolue à ses agents au cours des dernières années.

Tessier insiste ne pas vouloir s'en tenir à un seul gros nom pour sa première année officielle à la barre de l'événement, en remplacement de Jacques Hérisset. Il s'attend par ailleurs à voir Aleksandra Wozniak, dont il était l'entraîneur jusqu'à tout récemment, parmi les inscrites.

Eugène Lapierre, vice-président de Tennis Canada... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Eugène Lapierre, vice-président de Tennis Canada

Le Soleil, Yan Doublet

Québecor vend la Coupe Banque Nationale pour 1 $

Québecor n'aura pas mis de temps avant de s'apercevoir que l'organisation d'un tournoi de tennis, «ce n'est pas notre domaine». Après un an et demi et une seule présentation à son actif, la multinationale vend la Coupe Banque Nationale de Québec à Tennis Canada pour 1 $. 

Montant symbolique afin que l'événement demeure à Québec, malgré des offres d'achat venant de l'Europe, du Moyen-Orient et d'Asie. Dans le cadre de la transaction de 16 millions $  faisant passer le Groupe des Remparts aux mains de Québecor en novembre 2014, le tournoi avait été évalué à 1 million $.

«Ç'a été une réflexion sage de la part de Québecor. Ils se sont dit : "Si on n'est pas pour être à 100 % là-dedans, pourquoi continuer? Ce n'est pas notre domaine, on va transférer ça à des gens dont c'est le métier"», explique l'ancien directeur et père du tournoi, Jacques Hérisset.

Après avoir donné naissance à la compétition en 1993, Tennis Canada devenait la meilleure option pour l'avenir. Même si, à la première occasion, la fédération avait manqué de souffle au bout de trois ans et s'en était départie pour la somme de 150 000 $ en 1995. Un certain gardien de but nommé Patrick Roy comptait alors parmi les acheteurs et il aura fait partie des propriétaires durant 20 ans. «À l'époque, l'organisation de Tennis Canada n'était pas du même calibre», fait aujourd'hui valoir Eugène Lapierre,  vice-président à la fédé. «C'était juste business, le fric avant tout et on parlait du développement des athlètes à la fin des réunions, s'il restait 15 minutes. Mais depuis, ç'a tourné de bord. On priorise le développement des athlètes. Ç'a été une mauvaise décision de laisser le tournoi», admet-il.

Une convergence s'installera rapidement entre la Coupe Rogers, disputée fin juillet à Montréal, et la Coupe Banque Nationale de Québec, mi-septembre. Promotion, commandite et invitation des joueuses seront sans doute servies en combo Montréal-Québec.

Par le fait même, le prix des billets, déjà mis en vente mardi, a été réduit. Tennis Canada gère 80 tournois d'un océan à l'autre, dont 11 au Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer